Marie Couette

Remonter

horizontal rule

Marie COUETTE ("Franck" dans la Résistance)

Source :  "Les Femmes des PTT dans la Résistance"  Maurice DESSEIGNE   I.H.S.

********************

Quand la guerre éclate, Marie COUETTE a déjà une solide expérience militante, notamment au sein de la Fédération Postale Unitaire où elle a exercé des responsabilités nationales de 1936 à 1938, date à laquelle elle en a été écartée, après la réunification avec la CGT, par la majorité réformiste.

En 1939, le ministre des PTT, jules JULIEN, organise la chasse aux communistes ou aux militants considérés comme tels. Le 20 octobre 1939, Marie COUETTE est envoyée en résidence surveillée à Clermont-Ferrand où son chef doit fournir un rapport deux fois par mois dur son attitude. Le 24 juin 1940, elle est à nouveau déplacée et affectée à Châteauroux, où elle connaît une vie plus traquée encore.

Révoquée des PTT en septembre 1940, elle échappe de justesse à une arrestation en compagnie de deux résistants de Châteauroux et rejoint Paris le 15 décembre 1940. Pendant l'hiver 1940-1941, elle participe à la rédaction et à la diffusion du "Travailleur des PTT", organe de ce qui va devenir "LIBERATION NATIONALE PTT", principale organisation de la Résistance dans cette corporation, dont Marie COUETTE fera partie de la direction nationale avec le grade de capitaine.

En août 1942, elle échappe de peu à nouveau à une arrestation et doit redoubler de prudence dans son activité clandestine.

En 1943, avec Paule et Camille TREBOSC, ce dernier militant des PTT, qui exercent des responsabilités importantes dans la Résistance, Marie COUETTE organise l'évasion de Marcel GOUZIEN, également postier, arrêté le 1er mars 1943 et sauvagement torturé par la police de Vichy. Après de nombreuses péripéties et en surmontant mille difficultés, l'évasion a lieu le 1er mai 1943.   Il était temps : On saura plus tard que Marcel GOUZIEN devait être fusillé le 15 mai au Mont-Valérien.

Le 1er juin 1943, Marie COUETTE est arrêtée alors qu'elle rend visite à une camarade blessée et transportée à l'hôpital Saint Antoine à Paris(14). Elle est battue férocement et emprisonnée. Le 25 mai 1944, elle est condamnée à dix huit mois de prison et 1200 francs d'amende par la section spéciale de la Cour d'Appel de Paris(15) pour "propagande communiste"  et enfermée à la Petite Roquette. Elle y restera jusqu'à la libération par les unités de Résistance du Xième arrondissement, le 17 août 1944.

Après la guerre, Marie COUETTE a exercé d'importantes responsabilités syndicales : secrétaire de l'UD CGT de la Région Parisienne de 1945 à mars 1946, puis secrétaire de la CGT d'avril 1946 au 18 novembre 1949, date de sa retraite syndicale et politique pour raisons de santé.

Source "Les Femmes des PTT dans la Résistance"  Maurice DESSEIGNE I.H.S.

horizontal rule

Remonter