Bullets  Retour

horizontal rule

HISTOIRE

Louis SAILLANT

**********

Le 27 mai 1943, sous la présidence de Jean MOULIN, se constitue au 48 rue du Four à Paris, le Conseil National de la Résistance. Aux côtés de 8 mouvements et de 6 partis politiques, deux syndicats résistants sont représentés : la CGT et la CFTC. La CGT, réunifiée en avril lors des accords du Perreux, est représentée par Louis Saillant.

Ce syndicaliste sera le 3ème président du CNR en septembre 1944 lorsque Georges Bidault représentant des Démocrates-Chrétiens (qui avait succédé à Jean Moulin) sera appelé au gouvernement provisoire en tant que ministre des Affaires étrangères. Louis Saillant est élu, à l’unanimité, président du CNR. Il sera membre à ce titre de  l’Assemblée constitutive provisoire. Il n’a que 33 ans. C’est un homme cultivé, un autodidacte qui est très attaché à la liberté de pensée.

Louis Saillant après la fin de la guerre assurera la responsabilité de secrétaire général de la Fédération syndicale mondiale jusqu’en 1968 date où il condamne l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques. Pierre Gensous (CGT) assurera les fonctions de secrétaire général de la FSM de 1969 à 1975. La confédération quitte la direction de la FSM en 1975 et se désaffilie de cette organisation en 1995. Des syndicats CGT participent encore aux travaux de la FSM.

Louis SAILLANT est né le 27 novembre 1910 à Valence dans le département de la Drôme. Son père André exerce le métier de cordonnier et fait partie des pionniers qui vont consacrer leur vie à la construction du syndicalisme et à la défense des droits des travailleurs. Baigné dans ce milieu, le jeune Louis va s’engager très vite aux côtés de son père dans les luttes ouvrières. Apprenti sculpteur sur bois, il adhère en 1926 au syndicat de l’ameublement de Valence et prend très vite d’importantes responsabilités, il n’a que 16 ans.

 

 

Louis Saillant va poursuivre son engagement et va commencer alors cette étonnante carrière d’ouvrier qui atteint les plus hautes fonctions. En septembre 1939 débute la guerre, Louis est mobilisé jusqu’en juin 1940. Lorsque la CGT et la CFTC sont dissoutes par Pétain, Louis Saillant se rend à Sète où il retrouve Léon Jouhaux et d’autres syndicalistes pour poser les bases d’une résistance syndicale. Il est chargé de maintenir un réseau de relations en zone occupée.

Le 15 novembre 1940, Louis Saillant (ex-CGT confédérée) est signataire du Manifeste des douze, dont trois représentants de la CFTC, qui refusent la soumission des syndicats au gouvernement. A partir de ce moment-là, Louis Saillant s’engage dans la Résistance dans le réseau Libération Nord.

Une date importante pour Louis Saillant est le 17 avril 1943. Représentant la CGT ex-confédérée, avec Robert Bothereau, il rencontre André Tollet et Henri Raynaud (ex-CGT Unitaire), c’est la réunification syndicale scellée par ce que l’on appelle « les accords du Perreux ». Son attachement à la réalisation de l’unité syndicale va de pair avec sa vision de faire le lien entre syndicalisme et Résistance. C’est ainsi qu’il se retrouve le 27 mai 1943 le représentant de la CGT lors de la réunion qui va se conclure par la création du Conseil National de la Résistance. Jean Moulin en est le premier président jusqu’à son arrestation à Caluire le 21 juin 1943. Il est remplacé par Georges Bidault en septembre 1943.

Les services de police de Pétain sont de plus en plus actifs. Il est devenu difficile de réunir clandestinement 16 membres du CNR. Il est donc décidé de mettre en place un Bureau permanent de 5 membres où Louis Saillant assurera, en accord avec la CFTC, la représentation syndicale. Ce bureau se réunit un fois par semaine en 1943 et deux fois par semaine l’année suivante. En dehors de la priorité à la libération du pays, le CNR se donne comme tâche la rédaction du programme. Son élaboration a nécessité 3 mois de travail, de discussions et d’échanges entre les membres du CNR. Le 15 mars 1944 le programme est adopté à l’unanimité. Louis Saillant est décédé le 28 octobre 1974 et repose au cimetière de Romans.

                                                                                                                                                                                                                        Charles Sancet

    P.S. : Merci au Comité départemental ANACR de la Drôme pour ses précieuses informations sur L. Saillant.

horizontal rule

Bullets  Retour