Retour Mémoire

PANEAU10 - Nouvelles menaces fascistes dans notre société?

On a vu que c'est sur un fond de crise sociale et politique que le nazisme (et d'autres formes de fascisme) a pu se développer et s'imposer.

Les maux qu'endurait le peuple allemand à l'époque, Hitler en a attribué la responsabilité aux juifs transformés en boucs émissaires (des affiches disaient : 400.000 chômeurs = 400.000 juifs en trop).

Les théories raciales - flattant les allemands "classe supérieure", rangeant les autres peuples (dont les français) dans des catégories inférieures et les juifs et les tziganes carrément dans des groupes de sous-hommes - pervertirent progressivement les individus au point que certains accomplirent des crimes effroyables sans aucun état d'âme !

Bien sûr, aujourd'hui, le contexte général, notamment en France, n'est pas celui de 1940.

Mais des réminiscences de ce passé font surface. Des propos sur les "races humaines" et leur prétendue hiérarchie naturelle, sont prononcés publiquement. La désignation de boucs émissaires tient lieu d'analyse économique et sociale !

Tout cela est inquiétant et appelle à notre avis, une vigilance attentive. D'autant que l'environnement européen - sans être comparable lui aussi à celui de l'avant-guerre - comporte des éléments similaires inquiétants.

Dans plusieurs pays, des partis d'extrême-droite, n'hésitant pas dans bien des cas à se référer au nazisme, ont pignon sur rue et leur influence électorale est loin d'être négligeable.

Qui peut dire que les idées d'intolérance, de haine ne peuvent, sur un fond de misère, conduire de nouveau aux pires extrémité ?

Les bourreaux des camps nazis ont dû être, au début de leur vie, des individus ni plus méchants, ni plus gentils que d'autres. Mais, petit à petit, idéologiquement nourris de rancœur et de fanatisme, ils dont devenus des tortionnaires.

Nous reprendrons à notre compte les paroles du Pasteur Boegner.

"Pourquoi ruminer ces souvenirs ?   Non pour perpétuer la haine et le désir de vengeance, mais pour redire que là où germent l'horreur et la détresse, naissent en contrepartie l'entraide et l'amour".

"Pour que les jeunes qui n'ont pas vécu ces évènements veillent à ne pas les laisser se reproduire et sachent à quels crimes peuvent conduire certaines idéologies".

C'est pourquoi notre Association a créé, à l'image de ce qu'a fait l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (A.N.A.C.R.), un groupe d'Amis de la Résistance ouvert aux jeunes générations de la Poste et de France Télécom, à tous ceux et à toutes celles qui portent intérêt à cette page exceptionnelle de l'histoire nationale et qui veulent la sauver de l'oubli; à tous ceux et à toutes celles qui pensent que les enseignements de la Résistance ont encore valeur pour aujourd'hui et pour demain et qu'il convient donc de les pérenniser.

Retour Mémoire