Retour Bullets Devoir de Mémoire

Retour Bullets AG 2010

horizontal rule

Hommage à Marie-Thérèse FLEURY

le 16 avril 2009 à PARIS 20

 

En 2008 nous avions choisi, pour l’hommage à Marie-Thérèse Fleury, la date anniversaire de la libération du camp par l’Armée Rouge le 27 janvier 1945 (journée de commémoration décidée par l’ONU). Les choses avaient été faites dans une certaine précipitation et nous n’étions que quelques membres de Libération PTT auxquels s’étaient joints, et je les en remercie, plusieurs responsables du syndicat CGT des Services Postaux de Paris.

Cette année nous choisissons la date de la mort de Marie-Thérèse soit le 16 avril. Nous proposons de faire la cérémonie en commun avec la FAPT ainsi qu’avec le syndicat des Postaux de Paris.

Marie-Thérèse Fleury dont nous honorons ici la mémoire n'avait pas 35 ans lorsque elle a été assassinée à Auschwitz-Birkenau, camp de l'horreur absolue. Elle avait été arrêtée par la police de Pétain, (la BS1), le 21 octobre 1941. Elle était soupçonnée d'activités de résistance, ce qui était exact, puisque depuis l'été 1940 elle s'était employée à créer des syndicats clandestins, à dénoncer le régime autocratique et xénophobe de Vichy ainsi que l'oppression nazie.

Le 19 juin elle comparaît devant un tribunal qui, faute de preuves, l'acquitte.Elle aurait dû normalement recouvrer la liberté, mais comme cela se passait souvent à cette époque, la Gestapo la récupérait et l'incarcérait au fort de Romainville.

Elle devait être ensuite déportée le 23 janvier 1943 à Auschwitz dans le seul convoi, pour ce camp, de femmes résistantes, 230 au total,  dont plusieurs communistes aujourd'hui célèbres : Danièle Casanova, Maia Politzer (veuve du philosophe), Hélène Solomon (fille du professeur Langevin), Charlotte Delbo (écrivaine)  Marie-Claude Vaillant-Couturier (grand témoin au procès de Nuremberg).

Quatre-vingt pour cent de ces femmes devaient perdre la vie dans les mois qui suivirent, soit sous les coups des bourreaux, soit de faim ou manque de soins...

Ce régime de terreur, de déshumanisation et d'élimination physique ne relevait pas de la sauvagerie particulière de quelques nazis. Il était pensé, organisé à l'échelon le plus élevé des pouvoirs politiques et militaires et constituait une sorte d'échantillon de la société humaine que le nazisme voulait imposer au monde: les Allemands et la SS (l'élite !) au dessus de tout, destinés biologiquement à dominer les autres peuples, à les traiter en esclaves, voire à les éliminer du genre humain, par le gaz comme pour des insectes ou des nuisibles, ce qui fut le cas pour les Juifs et des Tsiganes. Cette guerre comportait bien un enjeu de civilisation.

En évoquant le souvenir de Marie-Thérèse Fleury je tiens à associer tous ceux et toutes celles qui sont tombés dans ce combat pour la dignité humaine, pour la liberté : soldats des forces alliées, soviétiques, britanniques, étatsuniens, canadiens, australiens,combattants volontaires des FFL et des FFI auxquelles de nombreux agents des PTT ont appartenu. "N'oublions pas".

Michel DELUGIN

horizontal rule

Retour Bullets Devoir de Mémoire

Retour Bullets AG 2010