BulletsAccueil       BulletsActivités

horizontal rule

Commémoration du 25 août 1944

(Vendredi  23 août 2019 au siège de la Poste).

********

Le Vendredi 23 Aout 2019,  eut lieu au Lemnys, Siege de LA POSTE, la commémoration du 75ème anniversaire de la Libération de PARIS.

Patrice LIGONIERE

La  cérémonie a débutée vers 11h15 sur la terrasse de l'auditorium, lorsque la musique a jouée la sonnerie "Garde à vous" pour accompagner l'arrivée de Mr Philippe BAJOU, Secrétaire général du Groupe La Poste.

Notre association était représentée par Charles SANCET, secrétaire général,  Patrice LIGONIERE secrétaire général adjoint et porte-drapeau. Plusieurs camarades s’étaient excusés, en vacances ou retenus par la maladie.

C'est Colette PALLARES secrétaire générale qui a déposé la gerbe de LIbé PTT.

 

horizontal rule

 

Allocution de M. Philippe BAJOU

Secrétaire général du Groupe La Poste

A l’occasion de la commémoration de la Libération de Paris

25 août 2019

*************

Mesdames et Messieurs les représentants des associations d’Anciens Combattants,

Mesdames et Messieurs,

A vous également, Madame et Messieurs qui nous accompagnez dans ce travail de mémoire.

Nous célébrons cette année le 75ème anniversaire de la Libération de Paris.

C’est l’occasion pour nous d’honorer, avec une solennité particulière, la mémoire de tous les postiers qui se sont illustrés dans ces combats !

Le 25 août 1944, à la Gare Montparnasse, le Général Von Choltitz signait la reddition sans condition de la garnison allemande, en présence du Général Leclerc.

Tout le monde sait que la Libération serait survenue sans l’insurrection. Mais nul ne sait dans quel état les libérateurs aurait alors trouvé la Capitale tant ce que nous savons rétrospectivement des ordres adressés nous donne l’étendue de la folie destructrice du dirigeant de l’Allemagne nazie.

Mais il n’était pas sans importance, pour l’honneur et pour l’indépendance future, que la capitale de la France fût à l’initiative de sa propre libération, et qu’elle devançât l’arrivée des troupes !

Rappelons-nous : à l’annonce de l’avancée des Alliés sur Paris, un grand soulèvement s’était produit au sein de la population.

Une course de vitesse spontanée se met alors en place avec un seul but, protéger Paris et sa population en profitant du désarroi de l’occupant.

Les cheminots s’étaient mis en grève le 10 août, suivis par la Gendarmerie le 13 août.

Le 15 août, c’était au tour de la Police, suivie par les Postiers le 16.

La Grève générale éclata le 18 août.

Le 19 août au matin, 2000 policiers résistants s'emparèrent de la Préfecture de Police, hissèrent le drapeau tricolore et sur Notre-Dame et engagèrent le combat.

Rol-Tanguy vint prendre leur commandement dans la matinée et enrôla les policiers dans les FFI. Le lendemain, ils prenaient l'Hôtel de ville.

Les combats, violents et dispersés dès le 19, atteignent leur maximum le 22. De sérieux combats ont lieu en particulier à la Préfecture de Police, au Sénat, au Grand Palais, autour de l'Hôtel de Ville.

Le 24 août, les premiers éléments de la Deuxième Division Blindée de Leclerc franchissent la Porte d’Orléans. Le 25, ce sont les Américains de la 4ème division d’infanterie qui arrivent par la Porte d’Italie.

L’Etat-major allemand est fait prisonnier par les FFI.

C’en est fini de quatre années d’occupation !

Rappelons-nous les paroles du Général de Gaulle, ce jour-là, à l’Hôtel de Ville, et que l’on cite souvent, mais rarement en entier :

« Pourquoi voulez-vous que nous dissimulions l'émotion qui nous étreint tous, hommes et femmes, qui sommes ici, chez nous, dans Paris debout pour se libérer et qui a su le faire de ses mains.

Non ! nous ne dissimulerons pas cette émotion profonde et sacrée. Il y a là des minutes qui dépassent chacune de nos pauvres vies. 

Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle.

Eh bien ! puisque l'ennemi qui tenait Paris a capitulé dans nos mains, la France rentre à Paris, chez elle. Elle y rentre sanglante, mais bien résolue. Elle y rentre, éclairée par l'immense leçon, mais plus certaine que jamais, de ses devoirs et de ses droits.

Or, mes chers amis,

Dans ces journées d’août 45, des postiers se sont illustrés !

Ils furent près de 3000 à prendre part aux combats dans toute ville !

Vous tous qui êtes ici savez bien que le 25 août, c’est le groupe de postiers résistants « Duplessis » dans lequel figurait Georges Maupomé, basé au bureau de Poste de la Rue de Grenelle, qui, en soutien d’un détachement de la Deuxième DB, donna l’assaut à la chambre des Députés et hissa le drapeau tricolore, emportant le drapeau nazi en trophée

A compter du 21 août 1944, les postiers du garage central de Bonvin s’activent pour réparer rapidement les véhicules qu’ils sabotaient antérieurement pour les mettre à disposition des FFI.

Les postiers reprennent également le Ministère des PTT avenue de Ségur toujours à l’appui de la 2e DB, dans des combats sanglants au cours desquels 30 postiers perdirent la vie. Il en est également du Bureau de la Rue du Louvre.

Au central téléphonique de la rue de Grenelle, ils réussissent avec l’appui de policiers résistants à faire en sorte que les Allemands quittent les locaux sans détruire les installations.

Aujourd’hui, nous saluons la Résistance postale dans son ensemble !

Rappelons-nous en effet que dès juillet 1940, un premier mouvement de résistance, nommé « Libération Nationale PTT » avait été créé, essentiellement sous l’impulsion de la CGT ; il avait été rapidement rejoint par d’autres groupes issus notamment du syndicalisme chrétien autour de la CFTC. Ce premier réseau opérait essentiellement dans les bureaux de Poste.

Zone de Texte: 5/8

L’année suivante, un petit groupe de hauts-fonctionnaires du Ministère avaient créé un autre réseau interne, spécialisé dans l’espionnage, et qui agissait à partir des grands centraux téléphoniques. L’ingénieur Robert Keller était de ceux-là.

L’unification de ces différentes initiatives aboutit à ce que la Poste, en 1943, se trouvât dotée d’un réseau solide et efficace, qui prit, après le débarquement le nom de « Résistance PTT ».

En reconnaissance de son action, le 16 octobre 1945, « Résistance PTT » fut citée à l’Ordre de l’Armée et décorée de la croix de guerre avec palme par le Général de Gaulle.

Aujourd’hui,

Nous voulons honorer la mémoire de nos morts,

Tombés lors des combats de la libération de Paris, tombés dans ses faubourgs, alors que la joie revenait sur le visage des Français,

C’est à tous ces héros que nous penserons quand la sonnerie aux morts retentira et que nos drapeaux s’inclineront.

Nous penserons aux 212 postiers résistants morts pour libérer la France.

Honorons la mémoire de tous ceux qui sont morts pour libérer la Patrie !

A leur égard, nous sommes tous des débiteurs insolvables. Notre premier devoir est d’en avoir conscience et d’en ressentir de la gratitude ! Que le souvenir de leur courage et de leur détermination nous inspire également.

Je vous remercie.

Après l'allocution de M Philippe BAJOU a eu lieu la cérémonie du dépôt de gerbes.

 

C'est Colette PALLARES secrétaire générale qui a déposé la gerbe de LIbé PTT.

horizontal rule

Après le dépôt des gerbe  retentit la sonnerie “Aux MORTS” suivie d’une minute de silence .

 

 

horizontal rule

Puis, on entendit “La Marseillaise” suivie de la marche de la 2ème DB.

 

La Marseillaise

 

La Marseillaise est un chant guerrier de la Révolution française, adopté depuis lors comme hymne national par la République française.

Écrite par Rouget de Lisle en 1792 pour l'armée du Rhin suite à la déclaration de guerre de la France à l'Autriche, ses paroles consistent essentiellement en une exhortation au combat contre les « hordes ennemies », pour la victoire et le salut de la Patrie. Elle a été adoptée comme hymne national français le 14 juillet 1795.

Rouget de Lisle chantant la Marseillaise pour la première fois à l'hôtel de ville de Strasbourg.

 

Marche de la 2ème DB

 

horizontal rule

Mr Philippe Bajou remercie les porte-drapeaux, les associations d’anciens combattants, ainsi que les musiciens.

A la fin de la cérémonie, un  Vin d’honneur a été offert aux  invités à l'Espace de Convivialité.

horizontal rule

 

 Informations concernant les 2 personnes en tenue d’époque.
Il s’agit d’un couple passionné par l'histoire et plus particulièrement par les 2 guerres 14-18 et 39-45 pour lesquelles ils participent à des reconstitutions et à des commémorations.

Madame Cécile Métayer est assistante comptable au SCRLP Paris Gare de Lyon (Service Comptable Réseau La Poste) et postière depuis 1989.

Son conjoint se nomme Olivier Stricher.
 

 

horizontal rule

BulletsAccueil       BulletsActivités