Hommage à deux postières Résistantes à LOUHANS (71)

horizontal rule

BulletsAccueil       BulletsActivités 2016 - 2015

     Sur la façade du bureau de Poste de cette ville, une plaque rend désormais hommage à deux postières Résistantes, Jeanne VACHER et Lucienne ANDRÉ.

     Le samedi 13 août 2016, une cérémonie particulièrement émouvante s’est déroulée devant ce bureau pour dévoiler la plaque commémorative.

 

 

     Depuis plusieurs années, le Comité local de l’ANACR de Louhans, animé par son président Bernard VINCENT, s’est mobilisé pour arriver à l’organisation de cette manifestation, en surmontant de nombreuses difficultés.

     Notre association avait saisi voici deux ans la direction régionale de La Poste pour une participation financière à la réalisation de la plaque auprès d’un marbrier. Olivier TAVIOT de Dijon, adhérent de Libération Nationale PTT, usant de ses relations professionnelles, intervenait également. Enfin le directeur délégué de la Poste Bourgogne Franche Comté accordait une participation financière couvrant en grande partie la facture du marbrier. Nous le remercions pour cette aide.

     Jeanne VACHER née Joly le 23 février 1903 à Paris, épouse Roger VACHER en 1926. Elle est employée commis nouvelle formule à la poste de Louhans (citée dans le livre « Les Femmes des PTT et la Seconde Guerre mondiale » page 149 – Charles Sancet - Editions Tirésias Paris 2014).

     Arrêtée par la Gestapo, emprisonnée à Montluc, déportée, elle sera de retour fin mai 1945,. elle décède à Lyon en 1998.

    Lucienne ANDRÉ née le 31 janvier 1920 à Besançon est employée à la poste de Louhans comme téléphoniste puis à la poste de Verdun-sur-le-Doubs.

 *********

La cérémonie

     Elle s’est déroulée en présence du Maire de Louhans, Monsieur Frédéric BOUCHET, de Monsieur Jacques MOUGENOT, 1er Adjoint, Monsieur Jean-Marc DURAND, Délégué départemental du Groupe La Poste, Monsieur Yves ANDREU, Directeur départemental de l’ONAC, Madame Simone MARIOTTE, Présidente départementale de l’ANACR, Monsieur Charles SANCET, secrétaire général de « Libération Nationale PTT » et membre du Bureau National de l’ANACR, Monsieur Denis MASSOT, responsable du bureau de La Poste à Louhans, Monsieur Stéphane CROS, Président du Comité Directeur de l’Office de Tourisme, Monsieur Roger PERRET, Président des Anciens Combattants de Louhans-Châteaurenard, Monsieur Charles JADONET, Président des Médaillés Militaires, Mademoiselle Victorine LOUREAUX, petite-fille de Résistant, Monsieur Bernard VINCENT, Président du Comité local ANACR, des élus, des Présidents d’associations, les Porte-drapeaux et un nombreux public. On notait également la présence de deux anciens Résistants, Messieurs Jacky BOUVIER et Roger MICHON, de Madame Odette VINCENT, épouse d’un ancien Résistant et de Madame Angèle DELAY-FLEXAS représentant la famille de Lucienne ANDRÉ.

     Trois discours se sont succédé, celui de Bernard VINCENT Président du Comité ANACR du Louhannais qui a ouvert la cérémonie, puis celui du Maire, Frédéric BOUCHET et celui de Simone MARIOTTE Présidente départementale avant de donner la parole à Victorine LOUREAUX, petite-fille de Résistant pour une allocution que nous publions ci-dessous.

« Mesdames, Messieurs,

     Aujourd’hui, nous sommes réunis ici pour rendre hommage à Lucienne ANDRÉ, Postière, Résistante du Mouvement COMBAT, Sergent des Forces Françaises de l’Intérieur et à Jeanne VACHER, Postière, Résistante également du Mouvement COMBAT, Sous-lieutenant des Forces Françaises Combattantes.

 En faisant allégeance à l’Allemagne nazie, Pétain entraînait la France dans une des périodes les plus sombres de son histoire. La République fut abolie au profit de l’Etat français. En 1939, les femmes ne bénéficient d’aucun droit civique et continuent à être considérée comme des mineures. On pense souvent que la Résistance est une affaire d’hommes, pour les Femmes, participer à la Résistance est un choix plus difficile parce qu’elles doivent protéger et nourrir leurs familles. Les Femmes, comme les hommes, ont été animées par des motivations liées au Patriotisme et à la défense de la Liberté. Elles ont été nombreuses, fidèles à l’idéal de la Résistance et aux Valeurs de la République à faire le sacrifice de leur vie en s’engageant dans une lutte sans merci pour libérer la France des occupants nazis et de leurs valets pétainistes.

 

Leur participation dans la Résistance consistera d’abord à offrir une cache aux Résistants, à les nourrir, à émettre des messages ou à cacher des armes. Puis elles entreront dans les Mouvements et feront d’irremplaçables agents de liaison, le combat résistant des Femmes, du plus modeste aux plus glorieux,  certaines ont participé à la lutte armée et ont fait le coup de feu avec une bravoure sans précédent à l’égal des hommes, contre les nazis et la dictature pétainiste.

     La guerre finie, ces Femmes reviendront dans leur foyer et, reprendront discrètement leurs anciennes activités. Quand on les interroge sur leurs actions pendant ces périodes, elles nous disent ‘’ Oh ! moi, je n’ai rien à dire’’ ou encore’’ On a fait ce qu’on avait à faire, c’était normal’’. Nous battre pour la Liberté et pour les générations futures était une nécessité, la LIBERTE est un bien précieux. La Résistance a retenu les noms d’héroïnes comme Danielle CASANOVA, Marie-Madeleine FOURCADE, Suzanne BUISSON, Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER, Lucie AUBRAC, Cécile ROL-TANGUY, Raymonde TILLON, Simone SEGOUIN. Le 27 mai 2015, Germaine TILLION et Geneviève ANTHONIOZ de GAULLE entrent au Panthéon. On ne compte que 6 femmes parmi les 1038 Compagnons de la Libération, Berty ALBRECHT, Laure DIEBOLD, Marie HACKIN, Marcelle HENRY, Simone MICHEL-LEVY et Emilienne MOREAU-EVRARD.

Comme le dit Marie-José CHOMBART de LAUWE ‘’N’oublions pas les autres’’

     A Louhans, des Femmes se sont engagées, Simone GONOD, Thérèse COUILLEROT, Mireille FLEURY, Germaine MAGNIN, les sœurs BUGUET, Jeanne VACHER et Lucienne ANDRÉ.

 

Lucienne ANDRÉ est née le 31 janvier 1920 à Besançon. Lucienne a habité rue Edgard Guigot à Louhans, fille d’un cheminot louhannais, elle travaille au standard téléphonique à la poste de Louhans, puis postière à Verdun sur le Doubs. Lucienne s’engage dans la Résistance en 1942, en mai 1944, elle rejoint le  groupe ‘’ Marius’’ commandée par François Flammand dit Capitaine Marius basée à Saint Bonnet en Bresse. Au sein de ce Maquis, Lucienne est distributrice de tracts et agent de liaison. Devenue un témoin gênant, Lucienne en savait trop sur les malversations et les dérives de Marius.

 

Le 13 août 1944, en fin d’après-midi, Marius fait exécuter Lucienne sous le faux prétexte de ‘’manœuvres anti-françaises’’ au lieu-dit ‘’La Barre’’ à Saunières, au bord du Doubs, elle avait 24 ans.

 

 

     Les membres du Comité de Libération de Verdun affirment le patriotisme ardent de Lucienne. Des pétitions sont signées par une dizaine de communes et par des organisations de Résistance en faveur de Lucienne. Des lettres de Résistants dont celle du Capitaine « VIC » qui fut Sous–préfet de Louhans à la Libération, attestent que Lucienne a rendu de grands services à la Résistance. Mais pendant 4 ans, beaucoup ont perdu la mémoire volontairement pour éviter certaines rivalités.

 

12

     Quatre ans après son assassinat, en  1948, s’ouvre le procès du Maquis Marius au Tribunal Militaire de Dijon, un second procès s’ouvre en 1950, après  les témoignages d’authentiques  Résistants, de Roger Vacher, de Gaston Faisy, du Capitaine Vic et du Capitaine Giguet en faveur de Lucienne ANDRE. Marius est condamné.

Après cet assassinat, même maintenant, à Saunières et dans la région, personne ne parle ou très peu, Lucienne a été traînée dans la boue, traitée de Kollabo, sa famille a beaucoup souffert de ces humiliations de la part de la population surtout à la Libération et les années suivantes.

     Dix ans après ce lâche assassinat, Lucienne est réhabilitée le 22 septembre 1954 avec la mention ‘’ Morte pour la France’’. Lucienne est titulaire de la Croix de Volontaire de la Résistance et de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

     Jeanne VACHER est née  le 23 février 1903 à Paris, commis des PTT, à la poste de Louhans, où elle est la collègue de travail de Lucienne. Résistante de la première heure, Jeanne appartient depuis avril 1941 au réseau Marc Breton. A partir de mai 1942, Jeanne est sous les ordres du Colonel Albert CHAMBONNET, Chef régional de l’Armée Secrète, Compagnon de la Libération,  elle est affectée au Service de renseignement et de liaison, elle assure le courrier avec Lyon.

     A partir du 1er janvier 1943, Jeanne est affectée au SAP (Section Atterrissage Parachutage), elle est arrêtée alors qu’une équipe de radio opérant à son domicile le 14 juin 1943, 11, rue du Colombier à Louhans  en même temps que son mari sur dénonciation par les miliciens Guy et Ménétrier et par la Gestapo de Chalon sur Saône. Après son arrestation, Jeanne n’a pas dévoilé les noms de ses camarades sous la torture. Jeanne est internée dans les prisons de Montluc, Dijon, Fresnes et transférée au camp de Royallieu près de Compiègne, après un passage en premier temps à Schirmeck (camp annexé au Struthof en Alsace) pour être déportée au camp de Ravensbrück du 28 janvier 1944 au 7 mai 1945. Jeanne revient en France le 30 mai 1945 très affaiblie. Jeanne est titulaire de la Croix de Volontaire de la Résistance et de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

     Dans la Résistance, les Femmes sont aussi héroïques que les hommes, mais leur sort est pire encore que celui des hommes. La décapitation leur était destinée. Le colonel ROL-TANGUY déclarait : ‘’ Sans elles, la moitié de notre travail eût été impossible’’. Je vous remercie.

 

 

 

     Six porte-drapeaux dont celui de notre association porté par un camarade du comité ANACR, conféraient à cette cérémonie un caractère officiel.

 

 

     Le Maire Frédéric BOUCHET, Simone MARIOTTE, Angèle DELAY-FLEXAS représentant la famille de Lucienne ANDRÉ et Jean-Marc DURAND, délégué départemental de La Poste dévoilèrent la plaque.                                 

     Trois gerbes furent déposées par le Maire Frédéric BOUCHET, par Simone MARIOTTE pour l’ANACR et par Charles SANCET pour l’association « Libération Nationale PTT –ANACR ».

 

 

horizontal rule

BulletsAccueil       BulletsActivités 2016 - 2015