Bullets Retour

horizontal rule

Histoire

L’Ordre de la Libération

Cette décoration a été créée par le général de Gaulle le 16 novembre 1940 à ce moment-là chef de la France Libre. Elle est attribuée à des Résistants comme à des lieux de résistance qui se sont illustrés pendant la Seconde Guerre mondiale dans la libération du pays.

Seules 1038 personnes dont 6 femmes, 5 communes et 18 unités combattantes se sont vues attribuées cette décoration entre juin 1941 et janvier 1946. L’Ordre de la Libération « est destiné à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de la libération de la France et de son empire ».

En quittant le pouvoir en janvier 1946 le général de Gaulle signe un décret de forclusion qui met fin à l’attribution de la Croix de la Libération.

Les 6 femmes « Compagnons de la Libération » sont : Berty Albrecht, Marie Hackin, Laure Diebold, Marcelle Henri, Simone Michel-Lévy, Emilienne Moreau-Evrard.

Les 5 communes  élevées au rang de « Compagnons de la Libération » sont Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’Ile de Sein. La première ville ayant reçu la Croix de la Libération est Nantes le 11 novembre 1941 ensuite Grenoble le 4 mai 1944, Paris le 24 mars 1945, le village de Vassieux-en-Vercors le 4 août 1945 et l’Ile de Sein le 1er janvier 1946.

Les 5 communes ont signé un pacte d’amitié, ratifié par les cinq maires le 3 décembre 1981, destiné à assurer la pérennité de l’Ordre et à susciter des liens entre elles

 

Ces communes ont voté au sein de leur conseil municipal un serment dont nous publions le texte ci-dessous qui rappelle notamment leur responsabilité à l’égard des valeurs de la Résistance portées par l’Ordre de la Libération auquel elles appartiennent.

 « Alors que le monde s’enfonçait dans une tragédie profonde, nos cinq communes ont fait le choix de la Résistance. Parce qu’elles ont su porter leur courage jusqu’aux limites du sacrifice, parce que, fidèles à la devise de l’Ordre, elles ont "en servant la patrie", "apporté la victoire", nos cinq communes ont été élevées par le général de Gaulle à la dignité de Communes Compagnon de la Libération.

Comme le disait André Malraux, il appartient aux Compagnons de "représenter tous ceux qui, le cas échéant, n’avaient pas été moins courageux qu’eux". Aussi les communes Compagnon symbolisent-elles toutes les villes qui ont su opposer à l’occupant une détermination sans faille, de même que les Unités Militaires Compagnon de la Libération représentent toutes celles qui ont participé avec elles à la libération de la France.

Nous mesurons cet honneur et en assumons les responsabilités. Il nous appartient d’abord d’écouter les derniers Compagnons qui, pendant tant d’années, ont su faire vivre la mémoire. C’est pour la liberté que, le 15 mars 1944, le Conseil de la Résistance a établi un programme dont il nous revient de défendre l’esprit de justice.

Dans la longue nuit de l’Occupation ou sur tous les champs de bataille, c’est la fraternité qui a sauvé les Compagnons au-delà des partis, des religions, des origines et des divisions.

Pour toutes ces raisons, nos communes font ici le serment solennel de conserver le souvenir et l’héritage de ceux qui se sont battus pour que triomphent les valeurs de la Résistance, qui sont aussi celles de la République ».

Aujourd’hui, seuls quelques Compagnons de la Libération, sont encore en vie, 5 en juin 2018. Parmi ceux-ci Hubert Germain né le 6 août 1920 à Paris. Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans les Forces Françaises libres et va participer notamment à la bataille de Bir Hakeim.

Député de Paris de 1962 à 1967 puis de 1968 à1972, il participe à trois gouvernements Messmer du 6 juillet 1972 au 27 mai 1974 et sera Ministre des PTT. Une plaque commémorative lui avait été dédiée au 20 avenue de Ségur, à l’ancien Ministère des PTT.

 

« Dans l’honneur et par la victoire ». Les Femmes Compagnon de la Libération. 

 Sous la direction de Guy Krivopissko, Christine Levisse-Touzé et Vladimir Trouplin

Album illustré paru aux éditions Tallandier

Nombreuses illustrations inédites issues des collections du musée de l’Ordre de la Libération et des archives familiales

Format : 185/255

Parution en novembre 2008

Prix public : 20 €

ACHAT : Voir sur amazon.fr par exemple.

 

 

horizontal rule

Bullets Retour