Bullets Retour

horizontal rule

Histoire

3 septembre 1939 : début de la Seconde Guerre mondiale

Comment en est-on arrivé là ?

D’abord il faut parler de l’homme : Adolf HITLER, célébrité locale qui depuis 1921 est le dirigeant du « Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP ») dont la violence politique est déjà une de ses méthodes pour obtenir le pouvoir.

Le 8 novembre 1923, une tentative de prise de pouvoir par la force en Bavière est organisée par ce même Adolf Hitler. On nommera cet épisode « putsch de la Brasserie ou de Munich ». C’est l’échec des putschistes. Au passage, il y avait un certain Hermann Göring. Hitler est condamné à 5 ans de prison, mais finalement il restera seulement 13 mois à la prison de Landsberg de novembre 1923 à décembre 1924. Il va mettre à profit cette incarcération pour rédiger « Mein Kampf ». Il est persuadé qu’il peut accomplir en Allemagne ce qu’a réussi en Italie Mussolini.

Le 30 janvier 1933, le président de la République le maréchal Paul Von Hindenburg fait appel à Hitler, le chef (Führer) du Parti national-socialiste allemand (le NSDAP, souvent dénommé parti nazi) pour former un nouveau gouvernement. Le monde économique en Allemagne souhaitait qu’Hindenburg nomme à la Chancellerie le chef du groupe national le plus nombreux et c’est Hitler le mieux placé. Les dirigeants économiques voyaient un moyen de détourner les masses populaires des communistes notamment. Car depuis 1932, ceux-ci sont un danger. Mais c’est aussi la crise économique et une inflation galopante qui sévit depuis une dizaine d’années qui vont faire le lit du nazisme.

Dès sa nomination, Hitler dissout le Reichstag et va organiser de nouvelles élections pour le 5 mars 1933. Avec son chef de la propagande Josef Goebbels ils vont organiser « les grandes lignes de la lutte armée contre la terreur rouge ». Les miliciens de son parti au sein des Sections d’Assaut (SA) vont terroriser l’opposition avec l’appui d’un des bras droit d’Hitler, Hermann Göring.

Le 27 février 1933, un incendie détruit le palais du Reichtag à Berlin (le Parlement allemand). Hitler justifiant que les auteurs de cet acte ne peuvent qu’être des terroristes bolcheviques, va faire perquisitionner et arrêter les communistes connus.

Le 28 février 1933, Von Hindenburg signe le décret « Protection de l’Etat et du peuple ». À partir de ce jour, les SA et SS peuvent arrêter, terroriser, torturer et tuer les opposants politiques.

Le 5 mars 1933, les élections législatives donnent 43 % des voix au NSDAP. Le 26 avril c’est la création de la Gestapo. Un décret d’Hermann Göring officialise la création de la Police secrète du Troisième Reich.

Après le 1er mai, le lendemain, Hitler fait démanteler les syndicats libres allemands. La maison du ADGB à Berlin et tous les centres syndicaux importants sont occupés par les SA et SS et de nombreux syndicalistes sont arrêtés.

Le 10 mai 1933 un mouvement appelé les « Autodafés Allemands de 1933 » va permettre à Hitler d’organiser une cérémonie devant l’opéra de Berlin et dans 21 autres villes, jetant publiquement plus de dizaines de milliers de livres dans des bûchers par des étudiants, des enseignants et des membres du parti nazi.

3 juillet 1933, les Juifs sont exclus de la fonction publique.

Datée du 14 juillet 1933, une loi sur le parti unique dont la promulgation est signée par Hitler fait du NSDAP le seul parti politique autorisé en Allemagne.

14 octobre 1933, l’Allemagne se retire de la S.D.N. (Société des Nations, organisation internationale créée en 1920 par les pays vainqueurs de la Première Guerre mondiale).

14 juin 1934, Hitler rencontre Mussolini à Venise.

Le 30 juin 1934, « Nuits des longs couteaux » à Berlin et à Munich. De nombreuses personnalités sont assassinées. À Berlin, c’est sous les ordres de Göring et d’Himmler. Hitler supprime la direction des S.A.  

9 juillet 1934, le commandant en chef des S.S. Heinrich Himmler prend la direction des camps de concentration allemands et y place des brigades de garde S.S.

25 juillet 1934, assassinat à Vienne du Chancelier Dolfuss lors d’une tentative de coup d’état pronazi. 2 août 1934, mort de Von Hindenburg. Hitler prend le titre de Führer du Reich.

13 novembre 1934, le gouvernement italien décrète que, pendant les heures de classes, les professeurs, hommes et femmes, devront porter l’uniforme fasciste.

Le 31 mars 1935, les S.S. (Sections Spéciales) contrôlent 7 camps de concentration. Ils ont le droit de vie ou de mort sur 9000 personnes environ.

12 avril 1935, les membres non aryens sont exclus de la chambre des écrivains du Reich et sont interdits d’activités littéraires.

17 août 1935, en Allemagne les loges maçonniques sont dissoutes et leurs biens confisqués.

Le 15 septembre 1935, devant le congrès du parti nazi, promulgation des lois raciales de Nuremberg. Hitler commence la mise en œuvre des actions antisémites de son programme. Une première loi du Führer, prive les Juifs de la citoyenneté allemande. Une deuxième loi sur la « protection du sang et de l’honneur allemands » interdit aux Juifs d’épouser ou de fréquenter des « Aryens ». Le 12 octobre 1935, c’est l’interdiction de diffuser sur les ondes de la radio allemande de la « musique nègre de jazz ».

Le 25 janvier 1936, dans une interview à « Paris-Soir » Hitler confirme la prétention allemande de récupérer les colonies perdues en 1918.

3 mars 1936 : réoccupation par l’Allemagne de la zone démilitarisée de Rhénanie. Hitler dénonce le pacte de Locarno et le 19 mars, la S.D.N. condamne l’Allemagne coupable d’avoir violé les traités de Versailles et de Locarno. Conclu en 1925 entre l’Allemagne, la Belgique, la France, la Grande-Bretagne et l’Italie, le pacte de Locarno regroupe plusieurs accords assurant la paix en Europe occidentale. Il garantit notamment les frontières belgo-allemande et franco-allemande.

3 mars 1938 : l’Anschluss est l’annexion de l’Autriche par le Troisième Reich. Le traité de Versailles imposé à l’Allemagne l’interdisait.

Le 30 septembre 1938 : Les accords de Munich signés entre l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie représentés respectivement par Adolf Hitler, Edouard Daladier, Neville Chamberlain et Benito Mussolini livrent la Tchécoslovaquie à l’Allemagne, le lendemain c’est l’annexion des Sudètes. En France les journaux titrent « la Paix », Daladier est accueilli par une foule qui pense qu’il a gagné la paix, mais c’est la guerre qui se prépare et Hitler a les mains libres.

Le 9 novembre 1938 des  violences anti-juives, la « Nuit de Cristal » où 267 synagogues sont incendiées, de nombreux magasins appartenant à des Juifs sont détruits. Plus de 30 000 Juifs sont arrêtés et internés à Buchenwald, Dachau, Sachsenhausen.

15 mars 1939 : annexion de la Tchécoslovaquie, les troupes allemandes entrent en Bohème et en Moldavie. Hitler arrive à Prague.

En août, on relève la première directive sur l’euthanasie des malades mentaux.

23 août 1939, signature à Moscou du pacte de non-agression germano-soviétique. Les deux Etats s’engagent à s’abstenir de tout acte de violence, de toute action agressive, soit individuelle, soit commune avec d’autres puissances à ne pas seconder l’attaque d’une tierce puissance, à rester en contact pour le règlement des questions d’intérêt commun.

Le 1er septembre 1939 la Pologne est envahie par la Wehrmacht, des villes polonaises sont la cible de bombardements aériens.

Le 3 septembre 1939, l’Angleterre et la France déclarent la guerre à l’Allemagne.

horizontal rule

Bullets Retour