PLONEVEZ-PORZAY

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 18 JUIN 2011

 INAUGURATION

 

Plonévez-Porzay Vendredi 17 Juin

Préparation de l'inauguration

            A 15h30 j'arrive à Plonévez, Paul DIVANAC'H, le  Maire et Pascal PRIGENT Secrétaire ANACR 29 m'accueillent et ensemble dans la salle de la Bibliothèque municipale nous nous réunissons pour mettre au point les derniers préparatifs de la cérémonie

            Après avoir rencontré, Mr Guy LE GRAND, responsable de la Bibliothèque et avoir examiné l'emplacement disponible, je participe avec les techniciens municipaux à l'installation des panneaux de notre exposition «  La Résistance dans les PTT »

            Elle est placée face à l'émouvante exposition consacrée à la déportation dans le camp de Neuengamme et réalisée par l'AFMD (Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation) et  qui est présentée ici à Plonévez-Porzay du 11 au 25 juin pour rappeler la rafle du 30 juin 1944 ( En représailles de la coupure des lignes téléphoniques sur la presqu'île de Crozon, une rafle d'une cinquantaine d'hommes a été opérée par les Allemands à Crozon et à Plonévez-Porzay et ces hommes  ont été déportés au camp de Neuengamme)

                                        Deux expositions évocatrices: à droite l'univers concentrationnaire, à gauche la Résistance dans les PTT

 

Après les fortes tempêtes des dernières heures, le temps s'améliore, quelques grains menacent mais le soleil a refait son apparition en début de matinée


 

 PLONEVEZ-PORZAY  18 JUIN 2011 

INAUGURATION DU SQUARE PIERRE GUILLOU

     L'emplacement de la plaque avant l'inauguration

 Déroulement de la cérémonie

10h30 / 10h45

Accueil des invités

                Avant la cérémonie de l'inauguration pour Pierre Guillou, Jean MEVEL, raflé à Crozon et déporté à 15 ans  (le plus jeune déporté de Bretagne) rescapé  de Neuengamme, parcourt notre exposition

Installation des participants

Suite à quelques problèmes techniques (panne sono et absence de moyens de remplacement), nous décidons de nous installer sur la plate-forme qui jouxte le bureau de La Poste au dessus du parking pour faire les discours en s'éloignant des bruits de la rue. Nous sommes aussi en position de repli face à une averse éventuelle

 

10h55

L.Cardin  s'avance pour annoncer le début de la cérémonie

« Veuillez prendre place nous allons commencer ! »

Les portes-drapeaux s'alignent:

Pour la FNDIRP, Mr Jean MEVEL

Pour les Anciens Combattants de Plonévez-Porzay, Mr Marcel COSMAO

Pour l'ARAC Mr Claude JUILLIERE

Pour la FNACA, Mr Yves Le GAC

Pour l'ANACR, Mr Robert LOUSSOUARN 

«Parmi les personnalités, je peux vous annoncer la présence de :

Mr Jean MEVEL, rescapé de Neuengamme qui représente la FNDIRP

Mr Guy OLLIVIER, représentant l'AFMD, fils d'un raflé de Plonévez-Porzay

Mr Gérard ROPARZ, Directeur de La Poste de Douarnenez représentant le Directeur Départemental

Mr Jean-René L'HELGOUALC'H,  cadre de France Telecom à Quimper représentant le Directeur Régional France Telecom/Orange

Des élus de Plonévez-Porzay et de la Communauté de communes *

* Les trois ex-Maires de Plonévez-Porzay sur les 48 dernières années en continuité sont présents ainsi que le Maire de Locronan

« Je dois excuser:

Plusieurs personnalités de l'Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance

Mme Anne FRIANT Présidente du Finistère de l'ANACR et Mr Jean BLANCHON Président de Libération Nationale PTT

puis Mr Charles PAPERON Président du Comité de Brest, co-Président départemental de l'ANACR 29;  tous les trois sont membres de la direction nationale de l'ANACR

Mr Bernard LE GUILLOU Président du Comité de Chateaulin pris dans une autre cérémonie ne peut être présent

Nous avons à excuser aussi Mr Jean SALAUD Président de l'ARAC du Finistère, il est remplacé par Mr Joseph COROLLER  

« Je m'excuse auprès des personnalités ici présentes que j'aurai omis de citer

 

« Je déclare la cérémonie ouverte, elle est placée sous la présidence de Monsieur Paul DIVANAC'H    Maire de Plonévez-Porzay

 

« Les interventions seront dans l'ordre :

« Mr Paul DIVANAC'H Maire de Plonévez-Porzay

« Mr Pascal PRIGENT Secrétaire départemental de l'ANACR

« Mr Jean Claude CARIOU Vice Président ANACR du Finistère ex habitant de Plonévez

« Mr Louis CARDIN à la place de Mr Jean BLANCHON Président national de Libération Nationale PTT ( ANACR)

 

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

« Je passe la parole à Mr DIVANAC'H  ...

  

                   

  Hommage à Pierre Guillou     Samedi 18 juin 2011 

   Je tiens en premier lieu à remercier toutes celles et ceux qui se sont déplacées aujourd’hui pour cet hommage à la mémoire de Pierre Guillou.

          J’ai fait la connaissance de M. Louis Cardin l’année dernière, au moment de l’hommage rendu à Pierre Guillou, dont le centre d’amplification des Télécommunications de Rennes porte le nom. A cette occasion, j’ai appris que Pierre Guillou était natif de Plonévez-Porzay. J’ai indiqué à M. Cardin que la commune de Plonévez-Porzay allait réfléchir à un projet de lieu de mémoire en hommage à ce résistant déporté. Le Conseil Municipal a décidé il y a trois mois de donner le nom de Pierre Guillou au square où nous nous trouvons réunis aujourd’hui.

       L’action de Pierre Guillou au sein de la Résistance va être développée par les autres intervenants. Chacun comprend bien qu’au-delà de la figure particulière de cet homme, nos hommages et notre reconnaissance s’adressent à l’ensemble des Françaises et des Français qui ont combattu pour la liberté.

        En ce jour, notre cérémonie s’associe à toutes celles qui sont organisées en l’honneur de l’anniversaire de l’appel du général De Gaulle le 18 juin 1940, l’appel à la résistance face à l’occupation et à l’oppression. Nous rendons donc hommage à toutes celles et ceux qui, comme Pierre Guillou, ont payé de leur vie leur attachement à la liberté. Nous rendons hommage à toutes celles et ceux qui ont connu la torture, la déportation. Nous te rendons hommage, Pierre Guillou, enfant de Plonévez-Porzay, pour ton action héroïque au sein des groupes de résistance des ouvriers des PTT. La commune de Plonévez-Porzay est fière d’assumer le nécessaire devoir de mémoire. Je tiens à remercier les responsables de l’association de la bibliothèque, en particulier Guy Le Grand, pour l’organisation de l’exposition sur la déportation. Notre commune garde le souvenir de la rafle du 28 juin 1944, qui a conduit 10 plonévéziens avec d’autres raflés de Crozon vers le camp de Neuengamme. Peu d’entre eux sont revenus. Je vous invite à découvrir cette exposition à laquelle s’ajoute celle proposée par l’association « Libération PTT ».

        Enfin, je tiens à te saluer chaleureusement, Jean Mével, toi qui as connu les camps et les marches de la mort. Ta voix et ton témoignage nous sont infiniment précieux, pour que notre monde ne puisse pas dire qu’il peut ignorer les sombres heures de la barbarie du XXème siècle.

 

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

« Maintenant je donne la parole à Mr PRIGENT

Monsieur le Maire,

Mesdames, Messieurs

            Je tiens tout d’abord à excuser mes collègues de l’ A.N.A.C.R. du Finistère, retenus ailleurs, notamment dans les commémorations du 18 juin dans plusieurs communes du Finistère.     Parmi eux, notre Présidente Anne Friant, qui pense beaucoup à nous aujourd’hui.

          J’ ai donc l’honneur de représenter aujourd’hui le comité finistérien de   l’ Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (A.N.A.C.R).

            Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres car, grâce à l’action conjointe de M. Louis Cardin et de M. le Maire Paul Divanac’h et de son équipe municipale – que l’ A.N.A.C.R du Finistère remercie vivement – nous rendons hommage au Résistant-Déporté Pierre Guillou, dont le nom restera gravé au cœur de sa commune natale.

            Pierre Guillou s’est battu pour ses idéaux et pour son pays. Il a fait le sacrifice de sa vie pour notre liberté. N’ oublions pas.

            Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres car nous sommes le 18 juin, le jour du premier appel à la Résistance du général de Gaulle.

            Il y a 71 ans, la France subissait la plus grave défaite de son Histoire.

            Si Pétain et son sinistre régime de Vichy se sont engagés, de leur propre initiative, dans la voie de la collaboration et de la Révolution Nationale, certains ont su et ont pu dire non à l’inacceptable : non à l’asservissement, non au nazisme, non à la dictature de l’ Etat Français, non au racisme et à l’antisémitisme d’ Etat.

            Les appels répétés du général de Gaulle à la Résistance sont exemplaires car ils signifient le refus de la fatalité. Rien n’est jamais perdu et de Gaulle avait compris que la guerre finirait par être gagnée à condition de Résister. Il avait raison !

            La France, vaincue et humiliée en 1940, fera partie des quatre Grands Vainqueurs en 1945 !

Même dans un contexte très difficile, des voix se sont élevées afin de poursuivre le combat partout où c’était possible : sur terre, sur mer, sous la mer, dans les airs.

Pour lutter toujours et encore, avec ou sans armes.

Au départ, cependant, la Résistance était dispersée et inorganisée.

Puis, elle se structure et s’amplifie progressivement ; justement, je ne peux m’empêcher aujourd’hui d’insister sur une autre date, aussi importante que le 18 juin : le 27 mai.

En effet, le 27 mai 1943 se réunit pour la première fois le Conseil National de la Résistance (C.N.R.), sous l’impulsion de Jean Moulin, en lien étroit avec le général de Gaulle.

Non seulement le C.N.R. unifie les différentes formes de Résistance en rassemblant, en fédérant des mouvements, des réseaux, de syndicats et des partis d’ obédience politique différente mais, en outre, il légitime la Résistance auprès des Alliés et il prépare à la fois la libération, la reconstruction du pays et le rétablissement de la République.

Une République pluraliste et démocratique.

Une République qui s’appuie sur un socle de droit civils et politiques, mais aussi de droits économiques et sociaux.

Une République de services publics, tels les P.T.T., dont Pierre Guillou fut un digne représentant.

C’est tout à l’ honneur des élus de la République d’avoir répondu favorablement à la demande de Louis Cardin.

Ils contribuent ainsi à faire vivre l’héritage des combats et des valeurs de la Résistance, notre Héritage, que l’ A.N.A.C.R. du Finistère s’emploie à pérenniser grâce au travail de Mémoire et d’ Histoire qu’elle effectue au travers de livres, de D.V.D, de randonnées de la Résistance. Nul doute d’ailleurs que le Square Pierre Guillou sera une étape d’une prochaine randonnée.

Passant, souviens toi.

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

«  Mr CARIOU apporte son témoignage

            Monsieur le Maire , Mesdames et Messieurs les élu(e)s, Messieurs les anciens combattants,


Chers amis et camarades de l'ANACR ,


            Ce n'est pas en tant qu'un des 3 vice-présidents de l'ANACR 29 que j'interviens ce matin,  mais en tant qu'ancien" habitant" de ce lieu du square Pierre GUILLOU, et fils de résistant FFI/FTPF.

            En effet, à cet emplacement-même s'élevait l'ancienne école publique, reconstruite il n'y a pas si longtemps un peu plus loin. Ma mère y était institutrice, de 1945 à 1948, j'étais très jeune à notre départ (mais j'ai quelques souvenirs), et mes deux frères y sont nés, dans le logement de fonction traditionnel du premier étage; ils ne peuvent être là, pris par leurs obligations professionnelles ou d'élu.

            Je voudrais relier le souvenir de Pierre Guillou, dont la vie professionnelle et le combat résistant de la "source K" se sont déroulés en région parisienne, avec l'hommage rendu aux résistants FFI du Porzay, de Plonévez, Ploëven ou Plomodiern, aux combattants de la presqu'île de Crozon et du Ménez-Hom, le secteur "montagneux ", et stratégique, défendu avec acharnement par les troupes ennemies, en fin Août et septembre 1944. Cela ne se terminera que le 19 Septembre...par la reddition des nazis, commandés par le général Ramcke.

            Mes parents résidaient à l'époque dans le Cap-Sizun, à Goulien, à 30 km d'ici, et mon père a participé entr'autres au combat de Lesven, en Beuzec, et au siège d'Audierne, Lézongar: les troupes allemandes refusaient de se rendre aux partisans, attendant l'arrivée des troupes américaines, occupées par la prise de Brest.

            Nous ne devons pas oublier tous ces résistants de l'ombre les déportés, qui ont lutté pour la Libération de la France et notre Liberté.

            Je remercie la municipalité pour cette plaque,en souvenir de Pierre Guillou, né à Plonévez, sur le square; j'en profite pour ajouter que l'ANACR demande aux villes et communes de rendre hommage ainsi aux Résistants, quand c 'est possible: par exemple à l'occasion de la construction d'un nouveau quartier, d'un lotissement. Le nom d'une rue, d'une place marquera à tout jamais pour


les habitants, d'abord les jeunes, le souvenir d'une conduite héroïque: ce sera un début de réflexion; il est possible de trouver des noms de résistants locaux, de rendre hommage à Jean Moulin, qui fut avant la guerre mondiale sous-préfet de Châteaulin de 1930 à 1933, à Lucie Aubrac... , et d'autres; parfois cela s'est déjà fait, mais il est toujours possible d'avoir une telle démarche , comme à Plonévez aujourd'hui...

            Le poète Paul Eluard a dit :" si l'écho de leur voix faiblit , nous périrons ".

            Nous, les Amis de la Résistance" sommes bien des "passeurs" de mémoire, avec différentes actions comme l'enregistrement de souvenirs des anciens-nes Résistants, d'éditions de livres, de randonnées annuelles sur les traces des maquis, embarquements, débarquements, comme dans le Cap Sizun, de lieux de parachutages ou de combats comme Lesven.

En septembre, pour la journée du patrimoine, nous serons à Audierne et les alentours, après les Montagnes noires (St Goazec), les monts d'Arrée (Plounéour-Ménez-Trédudon), et Douarnenez en 2010.

            Enfin un projet de centre d'archives, mais aussi d'expositions, de documentation et de lieu d'études, qu'on pourrait appeler "pôle Jean-Moulin" , est prévu, peut-être à Châteaulin. Nous y travaillons.

            Pour terminer, voici un poème en hommage aux déportés, de Max Segonne ancien des Forces Françaises Libres : FRATERNITE

            Je vous remercie de votre attention

                                                                                                                                                     Jean Claude CARIOU  Vice-président ANACR 29

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

Louis CARDIN lit l'intervention de Jean BLANCHON pour Libération Nationale PTT 

  Déclaration préalable

            Avant de vous lire l'intervention de mon ami et camarade Jean, je tiens à vous dire que comme à Rennes, le 7 mai 2010, je suis un peu attristé que Jean BLANCHON, notre Président ne participe pas à cette inauguration.

            Je suis rassuré sur sa santé, mais il n'est pas en capacité de faire un long déplacement. L'important c'est évidemment la préservation de sa santé

            Jean est un cévenol qui apprécie la Bretagne, il a fait sa formation militaire au camp de Coëtquidan pendant deux ans. Il m'a chargé de vous dire  combien il regrette de ne pas être présent aujourd'hui. N'ayant pu venir à Rennes l'année dernière, il se faisait un plaisir d'aller au pays natal de Pierre GUILLOU, mais son médecin a été inflexible et lui a fait garder raison.

            Jean est l'artisan généreux, d'un travail colossal  auquel il a consacré de nombreuses années d'effort pour faire connaître ce qu'a été la résistance dans les PTT et ses acteurs.

            Il est à l'origine de la constitution de notre exposition qui circule depuis 15 ans, une dizaine de panneaux qui retracent cette histoire et que vous pouvez voir à la bibliothèque de Plonévez-Porzay conjointement avec l'exposition consacrée au camp de déportation de Neuengamme où des hommes de la commune ont vécu l'enfer nazi.

            Jean Blanchon a pris l'initiative de recenser dans une brochure les plaques commémoratives à Paris des résistants des PTT. Cela permet à Libération Nationale PTT avec le concours des responsables de la Poste et de France Telecom/Orange de veiller à la sauvegarde des plaques et lorsqu'il y a vente d'immeubles de procéder à des transferts dans des endroits accessibles et pérennes pour permettre d'organiser les commémorations.

            Évidemment, Jean a contribué à faire connaître la Source K.

            Il était présent en janvier 1998 pour la repose de la plaque Robert Keller à Paris, puis pour la repose de celle de Laurent Matheron à Lyon en avril 2009. Nous achevons la trilogie avec Pierre Guillou à Rennes le 7 mai 2010, puis aujourd'hui à  Plonévez-Porzay. La boucle est bouclée avec le retour de Pierre Guillou dans sa commune natale. 

            Voici ce que Jean Blanchon, Président de Libération Nationale PTT a, à vous dire:

 

( Texte Jean Blanchon )                                                                                Samedi 18 juin  2011

 

INAUGURATION SQUARE PIERRE GUILLOU

PLONEVEZ-PORZAY         

Jean BLANCHON

Président de Libération Nationale PTT

Ancien combattant volontaire 1939-45

Membre du Conseil National de l'ANACR

Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

HOMMAGE A  PIERRE GUILLOU

 «  Monsieur Le Maire

Mesdames et Messieurs les élus.

Mesdames et Messieurs les représentants de l’Association Nationale des Anciens Combattants ANACR

Mesdames et Messieurs les responsables des Associations du monde combattant et de la déportation.

Messieurs les représentants des Directions de France Telecom et de La Poste

 

Mesdames et Messieurs

            Aujourd'hui 18 juin 2011,  nous vivons une date doublement historique.

-        71ème anniversaire de l'Appel du général de Gaulle

-        Installation de la plaque souvenir, dans sa commune natale pour Pierre GUILLOU,  héroïque résistant des PTT qui est né à Plonévez-Porzay le 16 juin 1908, c'est à 48h  près, aujourd'hui, son anniversaire

            Cette inauguration nous permet d’honorer un combattant d’exception, notre camarade Pierre GUILLOU, membre de la « Source K ». Il nous a apporté avec ses deux camarades un exemple extraordinaire d’un épisode de la résistance dans les PTT.

            Avec la défaite éclair de juin 1940 et l’occupation de la plus grande partie du pays – puis la bataille d’Angleterre conduite dans des conditions périlleuses  - l’entrée en guerre de l’URSS puis des USA, vont amener les alliés à un besoin impérieux de renseignements pour préparer les conditions de la reconquête de l’Europe et la victoire sur le nazisme.

            Sous l’impulsion des services secrets anglais et de la résistance française, dès octobre 1941, va se constituer une opération extrêmement délicate, qui devait permettre de récolter une source précieuse et abondante de renseignements.

            Pour comprendre comment s'établit la collaboration PTT et des services de renseignements du 2ème bureau, il faut dire que l' Administration des PTT avait recueilli en 1940 les officiers des transmissions démobilisés qui travaillaient en civil dans ses services et dans ses laboratoires.

            C'est au colonel COMBAUX, éminent technicien qui travaillait dans les laboratoires du service d'études et de recherches techniques que revient l'initiative et l'honneur d'avoir conçu et dirigé cette opération qui réussit grâce au concours ardent apporté par le personnel des PTT de tout grade, grâce à la science des techniciens de laboratoire des PTT, grâce au concours apporté pour la fabrication des appareils spéciaux par la société anonyme de télécommunications, la SAT, grâce surtout au magnifique héroïsme du personnel des équipes des lignes souterraines à grande distance. Le colonel Combaux avait donné aux Services de Renseignements la promesse de tout tenter pour organiser dans la zone occupée la surprise des communications téléphoniques.

            Mais comment y parvenir ? Car il était de notoriété publique que les nazis utilisaient nos grands circuits téléphoniques pour leurs liaisons importantes, avec un sentiment de complète sécurité. C’est en connaissance des graves dangers encourus, que va se constituer une opération extrêmement délicate appelée «  Source K », et c’est l’ingénieur Robert KELLER, issu des services de L.G.D. (lignes à grande distance), qui sera chargé de la diriger. Son équipe composée notamment du vérificateur LOBREAU et des chefs d'équipe MATHERON et GUILLOU, avait déjà opéré lors de la campagne de France en mai 1940.

            Pierre GUILLOU, né à Plonévez-Porzay le 16 juin 1908, entré en 1930 comme ouvrier de main-d'œuvre aux P.T.T., devenu soudeur et affecté aux lignes souterraines à grande distance en 1938. Très bon ouvrier et très travailleur, il fut reçu chef d'équipe en décembre 1942, peu avant son arrestation, il a fait partie de la Résistance P.T.T. dès le début des opérations de la « Source K » C'est un des membres de l'équipe de l'ingénieur Robert KELLER qui, durant la "drôle de guerre", avait la responsabilité de la réparation des lignes téléphoniques. Dès le début de l'occupation , les techniciens français, sous la direction de Robert KELLER et sous contrôle allemand, sont chargés de l'entretien de l'ensemble du réseau téléphonique, à l'exception des territoires intégrés au Reich.  La confiance absolue que Pierre GUILLOU a en son chef lui fait accepter immédiatement l'aventure périlleuse qui va permettre, en 1942, pendant plusieurs mois, l'écoute et la transmission aux Alliés des conversations téléphoniques des plus hautes institutions allemandes et des hauts dignitaires nazis, de Hitler lui-même. L'action envisagée à l'instigation du  capitaine Simoneau consiste à établir sur les grands axes téléphoniques des dérivations permettant l'écoute, le tout sous le regard des Allemands. Il faut se représenter ce que signifie la dérivation des fils d'un câble dont tous les circuits sont utilisés par les Allemands, les extrémités aboutissant dans des stations de répéteurs  exploitées par  les Allemands. Il faut éviter tout incident pouvant donner l'éveil.

            La première dérivation est établie sur le câble Paris-Metz. Il faut trouver sur le trajet une maison libre pour placer les installations nécessaires à l'écoute, faire fabriquer et transporter clandestinement le matériel et intervenir sur les câbles sous le contrôle des  Allemands: trouver un prétexte pour intervenir sur une ligne, ouvrir les fouilles, travailler sur les fils, de nuit pour mieux déjouer la surveillance.

            C'est ainsi qu'est trouvée la maison de Noisy-le-Grand sur le câble Paris-Metz. Pierre GUILLOU Chef d'équipe des lignes, se trouve sur les premières fouilles avec son camarade Laurent MATHERON et Robert KELLER  la nuit du 15 avril 1942. Ils opèrent sous une tente d'intempérie, à la chandelle. Travail long et minutieux à effectuer dans l'urgence, accroupi ou à genoux et sous le poids d'un danger extrême. Le travail commencé à 21 h est terminé à 4 h 40 du matin: 70 grands circuits dérivés entre Paris et Berlin, les uns étaient spécialisés pour l’armée de l’air, la Luftwaffe et pour la marine de guerre, la Kriegsmarine, les autres pour la Wehrmacht et la Gestapo, ces circuits étaient ainsi mis à la disposition de deux opérateurs de la Résistance.

            Pendant cinq mois, en étroite collaboration avec les techniciens, Laurent MATHERON et Pierre GUILLOU, une moisson de renseignements sera collectée, suivant l’expression commune, « au nez et à la barbe » des nazis.

            Les circuits d’usage général écoulaient les communications des forces terrestres de la GESTAPO, du contrôle économique et des commissions allemandes installées sur notre sol, et qui seront captées par les écoutes que les alliés dénommeront « la Source » tant les renseignements étaient abondants et précis et « K » pour Keller. Ces résultats remarquables vont les conduire à envisager une mise en place de plus grande envergure.

            La seconde opération a lieu dans les mêmes conditions le 16 décembre 1942, à Livry-Gargan, sur le câble Paris-Strasbourg-Berlin, GUILLOU et MATHERON travaillant cette fois sur une plus grande capacité, 484 fils. C'est à dire un nombre de circuits deux fois plus grand que la première fois. Il y a maintenant quatre opérateurs.

            Les conditions délicates d’exploitation, liées aux actions de recherche de la Gestapo alertée par les allées et venues, vont mettre brutalement un terme à ce travail et à ces projets. Robert KELLER  est convoqué à la Gestapo. Fin décembre, le pavillon de Livry-Gargan est occupé par la police allemande, KELLER  est amené sur les lieux

            Laurent MATHERON est arrêté le 15 janvier 1943, puis trois jours plus tard c'est au tour de Pierre GUILLOU. Ultime précision – Il nous faut signaler que Pierre GUILLOU aurait pu échapper à l’arrestation. Il ne voulut pas s'enfuir alors qu'il le pouvait encore pour ne pas aggraver le cas de son collègue, pensant pouvoir rendre service à son camarade Laurent MATHERON.

            L’ingénieur Robert KELLER et ses deux compagnons sont donc arrêtés. Interrogés, torturés, pas un ne parlera, et c’est ainsi que tous les autres protagonistes de cette opération ne seront pas inquiétés et ne devront leur salut, qu’au silence héroïque de l’ingénieur KELLER et de ses deux compagnons.

            Robert KELLER (père de 4 enfants) et ses chefs d’équipe Laurent MATHERON (père d’un enfant) et Pierre GUILLOU, prendront tous les trois le chemin des camps de concentration .

            Pierre GUILLOU  et Laurent MATHERON sont déportés ensemble à Wiener Neustadt puis à Dora. Pierre GUILLOU y mourra le 2 janvier 1944  et Laurent MATHERON en septembre 1944. Robert KELLER quant à lui, sera déporté aux camps de NATWEILLER-STRUTOFF puis  de SACHENHAUSEN près de Berlin. Il mourra le 14 avril 1945 au camp de BERGEN-BELSEN.

            Cet épisode extraordinaire de la « Source K » fut l'une des plus hardies  de la Résistance et elle est à l’honneur de l’Administration des PTT, aujourd’hui démantelée, et de ses techniciens,    - il devait être porté à la connaissance des générations qui allaient se succéder et plus particulièrement des jeunes. C’est un exemple  de la haute compétence technique mise au service de la Résistance.

            Avec la paix retrouvée, nos trois héros recevront l’hommage posthume et mérité de la Nation.

            Le 3 novembre 1946, le centre de L.G.D. à Paris, recevra le nom de Robert KELLER et une plaque est apposée où figurent les noms de nos camarades et de leurs décorations, qui retrace pour la mémoire, leurs exploits de cette époque.

            Le 6 février 1948,  à Rennes, le Centre d'amplification est nommé Pierre GUILLOU.

            Le 14 février 1948, le nom de Laurent MATHERON va être attribué au Centre d'amplification de Lyon Tassin

            Le 12 décembre 1948, la rue attenante au Centre Robert KELLER, la Rue des Entrepreneurs reçoit la dénomination de « Rue de l'Ingénieur Robert KELLER ». La cérémonie d'inauguration est placée sous la présidence d'honneur de M.Thomas secrétaire d'Etat aux PTT.

            A la suite de travaux rendus indispensables par l’évolution des techniques, la plaque au Centre Robert KELLER a été déposée momentanément en 1996, et elle a été reposée le 27 janvier 1998, à l’initiative du Directeur Régional de France Télécom en présence des représentants de Libération Nationale PTT, de l’Association Nationale des anciens combattants et victimes de guerre  des PTT et une forte participation du personnel du centre.

            Le 23 avril  2009, pour les mêmes raisons déjà citées plus haut, le Centre d'amplification de Lyon-Tassin ayant été supprimé, nous avons fait replacer au Centre des Télécommunications de Lyon-Sévigné, la plaque qui rappelle le souvenir de Laurent MATHERON.

            Dans le cadre du 65ème anniversaire de la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie, Libération Nationale PTT-ANACR  a choisi de rappeler la mémoire de Pierre GUILLOU au personnel qui travaille dans les nouveaux locaux du Centre des Télécommunications à Rennes, 3 Avenue François Chateau par une cérémonie devant la plaque apposée sur l'ancien bâtiment du Centre d'amplification ; cette cérémonie a eu lieu  le 7 mai 2010 en présence de plus d'une centaine  de personnes, des responsables de France Telecom, des élus, des représentants des associations de l'ANACR, de la FNDIRP, de l'ARAC, de l'ACVG des PTT,  de responsables syndicaux ….

            Notre organisation d’anciens Résistants, née dès les premiers mois de l’occupation nazie avec la création de l’état major de Libération Nationale PTT, va constituer une des branches actives de cette armée de soldats sans uniformes, tous volontaires et en rébellion contre le gouvernement existant.

            Tout au long de ces années d’occupation, ils vont payer un lourd tribut, et ils seront nombreux à donner leur vie pour que notre pays retrouve sa liberté. C’est par milliers aussi, qu’ils prendront le chemin des camps de concentration, où la majorité d’entre eux trouvera la mort.

            A l’heure où les périls sont connus, nous considérons, avec l’Association des Anciens Combattants de la Résistance A.N.A.C.R. , que les faits historiques et le rôle de ceux qui ont combattu pour la libération de la France, doivent être portés à la connaissance des générations actuelles et futures, et c’est le rôle que s’est assignée l’organisation que nous avons créée avec les « Amis de la Résistance ».

            Les années passent et les vides se creusent dans les rangs des Résistants, c’est pourquoi nous avons été amenés à nous adresser aux jeunes générations, qui aujourd’hui sont partie intégrante de Libération PTT, dont elles assureront toutes les responsabilités. Aujourd’hui, ils sont nos héritiers, « des passeurs de mémoire ».

            S’il est vrai, selon les mots souvent cités de Victor HUGO « que les morts instruisent les vivants », par notre vigilance face à toutes les résurgences du nazisme, quelle qu’en soit la forme, nous continuons le combat et ce sera notre meilleure façon de les honorer pour toujours.

            Pour faire connaître cette période et l'action des postiers dans la résistance, nous faisons circuler une exposition réalisée par des militants de Libération Nationale PTT, après cette cérémonie vous pourrez la voir, elle est ici pour quelques jours à la bibliothèque municipale.

            Nous considérons avec le devoir de mémoire qui nous anime sans cesse, que les plaques rappelant le sacrifice de nos frères tombés dans la lutte libératrice, comme des témoignages sacrés qui illustrent leurs actes héroïques  

            Je remercie Monsieur le Maire et la municipalité de Plonévez-Porzay d'avoir attribué le nom de Pierre GUILLOU, à ce square.          

            Je vous suggère que chaque année, pourquoi pas le 18 juin date anniversaire de l'inauguration de la plaque du square Pierre GUILLOU vous rappeliez le souvenir de Pierre GUILLOU.  

Habitants de Plonévez-Porzay et de la région, souvenez vous et rejoignez les rangs de l'ANACR.

            Je vous remercie de votre attention  »        

Jean BLANCHON     

 

 

  Louis CARDIN  

 

                        Voilà ce que mon camarade Jean BLANCHON, aurait été heureux de vous dire lui-même.

            Je rajouterai, à Libération Nationale PTT, nous sommes fiers d'avoir ici en Bretagne, terminé ce travail pour nos trois héros de la «  Source K ».

            Notre camarade Pierre GUILLOU méritait qu'un lieu de mémoire lui soit dédié dans sa commune natale. Plonévez-Porzay s'approprie ainsi tout naturellement ce résistant enfant du pays et de ce fait enrichi son patrimoine. Nous sommes tranquilles, nous savons qu'ici Pierre GUILLOU, ne sera pas oublié, la municipalité unanime a choisi ce lieu central de la commune pour rappeler son souvenir et le Finistère est une terre de résistance, d'ores et déjà nous savons que le site où nous sommes aujourd'hui, est inscrit dans le parcours de mémoire recommandé par nos amis de l'ANACR 29. Ce parcours sera emprunté chaque année par des centaines de personnes toutes générations et toutes origines confondues.

            Au nom de Libération Nationale PTT, je vous remercie toutes et tous de votre présence à cette cérémonie historique.

             Je remercie avec empressement  Monsieur Paul Divanac'h d'avoir réalisé cette inauguration.

                                                                                                                                                                                                   

                    Les personnalités écoutent l'intervention de Louis Cardin et découvrent l' héroïque aventure de Pierre Guillou

Puis Louis Cardin reprend le cours du déroulement de la cérémonie

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

« Après les discours que vous venez d'écouter, nous allons descendre sur le parking pour continuer la cérémonie, je vous demande de vous placer face à la plaque à inaugurer »

 

Mr DIVANAC'H le Maire de Plonévez-Porzay et  Mr CARDIN pour Libération Nationale PTT retirent ensemble le voile tricolore et découvrent la plaque commémorative

Avec un lecteur de CD, «  Nuit et Brouillard » de Jean Ferrat est diffusé en boucle

 

« Nous allons procéder au dépôt des gerbes pour honorer le souvenir de Pierre GUILLOU,

«dans l'ordre: La Municipalité; l'ANACR 29; Libération Nationale PTT

                                         - La Municipalité                        Le Maire accompagné d'un enfant de la commune dépose la gerbe: « A Pierre Guillou »

 

                                    - L'ANACR 29                      Pascal Prigent dépose la gerbe de l'ANACR  ( au fond Mr Le Grand, gère  le lecteur de cd) 

Les trois gerbes:

            Celle de Libération Nationale PTT au premier plan

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

« Je vous demande  Une minute de silence

 

Les drapeaux s'inclinent

 


           

                                                                                                                                                                                    Trois générations se recueillent

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

Les participants écoutent le chant des partisans

 

 


 

                                                     Mrs L'HELGOUALC'H et ROPARZ représentants de France Telecom et de La Poste

 

« Je demande aux personnalités de  saluer les porte-drapeaux

 

Distinction d'un porte-drapeau de l'ANACR

Mr Paul DIVANAC'H, le Maire de Plonévez-Porzay, remet officiellement médaille et diplôme à   Mr Robert LOUSSOUARN, nouveau porte-drapeau départemental de l'ANACR

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

Mr DIVANAC'H invite les participants au vin d'honneur

Nous remontons dans la salle de la bibliothèque où a lieu la réception. A l'origine elle devait avoir lieu dehors mais suite à la tempête de la veille et au mauvais temps persistant ce repli stratégique avait été prévu. Les invités ont de ce fait la possibilité de regarder les deux expositions.

Nous avons remis un dossier sur la Source K à chaque participant ainsi que plusieurs exemplaires à Monsieur Le Grand et qui resteront définitivement, à la Bibliothèque de Plonévez-Porzay 

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 

                       Revues de presse

                                                                           Ouest France du 19 juin et Le Télégramme du 22 juin

Remonter

BulletsRetour AG 2012

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule