Bullets Retour

horizontal rule

Poème

Gravité   (1947)

                                               René CHAR (*), recueil « Fureur et mystère »

 

 

L’Emmuré.

S’il respire il pense à l’encoche                                        A te mordre les jours grandissent,

Dans la tendre chaux confidente                                     Plus arides, plus imprenables que les nuages qui se déchirent

Où ses mains du soir étendent ton corps.                      au fond des os.

                                                                                              J’ai pesé de tout mon désir

Le laurier l’épuise,                                                             sur ta beauté matinale

La privation le consolide.                                                 Pour qu’elle éclate et se sauve.

 

O toi, la monotone absente,                                            L’ont suivie l’alcool sans rois mages,

La fileuse de salpêtre,                                                       Le battement de ton triangle,

Derrière des épaisseurs fixes                                            La main-d’œuvre de tes yeux

Une échelle sans âge déploie ton voile !                        Et le gravier debout sur l’algue

 

Tu vas nue, constellée d’échardes,                                 Un parfum d’insolation

Secrète, tiède et disponible,                                              Protège ce qui va éclore.

Attachée au sol indolent,

Mais l’intime de l’homme abrupt dans sa prison.

 

 

 

               (*) René CHAR, est un poète et un résistant français. Né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse) il meurt à Paris le 19 février 1988. Arrivant à Paris en 1929, il rencontrera Louis Aragon, André Breton. Il adhère au groupe surréaliste. Il publiera plusieurs ouvrages. Il sera un proche d’Eluard.                 Mais René CHAR sera dès le début de la Seconde Guerre mondiale un Résistant important dans la région du Sud de la France.

Ce poète et écrivain ne publiera rien durant l’Occupation. Les armes à la main, il s’engage aux côtés des partisans en 1942 dans les Forces Françaises Combattantes avec le grade de capitaine. Il s’appellera dorénavant « Capitaine Alexandre ». Il va commander le Service action parachutage de la zone Durance.

horizontal rule

Bullets Retour