Retour

horizontal rule

Les jeunes et la Résistance

« Communiquer pour résister 1940-1945 » est le thème du Concours national de la Résistance et de la Déportation 2012-2013 proposé aux collégiens et lycéens. Ce sujet permet de réfléchir au rôle stratégique et politique des moyens de communication dans la lutte contre l’occupant et le régime de Vichy.

Le 27 novembre dernier, à l’attention de 370 collégiens de l’Indre, réunis dans un cinéma à Châteauroux, le comité départemental ANACR (36) en partenariat avec l’ONAC (Office National des Anciens Combattants)organisait une projection d’une durée de 52 minutes, du 2ème épisode du film « Les Combattants de l’ombre : 1941-1942 la Résistance s’organise » et en sous-titre : « Des Résistants européens contre le nazisme ». Après la projection, une discussion avait lieu avec la participation de deux Résistants de l’Indre,Claude Dugénit (FNDIRP) et Jean Grazon (ANACR) aux côtés desquels j’avais été invité pour représenter « Libération Nationale PTT ».

En évoquant la presse clandestine dans l’Indre, les agents de liaisons, les postiers dans la Résistance, maisaussi le cinéma, la BBC, les manifestes littéraires, les jeunes garçons et filles de ces 7 collèges (5 publics et 2 privés) ont pu avoir un aperçu des formes possibles de la communication pour agir contre l’occupant et la collaboration, en premier lieu par la diffusion des tracts, des journaux clandestins et des transmissions téléphonique et télégraphique des messages vers les maquis.

La communication et les transmissions sont des moyens vitaux en temps de guerre. Par la nature de leur travail, les hommes et les femmes travaillant dans les PTT ont agi en bravant les risques et en malmenant la déontologie professionnelle. Marie-Louise Laguerre, réseau Jade-Fitzroy, est responsable du service clandestin des correspondants télégraphistes d’une cinquantaine de bureaux de poste de l’Indre, elle transmet aux maquis de la région. Elle est arrêtée, puis déportée à Ravensbrück où elle meurt. Pierre Matringe, auxiliaire au service télégraphique de Châteauroux, agent de renseignements du réseau Alliance, est arrêté par la Gestapo, dirigé sur Schirmeck et exécuté au camp de Struthof (en Alsace annexée).

L’écoute attentive de ces 370 jeunes nous conforte sur le travail de mémoire en direction de la jeunesse que nous devons poursuivre sans relâche pour la transmission des valeurs humanistes, démocratiques, civiques et fraternelles qui ont motivé le combat des Résistantes et des Résistants.

Charles Sancet      

horizontal rule

Retour