Retour

horizontal rule

Edito                                                                               4ème Trimestre 2010

 

TRANSMETTRE LA MÉMOIRE DE LA RÉSISTANCE :

UN DEVOIR,  UNE NÉCESSITÉ

 

   Le Congrès de l’ANACR s’est déroulé  à Agen, un des lieux de Mémoire de la Résistance, les 22, 23 et 24 octobre 2010. L’actualité aurait pu gêner le déplacement des congressistes, mais la vivacité des Résistants nos aînés, et des Amis, a permis la tenue de notre Congrès, avec 200 Résistants, 500 Amis, 18 drapeaux  représentant les délégations, dont la nôtre, « Libération Nationale PTT » avec 7 délégués et plusieurs invités pour la séance du vendredi après-midi, au théâtre municipal Ducourneau à AGEN.

   Après le CHANT DES PARTISANS, interprété par la chorale « Les chants de Garonne » et l’assistance, c’est Louis CORTOT, Président de l’ANACR, qui a ouvert nos travaux à 14 heures en présence de Robert CHAMBEIRON, Président-délégué de l’ANACR, secrétaire général adjoint du CNR, et des personnalités locales et nationales.

   Notre Président a rappelé la lutte menée par l’ANACR depuis sa création, qui est loin d’être terminée, et c’est à nous Ami(e)s de la Résistance que cette responsabilité incombe, dans le respect du pluralisme, de l’humanisme et de la République. Après les salutations des autorités, on a pu  noter l’absence du Secrétaire d’Etat aux anciens combattants, sans aucun message d’excuse.

     Le rapport du Bureau National, lu par Jacques VARIN, rappelle l’Histoire de la Résistance, de la création du CNR et de son programme. Faisant un parallèle avec les orientations de l’ultra-libéralisme en France, en Europe et dans le monde, il dénonce la dérive du pouvoir actuel : Edwige, immigration, Roms, nationalité, ADN et procédures dignes de Vichy (commissions restreintes de l’Assemblée Nationale, pour des décisions importantes). Cela est un réel danger pour la démocratie et la République, ce qui favorise le renforcement de l’extrême droite, en France, en Europe, aux USA et dans tous les pays où les Droits de l’Homme sont piétinés.

Cest à nous  les AMIS d’être présents, avec l’appui et les conseils des Résistants, afin de comprendre leur engagement dans ce combat pour la Liberté et la Paix, pour être véridiquement PASSEURS DE LA  MÉMOIRE VIVANTE de la Résistance, dans le respect de leur histoire.  La formation sur la connaissance de cette réalité historique nous est nécessaire, et notre association LIBÉ-PTT est partie prenante de ce travail de formation.

   Pour faire face à ces inquiétudes politiques, dans nos milieux de vie, il nous faut:

bullet Diffuser massivement le programme du CNR, pour combattre le racisme, la xénophobie et le négationnisme.

§  Renforcer les Amis de l’ANACR, surtout avec des jeunes (la moyenne d’âge au congrès est de 65 ans pour les femmes et de 69 ans pour les hommes)

§  Faire du 27 mai la Journée Nationale de la Résistance, et pour cela, il faut étendre l’envoi de la carte adressée au Président de la République par les élus à tous les citoyens, et peut-être même en faire une motion ou une pétition dans nos associations, syndicats et partis

bullet Faire reconnaître la légitimité des Amis de l’ANACR « Passeurs de Mémoire ».

Faire acte de mémoire, ce n’est pas avoir le culte des morts, mais c’est se souvenir des valeurs léguées, bien souvent par le sang versé.

  Participer à un congrès de cette qualité, par les interventions et les débats, vaut la peine de donner trois journées de son existence pour s’engager et militer un peu plus.

    La Mémoire se transmet et l’Espoir se donne.

 Jean MANANE

Membre de la section

Libé PTT de Toulouse

Retour

horizontal rule