BulletsAutres Editos

horizontal rule

         2ème trimestre 2018                                      

 

Le danger des idées de l’extrême-droite en Europe

*******

 

Nous constatons qu’en Europe la progression des partis d’extrême-droite est une réalité. Leur discours populiste touche des couches de populations qui subissent la crise économique et les difficultés sociales. Sur le fond, c’est la mise en pratique de programmes xénophobes et racistes. L’entrée de certains partis dans les parlements nationaux est souvent réalisée grâce à des coalitions dont les sensibilités sont proches. C’est un réel danger qu’il faut combattre y compris en France.

En Italie deux personnages Matteo Salvini et Luigi Di Maio se rassemblent pour appliquer un programme xénophobe qui rappelle l’arrivée dans les années 20 d’un certain Mussolini. Viktor Orbàn en Hongrie, opposant à l’immigration, est réélu. En Allemagne le parti d’extrême-droite réalise des scores jamais atteints précédemment. En Autriche, l’extrême droite est entrée dans le gouvernement. En Pologne, le parti populiste PiS mène une politique anti sociale et s’attaque aux droits des femmes. En Norvège, le parti populiste fait partie du gouvernement. En France, nous avons évité aux dernières élections l’entrée massive de députés du Front National à l’Assemblée Nationale. Le changement de nom de ce parti n’y change rien, mais n’oublions pas que Marine Le Pen a obtenu un score de 33,90 % au second tour des présidentielles en mai 2017.

En juin 2019, les élections européennes seront l’occasion pour toutes ces formations d’extrême-droite en Europe de démontrer leur puissance. Elles utilisent le plus souvent leur site Internet et les réseaux sociaux pour déverser leurs discours démagogiques, populistes, xénophobes, anti-immigrés et racistes. Soyons vigilants, nous avons un devoir d’explication pour nous opposer à ceux qui veulent utiliser le malaise social ou les craintes d’attentats pour brandir des slogans de peur. En France l’extrême droite reste un danger et nous devons la combattre avec d’autant plus de force qu’elle présente aujourd’hui de nouveaux visages et un nouveau langage qui peut séduire une certaine droite française.

Charles Sancet     

  Secrétaire général