Retour

horizontal rule

       Edito                                                   2e Trimestre 2014

**********

6 juin 1944 : le Débarquement en Normandie

Hommage aux hommes et aux femmes

d’un des faits d’armes des plus importants de la deuxième guerre mondiale

 

Ce second front tant attendu en Europe arrive enfin le 6 juin 1944. C’est la Normandie qui a été choisie par nos alliés Anglo-Saxons comme théâtre de ce qui va constituer un gigantesque affrontement militaire engageant des centaines de milliers d’hommes et un matériel d’armement énorme.

La défense féroce des troupes allemandes fortement équipées (sauf en avions) entraine des combats sanglants. Cependant le 6 juin au soir 156000 hommes ont pris pied sur le sol normand : Britanniques, Etats-Uniens, Canadiens et Français du Commando Kieffer. La bataille de Normandie commençait. Elle devait se terminer le 11 septembre 1944 avec la libération du Havre.

Aujourd’hui nous saluons la mémoire de tous ceux et toutes celles qui sont tombés au combat ou qui ont trouvé la mort dans les circonstances de la guerre. Nous pensons particulièrement aux populations civiles victimes des bombardements.

Le succès du Débarquement porte un coup décisif à l’armée hitlérienne déjà très durement éprouvée par les cuisantes défaites que lui ont infligées les Soviétiques (Stalingrad, Oursk …).

Cette guerre et son enjeu de civilisation – imposer au monde mille ans de régime nazi – a entraîné des alliances entre Etats à systèmes politiques différents mais à socle républicain et a amené les peuples menacés à se mêler au conflit. C’est ainsi que dans notre pays la Résistance à l’Occupant et au régime de Pétain s’organisa dès le début. Elle joua un rôle essentiel dans la préparation du Débarquement (Plan Violet par exemple).

Qui pourrait, mieux que les généraux alliés ayant dirigé les opérations de guerre apprécier l’apport de la Résistance intérieure. Le général Eisenhower avait chiffré à 15 divisions. Le général Marshall quant à lui avait déclaré : « la Résistance a dépassé toutes nos prévisions. C’est elle qui, en retardant l’arrivée des renforts allemands et en empêchant le regroupement des divisions ennemies à l’intérieur a assuré le succès de nos débarquements. Sans vos troupes de maquis, tout était compromis ».

Pour nos anciens résistants et amis de la Résistance, commémorer n’est pas qu’un retour sur le passé. Cette guerre mettait en cause des principes élémentaires tels la liberté et la dignité humaine. Bien que le contexte général actuel soit différent de celui des années trente et quarante, certaines réminiscences du passé refont surface et nous inquiètent. C’est pourquoi nous voulons, à notre petit créneau, contribuer à faire toujours mieux connaître l’histoire de ce conflit.

                                                                                                                                  Michel Delugin 

horizontal rule

Retour