Retour

Ami, entends-tu le vol noir

des corbeaux sur Bollène ?

Par Mathilde Filloz, Présidente d’honneur du Comité ANACR d’Orange, Adhérente de « Libération Nationale PTT –ANACR ». Centenaire dans six jours.

Orange le 25 juin 2012

La Mairie de Bollène a mobilisé sa police municipale pour interdire aux Anciens Combattants de la Résistance de chanter le « CHANT DES PARTISANS » à l’issue de la manifestation pour la commémoration de « l’Appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940 ».

Cet acte barbare réveille les plaies ouvertes jamais cicatrisées, par les calomnies répandues pour diviser la Résistance. Ce chant de la Résistance au fascisme est classé monument historique, du Patrimoine National. C’est un chant sacré écrit en hommage aux Résistants durant la guerre de 1939-1945. Il fut présenté le 30 mai 1943 à Londres. Joseph Kessel et Maurice Druon en ont écrit les paroles, Anna Marly la musique.

Cétait l’air qu’on sifflait comme indicatif sur la BBC, la Radio de Londres qu’on écoutait clandestinement sous l’occupation nazie.

Il est l’hymne de tous les Résistants et de tous les patriotes.

PERSONNE N’A LE DROIT DE L’INTERDIRE.

La presse a imprimé des extraits du communiqué que la ville a divulgué devant l’émotion créée par cette interdiction. Elle a déclaré : « Les combattants de la Résistance qui chantaient le Chant des Partisans, c’était une provocation proposée depuis longtemps par les communistes qui aurait été initiée par une poignée d’agitateurs…..Il faut préciser que les communistes ne sont entrés dans la Résistance qu’en juin 1941, après l’invasion de l’Union Soviétique et la négociation du pacte Germano Soviétique ».

Il semble bien que les édiles municipaux font une fixation haineuse qui les amènent à falsifier l’enchaînement historique des évènements qu’il est bon de rappeler sans polémiquer avec les révisionnistes qui ont appris leurs leçons dans les organismes spécialisés à cet effet.

Depuis les années 1930, les Patriotes et les Républicains luttaient contre la montée du fascisme incarné par Hitler, Mussolini, Franco, Salazar et les « Croix de feu » en France !

3 septembre 1939, début de la Seconde Guerre mondiale. 23 septembre 1939, les députés communistes Français sont chassés de l’Assemblée Nationale par Daladier parce qu’ils s’étaient prononcés contre la guerre.. Ils sont déportés sur le Transsaharien. Des milliers de communistes sont pourchassés, incarcérés. Ils seront plus tard livrés aux Allemands. Le Parti communiste est alors clandestin.

16 juin 1940 : C’est la débâcle ! Le Maréchal Pétain est nommé Président du Conseil dans la soirée après la fuite de Paul Raynaud.

18 juin 1940 : Appel du général De Gaulle depuis Londres.

10 juillet 1940 : Appel de Maurice Thorez et Jacques Duclos. De nombreux communistes répondant aux appels ou, le décidant tout seuls, s’organisent en petits groupes clandestins pour lutter contre l’occupant. Ils agissent tout de suite. Ils distribuent des tracts, organisent des manifestations : Champs Elysée, la Sorbonne, manifestations de rues. Ils établissent de faux papiers, ils ramassent des armes et passent aux attentats. Ils sont déjà pourchassés et condamnés à mort. Le développement de l’action se déroule en zone Nord et en zone Sud.

15 mai I941 : le Parti Communiste crée « Le Front National de lutte pour la Libération et l’Indépendance de la France ». Le comité Directeur est constitué de personnalités de toutes tendances politiques, philosophiques, religieuses, patriotiques. Il est présidé par Joliot-Curie. On y trouve le père Philippe provincial des Carmes, l’abbé Sage, Robert Debré, Debru-Bridel, Mauriac, Aragon etc.

Ce fut l’un des premiers mouvements de Résistance en France... Il donna naissance à son bras armé dès 1942 : Les Francs Tireurs et Partisans Français (F.T.P.F.). Le Front National de la Résistance n’a rien à voir avec le Front National des Le Pen.

Ce rappel des faits et des dates historiques fait mentir la Mairie de Bollène dans le déroulement de l’Histoire. C’est seulement le 22 juin 1941 qu’ Hitler envahit l’Union Soviétique !

               Restons vigilants car nos libertés sont en danger !

Mathilde Filloz

Poète, écrivain engagée, ccfilloz@aol.com née le 01/07/1912, je suis témoin, encore vivant, de ce récit et du mouvement de Résistance auquel j’ai appartenu

Retour