Retour

horizontal rule

Edito                                    Supplément  2ème Trimestre 2010

     Réflexions sur notre activité

Ce bulletin est un numéro supplémentaire à celui du second trimestre. Il est très rare dans un éditorial, qui traite en général un sujet d’actualité, de commenter les articles qui le composent. En faisant une exception aujourd’hui, nous voulons expliquer le sens de l’activité de notre association et sa raison d’être. Cela tient en deux mots : connaissance et formation.

Vous lirez des comptes rendus de notre participation à des assises syndicales. Ces invitations, que nous apprécions, nous permettent de présenter « Libération Nationale PTT », ses objectifs dont l’essentiel est de pérenniser le combat exemplaire de nos camarades Résistants pour la libération de la France et les valeurs humaines, civiques, démocratiques qui furent au coeur de ce combat. La connaissance de l’Histoire, la transmission de l’esprit de la Résistance sont formatrices pour les générations présentes et futures.

Vous lirez aussi des extraits de deux cérémonies, l’une qui s’est déroulée à Issy les Moulineaux, l’autre à Rennes, en hommage à deux résistants morts en déportation : Simone Michel-Lévy et Pierre Guillou. Les divers discours prononcés à cette occasion sont chargés d’histoire et font revivre les actions héroïques d’une jeune femme qui fut l’un des principaux maillons du réseau « Action PTT » et d’un technicien, cheville ouvrière du réseau « La Source K ».

Vous lirez enfin le résumé de la commémoration du 8 mai 1945, du 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle et de la cérémonie devant le monument érigé à Beaucoudray, dans le département de la Manche. Ces dates importantes pour la mémoire sont pour notre association incontournables. En y participant avec notre drapeau, nous rendons hommage à toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale. Mais pour nous, ce devoir de mémoire n’est pas qu’une obligation morale de perpétuer le souvenir du combat mené par nos camarades résistants disparus, il est d’abord celui de le poursuivre contre les résurgences et les nostalgiques d’un régime et d’une idéologie qui ont engendré le nazisme.

Et la dernière réflexion sera sur le 8 mai 1945. Nous nous efforçons toujours de rappeler la signification de cette date historique qui vit la capitulation sans condition du IIIème Reich. Cela procède de notre travail de la formation des plus jeunes qui aspirent à connaître l’histoire de la guerre 1939-1945. Et nous avons encore aujourd’hui à maintenir une vigilance sans faille. S’il fallait en donner un exemple, nous retiendrions l’initiative d’une municipalité qui a inauguré un « Carrefour des Armistices : 11 novembre 1918, 8 mai 1945, 19 mars 1962 ». En voulant glorifier sans doute la paix qui est intervenue dans trois guerres, le maire de cette commune a oublié que le 8 mai 1945, ce n’était pas un armistice mais la capitulation des armées hitlériennes.

                                                                Charles SANCET        

Retour

horizontal rule