BulletsAutres Editos

horizontal rule

«Immigration – Insécurité ?

Je supprimerai le droit du sol !»

************

Voilà ce que dit Marine Le Pen. Le programme du Front National fait froid dans le dos ! De quoi s’agit-il ? En revenir à la notion du droit du sang, dont la République s’est affranchie depuis longtemps au bénéfice du droit du sol. Cela nous ramène 75 ans en arrière lorsque Pétain promulguait sa loi du 3 octobre 1940 portant statut des Juifs. On sait comment cela s’est terminé !

Aujourd’hui il n’y a pas de camps de concentration ni d’extermination nazis, mais les ambitions des extrêmes-droites en Europe comme en France à l’égard de certaines catégories de personnes dont les origines, les cultures ou les opinions seraient différentes pourraient conduire à des atteintes aux libertés individuelles et collectives. Le rejet de l’autre, comme ce fut le cas sous Pétain, c’est la négation de l’être humain.

Nous constatons que l’extrême-droite et le Front National en particulier, tendent sans l’avouer à réhabiliter le souvenir du Pétainisme. Le slogan «La France aux Français» plébiscité dans leurs meetings, la «préférence nationale» qu’ils veulent mettre en place dans les mairies qu’ils administrent, sont une négation des principes de 1789. La force de notre pays, c’est trois mots au fronton de la République «Liberté-Égalité-Fraternité» et la «Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen».

«La France aux Français» s’utilisait déjà dans les années 30 et aussi sous Pétain. Quant à la «Priorité nationale», pour les tenants de cette politique les Français sont prioritaires dans tous les domaines (emplois, logements sociaux etc.). Ces deux idées conduisent à une hiérarchisation fondée sur la «pureté» de «notre sang français». Déjà sous le régime de Pétain, l’accès privilégié à des emplois était fondé sur cette même définition.

La similitude du programme du Front National sur ces questions et celui appliqué par Pétain durant la collaboration, est une réalité. N’oublions jamais que les déportés, dès leur retour des camps, ont rappelé « pour les avoir vécus, à quels désastres conduisent la violence, le mépris de la dignité humaine, le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie ». Cette alerte nous devons la prendre aujourd’hui à notre compte. Nos Libertés et les Droits de l’Homme sont en grand danger.

                                                                                                                                                                               CharlesSANCET  

 Secrétaire Général

horizontal rule

BulletsAutres Editos