Retour

horizontal rule

 

 

Des vœux pour 2010,

                          mais surtout des actes !

Année Camus sans doute, si l’on se réfère aux nombreux hommages qui lui sont rendus, à juste titre, cinquante ans après sa disparition. Et puisque l’actualité conditionne très souvent l’écriture, il me revient à l’esprit ces mots qu’Albert Camus avait lancés quelque temps après la capitulation des nazis et la fin de cette barbarie immonde :

« Qui répondrait en ce monde à la terrible obstination du

crime, si ce n’est la terrible obstination du témoignage ».

C’est dans cet esprit, c’est aussi sa raison d’être, que notre association « Libération Nationale PTT » poursuit son travail de mémoire. La disparition progressive des acteurs et témoins de ce terrible conflit, (il nous reste leurs témoignages), guide nos actes actuels et à venir et sont pour nous les Ami(e)s de la Résistance, les « passeurs de mémoire », une motivation supplémentaire pour entretenir la mémoire et susciter sans aucun relâchement la vigilance.

Dans notre dernier bulletin trimestriel, l’éditorial de Raymond Daude sur l’identité nationale, intitulé « Identité Nationale et Résistance », en faisant référence aux valeurs républicaines qui furent aussi le ciment de la Résistance, nous a projetés avec lucidité sur un sujet qui depuis des mois empoisonne la France. N’est-ce pas un énorme gâchis cette manière dont le gouvernement a voulu ouvrir un débat sur l’identité nationale ? Débat qui tend à opposer les gens, plutôt qu’à les rassembler autour des mots « Liberté-Egalité-Fraternité ». Aux idées racistes et xénophobes que ce débat engendre inévitablement, nous aurions aimé saluer des actes beaucoup plus humanistes, plus fraternels et plus solidaires, des actes que nous appelons de tous nos vœux !.

Enfin, s’il faut souhaiter des actes pour 2010, c’est bien sûr la reconnaissance officielle du 27 mai, Journée Nationale de la Résistance. Nous en sommes loin ! Le Secrétaire d’état aux Anciens Combattants Hubert Falco, indique qu’il y a le 8 mai et le 18 juin pour parler de la Résistance, d’où l’inutilité du 27 mai !...

Pour l’ANACR, et « Libération Nationale PTT » qui est partie prenante de cette bataille, le 27 mai 1943 est la date de la création du Conseil National de la Résistance qui sous la présidence de Jean Moulin, a rassemblé tous les mouvements, partis et syndicats résistants et a donné à De Gaulle la légitimité de Chef de la France Combattante dans ce que l’on appelle la Résistance, qu’elle soit résistance extérieure ou intérieure. De nouvelles initiatives vont être prises dès maintenant par l’ANACR auprès des élus.

Le Président de la République, avant son élection, avait dit qu’il n’était pas opposé à la reconnaissance du 27 mai, son Secrétaire d’état aujourd’hui tourne le dos à cette légitime revendication.

Ce sont des actes forts que nous attendons pour 2010 : nous n’opposons pas 18 juin et 27 mai, deux dates d’honneur de la France, mais nous pensons que loin de considérer ces deux dates superfétatoires, le gouvernement serait bien inspiré de passer aux actes et de décréter le 27 mai « Journée Nationale de la Résistance ».                  

 

 

 

 Charles SANCET                                                                                               Secrétaire général adjoint.

Retour

horizontal rule