Retour

Ne pas oublier …

Edito 1er trimestre 2009

Les dates commémoratives ont toujours été pour « Libération Nationale PTT » - et bien sûr pour l’ANACR – un moment privilégié pour honorer celles et ceux qui sont morts dans le combat contre le nazisme et pour la Liberté. Ce mois d’avril nous offre l’occasion d’évoquer la participation à la Résistance des femmes de notre corporation, en rendant un hommage à deux d’entres elles, Marie-Thérèse Fleury, morte à Auschwitz le 16 avril 1943 et Simone Michel-Lévy assassinée par pendaison le 13 avril 1945 à Flossenbûrg.

Dans le rapport d’activité de l’association présenté à l’assemblée générale le 6 février dernier, Michel Delugin rappelait l’initiative que nous avions prise le 29 janvier 2008, date anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, de rendre hommage à la mémoire de Marie-Thérèse Fleury au cours d’une cérémonie devant la plaque commémorative apposée au bureau de Poste de Paris 20, là où notre camarade travaillait avant d’être arrêtée, emprisonnée et déportée.

Cette année nous allons, comme se fut le cas par le passé, organiser à nouveau devant la plaque commémorative une brève cérémonie le 16 avril 2009, jour anniversaire de la mort de Marie-Thérèse en 1943. Notre camarade, résistante active, faisait partie des tout premiers militants syndicalistes qui constituèrent les Comités populaires en 1940 c’est à dire les syndicats clandestins. Marie-Thérèse était la compagne d’Emmanuel Fleury, premier dirigeant de la résistance syndicale dans les PTT et l’un des organisateurs de la grève insurrectionnelle à Paris en août 1944.

Simone Michel-Lévy, cadre à la Direction des recherches et du contrôle technique (plus tard C.N.E.T.) fut la co-fondatrice du réseau Action PTT qui devint en 1942 l’Etat Major PTT avant de prendre le nom de « Résistance PTT » deuxième mouvement de résistance dans notre corporation avec « Libération Nationale PTT ». Trahie par l’un des membres du réseau, elle est arrêtée par la Gestapo en novembre 1943. Déportée à Ravensbrück et envoyée travailler au Kommando d’Holleischen, elle est convaincue de sabotage dans une usine de munitions et quelques jours seulement avant la libération du camp, elle est pendue à Flossenbürg le 13 avril 1945.

Le 13 avril 2005, notre association commémorait le 60ème anniversaire de son assassinat devant la plaque située dans les locaux de France Télécom Recherche et Développement à Issy les Moulineaux. Et le 13 avril 2007, la mairie de Paris honorait cette héroïne de la Résistance en donnant son nom à une place dans l’arrondissement, le 7ème où elle travaillait au Service Technique des PTT, rue Bertrand. Simone Michel-Lévy est l’une des six femmes « Compagnon de la Libération ».

 

Lhommage rendu à ces deux femmes des PTT, est aussi un hommage à toutes les femmes et en particulier aux « postières » dont la participation à la Résistance, au mépris du risque encouru, fut bien souvent déterminante. C’est un hommage aussi à toutes celles qui, déportées, continuèrent à résister, dans des conditions extrêmes, dans les camps de concentration nazis. Certaines, comme Marie-Thérèse Fleury et Simone Michel-Lévy, y laissèrent leur vie.

 

 

                       Charles SANCET

Retour