Bullets Retour  

horizontal rule

Paul  CODACCIONI,  fusillé  le  18  juillet  1944

**********

Paul CODACCIONI est né en Corse, à Bonifacio, le 23 novembre 1888. Son père était instituteur. Marié avec Eléonore Sonnet, ils eurent un fils André né en 1932. Ils habitaient à Marseille, 36 rue d’Endoume.

Employé des PTT comme contrôleur principal, il était affecté au Central télégraphique de la Grande Poste Colbert à Marseille. Avant la guerre, Paul CODACCIONI militait à la CGT confédérée. Il avait participé à des arrêts de travail notamment au télégraphe pour protester contre les décrets lois du ministère Gaston Doumergue frappant les fonctionnaires.

Au cours d’un meeting, le 14 avril 1934, contre les sanctions infligées au personnel, il rédigea une protestation contre la politique gouvernementale.

Musée de la Résistance

La guerre arrive, il s’engage dans la Résistance. Il sera le responsable du service des liaisons téléphoniques et télégraphiques des Mouvements Unis de la Résistance (M.U.R.) pour la région Provence. Son pseudonyme est Hubert Kodak. Il fait partie aussi du N.A.P. (Noyautage des Administrations Publiques).

Il est le responsable régional du réseau « Action PTT » (qui deviendra en 1944 « Résistance PTT ». Son rôle fut notamment d’organiser le réseau régional et extra régional des communications clandestines par fil. On lui doit aussi d’avoir fourni aux équipes du maquis, les plans de coupure et de sabotage des lignes téléphoniques allemandes.

Paul CODACCIONI, est arrêté chez lui le 15 juillet 1944. Cette arrestation intervient suite à des documents du N.A.P. saisis en juillet 1944 par Ernst Dunker, alias Delage, homme clé de la section SIPO-SD, la Gestapo. Ce sous-officier allemand a eu un rôle particulièrement actif contre la Résistance Intérieure Française. C’est lui qui va arrêter Paul CODACCIONI, qui n’avoua rien lors de l’interrogatoire, même pas son pseudonyme.

Emprisonné aux Baumettes à Marseille, il a été fusillé trois jours après son arrestation avec vingt-huit autres résistants, après un jugement sommaire sur place, le 18 juillet, au fond d’un vallon isolé, dans les bois de Signes. Un monument funéraire a été inauguré le 18 juillet 1946 dans ce lieu désormais connu comme le « Vallon des fusillés ». Une rue à Marseille porte le nom de Paul CODACCIONI.

 

Sources : Dossier Ministère des Armées, DAVCC de Caen.

  Le Maitron «fusillés, guillotinés, exécutés, massacrés 1940-1944 ».

  « Les Fusillés 1940-1944 » sous la direction de Claude Pennetier…

Dans le dossier de Paul CODACCIONI conservé aux Archives du Ministère des Armées à Caen (DAVCC) est extraite l’attestation, ci-jointe en page 12, signée Ferdinand JOURDAN. Au début de l’année 1941 se constitue le réseau « Action PTT » transformé rapidement en « Etat-Major PTT ». La direction de ce réseau est composée d’Ernest PROUVOST, Maurice HORVAIS et de Simone MICHEL-LEVY. Avec eux va se joindre un autre membre important de ce réseau : Ferdinand JOURDAN.

 

 

 

 

horizontal rule

Bullets Retour