Bullets Retour

horizontal rule

Un  ami  nous  a  quittés

André SERRES est décédé à l’âge de 95 ans le 26 décembre dernier. Président du Comité ANACR de la RATP, ancien Résistant, il a participé à la Libération de Paris en août 1944 sous les ordres des colonels Henri Rol-Tanguy et Fabien. Son travail de mémoire au sein de la RATP était très important et bien au-delà de cette entreprise. Il savait mettre en lumière dans l’actualité quotidienne ce qu’il ne fallait jamais oublier de notre histoire, des combats et des luttes qu’il a fallu mener et qu’il faut toujours mener pour la Paix, pour la Liberté.

 

 

André avait depuis plusieurs années entretenu par courriers et par téléphone, une relation fraternelle avec notre président Charles SANCET. Il recevait régulièrement notre Bulletin trimestriel et nous envoyait le journal « Le Fédéral » des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de la RATP.

Au nom de notre association, Charles Sancet avait adressé nos condoléances au vice-président de l’ANACR-RATP, notre camarade Daniel MERIC que nous retrouvons souvent lors des cérémonies à Paris. Il lui avait rappelé qu’il avait connu André SERRES en 2013 lorsque celui-ci, avec le comité local ANACR de Vitry, pris l’initiative de faire restaurer et poser à nouveau dans les locaux de la Poste de Vitry une plaque commémorative honorant un postier Pierre MOULIE, mort au combat dans un maquis de Corrèze.

Dans une lettre adressée à Charles Sancet, André rappelait la vie de ce Résistant PTT, nous citons un extrait, qui nous donne des informations que nous ne connaissions pas :

« Pierre Moulié né le 28 janvier 1891 à Saint-Martin-Sepert en Corrèze, commis des PTT à Vierzon dans le Cher, puis contrôleur dans la région parisienne, aux PTT à Ivry et Vitry. Mobilisé en 1914, il fera toute la guerre 1914-1918. Revenu gazé, marqué par la guerre, il adhère au parti communiste, en juillet 1925 il est délégué au Congrès contre la guerre à Paris représentant les PTT d’Ivry où il est domicilié, et à la CGT des PTT. Le 12 mai 1929 et le 5 mai 1935, élu conseiller municipal communiste sur les listes du « Bloc ouvrier et Paysan » conduites par Georges Marrane, maire d’Ivry, du secrétariat de l’ARAC jusqu’en 1939, déchu de son mandat le 9 février 1940, étant communiste. Il part en Corrèze, chez sa mère et rejoint la Résistance. Pierre Moulié tomba le 15 novembre 1943 sous les balles Allemandes et de la Milice de Pétain à la tête d’un maquis "La Besse à Sainte Féréole" dans la commune de Donzenac en Corrèze… Il était l’auteur du chant "Ce sont ceux du Maquis, ceux de la Résistance Jeunesse du Pays". Ce chant de la Résistance fut diffusé aux heures d’émission de la BBC de Londres "Les Français parlent aux Français". » André rappelait que la mairie de Vitry avait donné le nom de Pierre Moulié à une rue de la ville.

Dans un autre courrier du 27 juillet 2019 adressé à Charles Sancet, André Serres, va écrire une page importante de son parcours avec le colonel Fabien :

« Après l’insurrection parisienne en août 1944, les FTP-FFI de Fabien, dont je fais parti, étaient refusés dans l’Armée Régulière. C’est pourquoi les "Fabiens" (FTP), le 1er septembre 1944 groupés à Nanteuil le Haudouin (Oise) Créèrent le 1er Régiment de Paris, autrement dit : Colonne Fabien, Brigade Fabien. FTP moi-même, je fus affecté au groupe de garde de Fabien puis au groupe de Reconnaissance Régimentaire de la Brigade Fabien, sous le commandement du Lieutenant FTP Murat de son nom de guerre qui était le fils de Marcel Prenant Chef d’Etat-Major des FTP. Mon nom de guerre était André. De Nanteuil le Haudouin, à marche forcée, malgré les interdictions de l’Armée, des Autorités militaires, du général Konig qui avait été nommé par de Gaulle commandant des FFI, les Fabiens passèrent outre, ils rejoignirent en Lorraine la 3ème Armée américaine du général Patton. Nous sommes sous les ordres du général Wacker de la 20e Armée US, comme Rangers aux côtés des Américains, autonomes, commandés par Fabien. Puis nous devenons "Groupe Tactique de Lorraine", les troupes américaines entrant en Belgique nous abandonnent en nous félicitant pour les services inestimables rendus en Lorraine…Fabien, son Etat-Major et ses hommes se dirigent vers l’Alsace, dans la poche de Colmar. A Habsheim, Fabien établit son PC. C’est dans cette ville que Fabien et son Etat-Major trouvent la mort en désamorçant une mine….Ce n’est que fin janvier que la Brigade Fabien passe et est nommée 151e RIM commandée par le général Gandoet, provenant de la Coloniale. ….Le 31 mars 1945 la Brigade Fabien effectue la première tête de pont à Germersheim et traverse le Rhin sous un déluge de feu. Je suis aux côtés du Lieutenant Rodriguez, Espagnol des Brigadistes, je suis blessé le 10 avril 1945, évacué avec l’aide de Jean Rodriguez, mon Lieutenant. Cité à l’ordre de la Brigade de la 9e compagnie di 151e RI. Trois mois à l’hôpital de Bourg-en-Bresse (Ain) je suis démobilisé le 10 avril 1946 ».

André SERRES reçoit la Légion d’honneur en 2012.

horizontal rule

Bullets Retour