Intervention  au  congrès  départemental  CGT FAPT 31  télécoms

BulletsRetour

BulletsRetour Ag 2013

horizontal rule

 Association « Libération Nationale PTT »

Elle a été fondée après la deuxième guerre mondiale par d’anciens résistants et résistantes des PTT.  Elle est affiliée depuis plusieurs années à l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e) s de la Résistance.

Associations qui ont été créées :

         -Pour la défense des valeurs patriotiques, démocratiques et humanistes de la Résistance.
        -Pour
lutter contre les résurgences des  idéologies fascistes et pétainiste, et contre le négationnisme falsificateur.
         -Pour
la défense de la paix.

        -Pour la défense des droits matériels et moraux des Résistants, et tout particulièrement la reconnaissance de leurs services.

L’ANACR a tenu son congrès les 5/6/7 octobre à Lons le Saunier et 12 représentants de Libé PTT y ont participé dont Dany Briot  et moi-même.

Des idées Dangereuses, Vigilance !

Partout en Europe et bien sûr dans notre pays, les idées d’extrême droite et les partis qui les portent font des poussées inquiétantes.

- La Hongrie adopte une constitution régressive. Son gouvernement attribue la nationalité à des populations, ayant sans doute des origines hongroises mais vivant depuis des décennies dans d’autres pays (Serbie, Slovaquie, Roumanie). C’est le “droit du sang” dont on sait qu’il a fait le malheur de l’Allemagne et bien d’autres pays.

- En Finlande, le parti dit des “vrais Finlandais”(ce titre indique lui-même la nature de cette formation) se paye un beau succès aux  élections.

- En Norvège : on se souvient de ce jour où un  fanatique nostalgique des nazis assassine froidement  des jeunes gens sur une île.

- En Grèce, l’actuel leader de la droite néofasciste se permet sur un plateau de télévision d’agresser une représentante de la gauche « syriza »

On pourrait ainsi passer en revue chaque pays, on trouverait des signes évidents de la progression des théories de haine et de violence. Notre pays n’échappe pas à cette contamination.  Jusqu’à présent des  propos et des agissements racistes émanaient principalement d’organisations et d’individus sans responsabilités électives ou étatiques. Voila qu’aujourd’hui des voix officielles exposent des idées à caractère xénophobe, ne s’embarrassant guère de précautions de langage. Il ne s’agit plus de dérapages verbaux mais d’une stratégie politique. Les immigrés, y compris légaux, sont désignés comme les responsables des difficultés économiques et sociales que rencontre le pays. C’est la vieille politique criminelle du bouc émissaire.

- À Poitiers : on croit rêver en 2012 des excités (défendus par le FN) juchés sur le toit de la mosquée veulent arrêter les arabes, Charles Martel réincarné, ce symbole pour marquer les esprits simples. 

    L’extrême droite exploite les peurs des gens touchés  par  le chômage , les délocalisations , les mutations sociales actuelles et les difficultés liées à la période actuelle. (chômage, baisse du  pouvoir d’achat, hausses des prélèvements ,attaques contre la sécu, les retraites etc). Le fascisme a relevé la tête et à la faveur de la crise politique économique, sociale et de valeurs que connaît notre monde il retrouve une audience des plus préoccupantes  alors qu’il est toujours liberticide (La mairie de Bollène a voulu interdire le Chant des Partisans lors de la commémoration du 18 juin 1940) et porteur de haine à l’égard des minorités nationales, religieuses ou sociales, des immigrés, des autres peuples

« Si tu diffères de moi, mon frère loin de me léser, tu m’enrichis. »                                                                                                        Antoine de Saint Exupéry.

Devoir de mémoire :

67 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale disparaissent peu à peu mais inexorablement celles et ceux qui furent les témoins de ce que fut la réalité du fascisme au pouvoir et de ses crimes, celles et ceux qui en furent les victimes, celles et ceux qui le combattirent et que l’histoire a appelé et appelle les Résistants. Ils étaient les porteurs de cette espérance d’une France et d’un monde démocratique et en paix, de cette aspiration à une société plus juste, fraternelle et solidaire dans laquelle l’intérêt général primerait sur les intérêts particuliers. Espérance et aspiration qu’ils avaient concrétisées par le Programme du Conseil National de la Résistance.

Passeurs de mémoire :

Il est plus que jamais nécessaire que leur témoignage ne s’éteigne pas avec eux, que le combat contre le fascisme continue parce que le danger reste présent, que les valeurs humanistes, démocratiques et de justice qui les motivèrent  soient portées au cœur de notre vie publique, de nos débats citoyens ; que leur lutte pour  la défense de la paix soit poursuivie, ce sont des raisons qui ont fait que l’association s’est ouverte aux Ami(e) s, avec pour objectifs :

  - Le combat contre les idéologies fascistes, xénophobes, racistes et contre le négationnisme.
         - L
’instauration d’une  Journée Nationale de la Résistance, le 27 mai, date anniversaire de la création du CNR, date symbole de l’unité de la Résistance. Journée non chômée durant laquelle une information serait faite dans les établissements scolaires, de même que lors de chaque 18 juin, une journée commémorative de l'appel historique du Général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi  instituée depuis 2006.
       - L
e développement du Concours national de la Résistance et de la Déportation dans tous les établissements scolaires.
        - L
a reconnaissance du rôle de la Résistance dans la libération de la France et la restauration des libertés dans notre pays et dans la victoire sur le fascisme.
       - A
ffirmer leur attachement à la Paix, à la démocratie et à la fraternité entre les peuples, menacées par la résurgence du fascisme, les manifestations de racisme et de xénophobie, les interventions militaires unilatérales.

C’est ce combat et ces valeurs qui au-delà de nos différences de conceptions politique, philosophiques ou religieuses nous rassemblent.

 

Pour une journée nationale de la Résistance le 27 mai :

Actuellement la polémique enfle à propos de la décision du gouvernement d’associer le centenaire de la Grande Guerre à la commémoration de la Libération. D’un point de vue historique c’est une régression mémorielle, c’est faciliter la confusion, gommer les spécificités et  cela consiste in fine  à  légitimer toutes les opérations extérieures de la France. Un Mémorial Day   où toutes les guerres se valent  où les conflits colonialistes sont élevés au même rang que la victoire sur la barbarie nazie  est inadmissible.

 

MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DE LA RESISTANCE, LE 27 MAI

Il y a 69 ans, à Paris, depuis près de trois ans sous le joug de l’armée nazie avec le concours des forces de répression du régime pétainiste collaborant avec elle, les représentants de huit mouvements de Résistance, de six partis politiques résistants et des deux centrales syndicales clandestines se réunissaient le 27 mai 1943 autour de Jean Moulin, initiateur de la rencontre qu’il présida 48 rue du Four.             

  Coordonnant désormais dans le combat commun toutes les forces de la Résistance jusque-là dispersées, le Conseil National de la Résistance, créé à l’issue de cette réunion et présidé par Jean Moulin, allait ouvrir la voie à l’unification au sein des FFI des différentes structures militaires des mouvements de Résistance, à la mise en place des Comités locaux et départementaux de la Libération (CLL et CDL) et conduire à l’élaboration du Programme du Conseil National de la Résistance.

Lire la suite  BulletsMessage pour la Journée Nationale de la Résistance

 

 

C’est pourquoi il est important de connaître et de participer aux commémorations.

Les commémorations entretiennent le souvenir de ceux et celles qui ont perdu la vie pour la France et la liberté; elles invitent à la réflexion sur les motifs de leur engagement où la question du fascisme, de son idéologie fondée sur la supériorité d'une " race" promise à la domination universelle, a compté pour beaucoup. En fait, elles contribuent à l'enseignement de l'Histoire. Au sein des PTT, il a été dénombré : 243 fusillés, 92 tués au combat pour la Résistance, 12 morts en détention, 373 déportés du fait de résistance, 326 déportés dans les camps d’extermination.

Sur Toulouse perpétuons la mémoire de nos résistant (e) s:

                 - Lucien Béret (assassiné par la gestapo).

      - André Testut (maquisard fusillé à Tournon d’Agenais) du centre de tri Matabiau  (plaque devant l’immeuble SNCF) et portrait au CTV Lalande et une salle de réunion qui porte leur nom à la plateforme de Castelnau d’Estretefonds.

       - Lacombe (torturé et assassiné par la gestapo à Cazères).   

       - Andrieux (maquisard tué au combat) facteurs à la RP (plaque à la RP).

       - Marie Soula des CCP, déportée à Ravensbrück.

    - Marie Dauriac télégraphiste (engagée dans le réseau Fournier action PTT) et femme de Sylvain Dauriac responsable local du réseau Brutus.

- Conchita Ramos emprisonnée à St Michel et qui a subi également la déportation à Ravensbrück, c’est la mère de notre camarade Christian qui a assumé la tache de trésorier au syndicat.

Une pensée également à tous « ces combattants de l’ombre » restés anonymes qui à leur manière ont lutté pour la liberté

Quelques dates à retenir :

                   - Dernier dimanche d’avril journée de la Déportation.

         - 27 mai  Journée de la Résistance.

         - 8 mai   Fin de la seconde guerre mondiale.

                   - 19 août, libération de la gare Matabiau et de Toulouse.

Se battre avec les associations  pour  que la prison st Michel ne soit pas bradée  à des promoteurs.

Pendant l'occupation nazie, de nombreux résistants y furent détenus, condamnés à mort et exécutés,  Marcel Langer, chef de la 35e brigade des FTP-MOI, condamné à mort par la justice de Vichy et guillotiné dans la prison  le 27 juillet 1943, Conchita Ramos, Maurice Fontvieille, Sylvain Dauriac, Angèle Bettini, Raymond Naves, Alice Koquine, François Verdier, Jean Durand, Marcelle Fontès et beaucoup d'autres. C'est également le 19 août 1944 que les femmes des détenus forcent les portes de la prison et les libèrent, un épisode marquant de la libération de la ville.

                    - Faire connaître le circuit de mémoire : Toulouse Résistante

                    - Visiter le Musée Départemental de la Résistance

 Il est essentiel de  transmettre la mémoire  contre toutes  les idéologies fascistes, contre le négationnisme et contribuer à la paix. Nous avons besoin de passeurs de mémoire et d’éveilleurs de conscience dans la fidélité aux valeurs de la Résistance. Toujours être vigilant et lutter sans relâche pour un monde meilleur. Il est temps de bien vivre ensemble, dans la  nécessité de l’épanouissement de tous et d’offrir une perspective d’avenir prometteur aux jeunes générations

Renforcer les Ami(e) s est une nécessité :

       - Pour la pérennité de l’Association. 

       - Faire que son message continue à être porté aux générations présentes et futures.

      - Pour ancrer dans la mémoire nationale ce que fut le rôle historique de la Résistance dans la   libération de notre pays et dans la restauration de la liberté pour son peuple.

      -Pour rappeler les acquis du C.N.R. (Conseil National de la Résistance)   qui petit à petit sont  attaqués  et remis en cause : sécurité sociale, retraites,  services publics etc.….

Les valeurs défendues par la Résistance restent d'une brulante actualité.

 

 

       Yolande GASPERONI,

horizontal rule

BulletsRetour

BulletsRetour Ag 2013