BulletsRetour

horizontal rule

Un devoir : combattre l’extrême-droite partout

et tous les jours, rappeler inlassablement les valeurs de la Résistance

*******

Libération Nationale PTT et l’ANACR ont pour objet, notamment, la défense des valeurs démocratiques, humanistes de la résistance. Ils luttent contre les résurgences des idéologies fascistes et pétainistes, contre le négationnisme falsificateur. Ce combat est plus que jamais d’actualité. Non seulement nous n’en avons pas fini avec les idées d’extrême-droite, mais elles trouvent de nouveaux terrains d’expressions, en France, en Europe et dans le monde entier.

Le terreau est en effet toujours là : les inégalités, la pauvreté, les conflits armés, avec leurs cortèges de réfugiés. La crise économique et sociale, inhérente au système capitaliste, touche non seulement notre pays mais l’ensemble de la planète où les inégalités  entre les riches et le reste de la population ne cessent de se creuser car ce système est basé sur le profit d’une minorité et non sur l’intérêt général. Cela alimente des peurs, des frustrations que certains utilisent sans vergogne pour inoculer le poison de la haine dans la société.  Les colères et révoltes qui en résultent ne se portent pas toujours contre ceux qui en sont la cause mais souvent envers d’autres victimes de ce système.

La montée des idées d’extrême-droite, mises en avant notamment par le Front National, mais aussi par d’autres organisations qu’elles ont infiltrées, est dangereuse pour la société. Ces idées se fondent sur la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme, les réminiscences du pétainisme, la stigmatisation de telle ou telle catégorie, la suspicion, la délation, la haine, l’exclusion, le repli identitaire, le négationnisme. Et lorsque tout cela est instrumentalisé, structuré, mis en cohérence et décliné en programme politique, c’est bien un danger de retour du fascisme qui se profile, en France et ailleurs.

Le danger est devant nous. Nous devons le combattre sans concession. D’abord en le démasquant. L’extrême-droite, c’est bien sûr sa face la plus visible, le FN, mais c’est aussi une nébuleuse de multitude de groupes identitaires, islamophobes … Certaines personnes peuvent se laisser abuser, car ces individus n’hésitent pas à usurper et détourner des mots et des valeurs à leur profit, à se donner un vernis « social » alors que le programme du FN, par exemple, aboutirait à la remise en cause de pans entiers de notre droit social et de notre protection sociale.

Ainsi, le « FN » a usurpé le glorieux nom du « Front National pour la libération et l’indépendance de la France » issu de la résistance, qui fut membre à part entière du CNR (Conseil National de la Résistance) et dont beaucoup de membres ont donné leur vie pour que nous puissions vivre dans un pays libre et démocratique, aux antipodes des projets du « FN » actuel.

Combattre l’extrême-droite, c’est aussi réfuter ses idées, partout et tous les jours. Il s’agit d’une bataille idéologique. Pour cela, il faut avoir les arguments, organiser et suivre des formations, échanger et débattre entre nous. Mais ce sont également des actions au quotidien pour dénoncer, fustiger les actes et paroles de rejet, de haine sur nos lieux de vie et de travail. Comment accepter encore le silence et l’absence de réactions lorsque des attitudes, des propos racistes, discriminatoires, homophobes, sont proférés en public ?

Combattre l’extrême-droite, c’est aussi refuser toutes les tentations de restreindre les libertés publiques, de remettre en cause nos droits de citoyens, de salariés, le droit syndical, le droit de manifester, les manœuvres visant à contourner les institutions démocratiques pour imposer par la force des mesures contre la population. « La France aux Français », « la préférence nationale » et autres slogans du même acabit ne sont pas nouveaux. Déjà, sous Pétain, ces thèses furent appliquées et l’on sait où cela nous a conduit : ce furent  les camps de concentration et l’extermination pour des milliers d’hommes et de femmes parce qu’ils n’étaient pas de « bons Français »,  mais aussi, pour ceux qui s’opposèrent et combattirent  dans les rangs de la Résistance : les arrestations, les tortures et la mort.

Oui, le danger est grand de voir ressurgir la menace de la prise de pouvoir de l’extrême-droite et de sa partie la plus médiatisée, le « FN ». N’oublions pas les paroles des déporté(e)s à leur retour des camps qui ont décrit, pour les avoir vécus, à quels désastres conduisent la violence, le mépris de la dignité humaine, le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. N’oublions pas non plus l’avertissement du grand  dramaturge allemand Berthold Brecht : « le ventre est encore fécond d’où est sortie la bête immonde »

Devant ce danger de l’extrême-droite, du fascisme, notre devoir est de rappeler les valeurs de la Résistance, de son actualité, afin de ne pas revivre ce passé funeste. 

Michel Schaeffner et Patrice Ligonière

horizontal rule

BulletsRetour