BulletsAccueil       BulletsActivités

horizontal rule

Samedi 5 octobre 2019 : Cérémonie d’AINCOURT

*****

Le 5 octobre 1940 s'ouvrait à AINCOURT le premier camp d'internement en zone nord dans une France occupée. Parmi les 1500 détenu(e)s passés par AINCOURT, 9 seront fusillés comme otages à Chateaubriand, 7 au Mont Valérien, 9 à Rouillé. 175 feront partie du premier convoi de déportés politiques parti le 6 Juillet 1942 pour Auschwitz-Birkenau. Et combien à Buchenwald, Orianenbourg, Mathausen et autres camps?

En mai 1942, les hommes incarcérés sont remplacés peu à peu par des femmes résistantes mais aussi des femmes juives accompagnées de leurs enfants et des tziganes. Elles seront nombreuses à être déportées dans les camps de la mort et nombreuses à ne pas en revenir.

Comme chaque année depuis 1994, le premier samedi d'octobre devant la stèle érigée en mémoire de ces 1500 internés se déroule une cérémonie organisée par l'Association "Mémoire d'Aincourt" qui rassemble tous les ans de nombreuses personnalités. Leur nombre ne cesse d'augmenter: représentants de l'État, élus, associations, familles de déportés et de fusillés mais aussi des écoliers, des collégiens et lycéens.

Une douzaine de porte-drapeaux participait à cette cérémonie (Patrice LIGONIERE portait celui de notre association), ainsi qu'une chorale locale qui a interprété le" Chant des marais" qui était le chant des déportés, La Marseillaise puis le « Chant des Partisans" le chant de la Résistance.

 

Après le dépôt des gerbes déposées par les personnalités et les diverses associations syndicales, politiques et associatives deux allocutions ont été prononcées, l'une par Monsieur Jean-Pierre MULLER président du conseil de surveillance du GHT du Vexin, maire de Magny-en-Vexin et conseiller départemental du Val-d'Oise et l'autre par Jacques VARIN  secrétaire général de l'Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR).

Lors de leurs allocutions, les deux intervenants, après avoir fait l'historique du camp, ont pointés et mis en garde contre les résurgences de l'extrême-droite et son discours de haine, de racisme, d'antisémitisme, de xénophobie qui mettent en danger nos libertés démocratiques et pluralistes et nos traditions du « vivre ensemble avec nos différences ».

Suite à ces allocutions, la compagnie du "Théâtre des Oiseaux" sur une mise en scène de Bernard MARTIN FARGIER, fit une évocation théâtrale : « Répressions et Déportations ».

Un vin d'honneur clôtura cette cérémonie.

 

PS : en 2020, l'association "Mémoire d'Aincourt" devra gérer seule l'organisation de cette cérémonie, faute du soutien logistique du centre hospitalier où, sous l'occupation, se tenait le centre d'internement.

Patrice Ligonière

horizontal rule

BulletsAccueil       BulletsActivités