Bullets Retour

horizontal rule

Assemblée Générale 2019 de l’association

******

Notre Assemblée Générale s’est tenue lundi 25 février, comme tous les ans, à l’Hôtel de Ville de Paris. Colette PALLARES, qui présidait cette réunion, a d’abord présenté les invités Jacques VARIN, secrétaire général de l’ANACR, Sylvie BAYLE, de la FAPT–CGT, Joël RAGONNEAU, représentant l’Institut d’Histoire Sociale de la FAPT, et Francis LEGRAND, président de l’Union Fédérale des Retraités CGT. Ensuite, après les excusés, elle a cité les noms des camarades décédés depuis la dernière assemblée générale et fait observer une minute de silence.

 

 

         Colette Pallares et Charles Sancet

Vue partielle de la salle 

 

Elle donne la parole à Charles SANCET qui présente le rapport d’activité de l’association en 2018. Voici ci-dessous, quelques extraits de ce rapport.

Rappelant tout d’abord que les évènements qui se déroulent depuis novembre dernier tiennent une place importante dans la vie sociale, économique et politique du pays, Charles tient à préciser « Notre association, fidèle au pluralisme de l’ANACR, dont nous sommes une composante, réaffirme toujours dans ses écrits comme dans ses diverses manifestations les valeurs de solidarité, de démocratie, de tolérance et de respect de la personne humaine. Ce sont ces valeurs que les Résistantes et les Résistants nous ont transmises. Libération Nationale PTT, n’est pas un syndicat ni un parti politique, il est nécessaire de le rappeler mais nous ne sommes pas neutres et notre analyse de la situation comme nos discussions doivent en tenir compte. Notre rôle, c’est de ne pas nous dévier de nos fondamentaux ».

Soulignant que les désirs d’amélioration des conditions de vie, le pouvoir d’achat, les retraites et l’emploi sont l’expression des mesures contenues dans le programme du Conseil National de la Résistance, dont le 15 mars prochain sera le 75e anniversaire de la publication, Charles SANCET rappelle aussi « Qu’aujourd’hui s’expriment dans notre pays des questionnement sur divers sujets, la justice sociale, l’organisation de la société, la démocratie et qu’ils seront au cœur des débats préparant les élections européennes fin mai. Fidèle à nos statuts et à notre pluralisme, nous ne donnerons pas de consigne de vote sauf pour faire barrage à l’extrême-droite et notre contribution devra donc rester sur les valeurs notamment de solidarité qui inspirèrent le programme du Conseil National de la Résistance ».

Le rapporteur précise aussi : « Les mesures économiques et sociales progressistes préconisées dans ce programme établi à l’unanimité de ses membres (les partis politiques résistants, les mouvements de résistance et les syndicats résistants, CGT et CFTC) constituent encore aujourd’hui le socle de notre protection sociale. Cependant dans notre société actuelle, nous sommes très inquiets concernant la remise en cause de ces mesures ».

Ensuite, Charles aborde les résurgences des fascismes en Europe et en France et l’obligation de condamner les discours de haine, de racisme, de xénophobie, d’homophobie et d’antisémitisme qui se développent. D’où l’importance dit-il « Que nous devons accorder à notre mission d’être plus que jamais des acteurs de la connaissance de ce que furent les valeurs humanistes de la Résistance et des combats que menèrent les Résistantes et les Résistants pour vaincre l’Allemagne nazie et le régime de collaboration ».

Il traite longuement de la situation créée par le mouvement des gilets jaunes qui se voulait au départ un mouvement social et dont nous partagions les revendications tout à fait légitimes. Et le rapporteur va exprimer ce que d’autres camarades ont également ressentis. « Ce mouvement, dit-il, a été trop souvent débordé par des casseurs, des énergumènes dont les objectifs étaient bien différents. Nous ne pouvons accepter qu’une minorité de ces manifestants s’en soient pris aux valeurs de la République, à ses représentants élus. Et nous en sommes arrivés à ce que ces bandes organisées s’en prennent à des monuments et notamment à celui le plus symbolique de la République, l’Arc-de-Triomphe. Les inscriptions de peinture, les dégradations à l’intérieur de l’édifice sont inacceptables ».

Le rapporteur va signaler ensuite les slogans extrémistes qu’ont captés les reportages des médias. Il stigmatise les tentatives de certains dirigeants des gilets jaunes d’aller à l’assaut de l’Elysée ou de tenter de rentrer à l’Assemblée Nationale. « C’était une façon de contester la représentation nationale comme l’ont affirmé certains leaders de ce mouvement. Là, nous sommes dans un mouvement à caractère politique. La manifestation devant l’Assemblée Nationale le 13e samedi, s’est traduite par des incidents. Permettez-moi de faire un parallèle avec le 6 février 1934, certes dans un autre contexte, les ligues d’extrême-droite organisaient une manifestation antiparlementaire s’acheminant vers la Chambre des députés. Plusieurs morts et des centaines de blessés furent dénombrés. L’ultra-droite qui infiltre ce mouvement… certains de ses membres sont des dirigeants d’organisations fascisantes dissoutes… On cite Hervé Ryssen, militant nationaliste et négationniste, et Yvan Benedetti, raciste et antisémite notoire que l’on peut voir dans les cortèges. On pouvait apercevoir aussi en tête de certaines manifestations dans le service d’ordre des énergumènes portant le béret rouge des parachutistes, comme Victor Lenta, le paramilitaire d’extrême-droite… Nous avons été choqués lorsque répondant à l’appel sur Facebook d’une des figures emblématique de ce mouvement, qu’un groupe de gilets jaunes ait entonné la « quenelle » de Dieudonné, chant antisémite sur l’air du Chant des Partisans. C’est inacceptable et les participants devant la basilique du Sacré-Cœur n’étaient pas cagoulés, ils étaient là, à visage découvert ».

Charles SANCET va maintenant très longuement parler de la vie de l’association et du travail de mémoire qui reste sa mission principale. « Nous ne devons pas oublier avec quelle lucidité, les anciens résistants des PTT ont décidé d’ouvrir leur association à tous ceux et toutes celles qui n’ont pas été des acteurs de cette période. Et aujourd’hui, il nous revient d’être les continuateurs de leur combat et des valeurs qu’ils nous ont léguées ».

Il va parler ensuite du Bulletin trimestriel, de son contenu, du « Journal de la Résistance » de l’ANACR. Il aborde aussi en cette année 2019, le 75e anniversaire de programme du CNR et de la Libération du pays. Il enchaine avec l’énumération de toutes les activités auxquelles l’association a participé depuis la dernière assemblée générale en citant la présence des camarades à celles-ci.

En plus des 3 cérémonies au siège de La Poste (8 mai, 25 août et 11 novembre) « Libération Nationale PTT-ANACR » a participé à 9 autres commémorations : 13 avril (plaque dévoilée en hommage à Simone Michel-Levy), 27 mai (Journée Nationale de la Résistance à Paris, Rennes et Toulouse), 2 juin (hommage aux fusillés du Mont-Valérien), 12 juin (accompagnement de collégiens de l’Indre à Beaucoudray, Colette Pallarés et René Duclos, président-général de l’ACVG - PTT animaient cette rencontre en ce lieu emblématique), 17 juin (cérémonie à Beaucoudray, département de la Manche, en hommage aux fusillés du réseau PTT de St. Lô, 23 août (ravivage de la flamme à l’Arc-de-Triomphe avec l’ANACR, 23 septembre (inauguration du Parcours de Mémoire à Noisy-le-Grand, 6 octobre (cérémonie à Aincourt, camp d’internement), 21 novembre (participation au ravivage de la flamme organisé par l’ACVG-PTT.

Le rapporteur va parler de l’organisation, des réunions, du renforcement de l’association, du conseil d’administration, sans oublier quelques remerciements pour des aides apportées à l’association et pour le travail d’édition du bulletin et de la gestion du fichier.

Charles SANCET va aborder un autre problème, relativement récent, qui doit interpeller les associations de mémoire. « Nous sommes –dit-il - face à une désinformation scandaleuse à partir notamment des réseaux comme Facebook ou Tweeter… Avec les Fake News, circulent sur les réseaux sociaux tout un tas de fausses informations et les théories du complot, le tout sans aucune référence ni signature ». Poursuivant son raisonnement, le rapporteur analyse le phénomène Internet qui peut être le meilleur comme le pire. Il stigmatise tous ces partis d’extrême-droite qui, à partir de sites Internet, sur la base de discours démagogiques, populistes, xénophobes, anti-immigrés et racistes, sont un véritable danger.

Il termine par ces mots très actuels « Je voudrais à nouveau condamner toutes les violences qu’elles soient verbales ou physiques que l’on déplore, d’où qu’elles viennent. Nous devons condamner fermement les actes antisémites qui rappellent hélas des temps qui ont marqué notre pays et c’est intolérable que des personnalités soient insultées comme le samedi 16 février à Paris et aussi les profanations de cimetières ». Pour conclure, Charles cite Stéphane Hessel :

                                  « La violence tue l’espérance ».

La discussion va se dérouler durant une bonne heure, dans laquelle une vingtaine d’intervenants vont enrichir le rapport, apporter des précisions et aborder divers autres sujets d’actualité.

 

 

 

Rapport de trésorerie

 

Le trésorier André GOUJON indique d’abord la situation des effectifs de l’association au 31 décembre 2018 et pour 2019 déjà 74% des adhérents ont payé à ce jour leur cotisation.     Il note aussi : 74,5 % des cotisants sont abonnés au « Journal de la Résistance ».

 

Une autre particularité, la somme élevée des dons (le supplément joint à la cotisation par les adhérents) ce qui fait dire au trésorier « Vous constaterez que votre générosité est importante et je voudrais ici, remercier les camarades qui participent, quel que soit le montant de leur don, à cet effort financier ».

Le trésorier énumère ensuite les charges et les recettes de l’association en 2018. Il note une partie importante de nos dépenses qui sont consacrées à l’impression de notre bulletin et à l’affranchissement pour son expédition ainsi que les divers courriers envoyés aux adhérents.

 

André GOUJON souligne qu’en 2018 « Nous déplorons le décès de 2 résistants et nous perdons 7 amis (décès, déménagement ou problèmes financiers). Il nous faut continuer à faire des adhésions et solliciter notre entourage familial ou amical : c’est important pour la survie de notre Association. Il faut continuer aussi à insister auprès d’ORANGE pour que notre association soit reconnue afin de pouvoir bénéficier d’une subvention au même titre que celle versée par LA POSTE ».

Quelques mots fraternels du trésorier vont clôturer ce rapport : « Je ne voudrais pas terminer sans sincèrement remercier notre ami Christian AUSTRUY, qui malgré l’éloignement, gère non seulement le site Internet de Libé PTT, mais aussi le grand livre de nos comptes : Christian merci de ton aide précieuse ».

Rappel du Trésorier

 Chers camarades adhérents, si vous avez oublié de renvoyer votre cotisation 2019, pensez-y, car « Libération Nationale PTT – ANACR »      a besoin d’être une association forte et combative pour poursuivre son travail de mémoire.

                                             Merci.                                                                                                                               

Rapport de la commission de contrôle financier:

Il revient à Jacqueline FOUCHER au nom de la commission, de présenter son rapport.

 

« Le rapport financier présenté par notre trésorier, permet à notre Assemblée Générale d’apprécier la gestion financière de notre association au cours de la période écoulée. Les opérations de vérification et de contrôle des éléments comptables et des comptes de trésorerie clôturés le 31/12/2018, nous autorisent en premier lieu à certifier l’exactitude des chiffres présentés et en second lieu, de souligner la saine gestion et le souci de financer au mieux, l’activité de notre association ».

Jacqueline FOUCHER poursuit sur quelques recommandations : « Se donner plus de moyens financiers, est une nécessité vitale, pour nourrir et élargir les activités de notre action, et cela passe obligatoirement par le renforcement de celle-ci.

 

Faire adhérer de nouveaux « amis » doit être notre préoccupation permanente.

 

La commission de contrôle financier donne QUITUS à la direction de Libération Nationale PTT-ANACR et à ses trésoriers pour la bonne tenue des comptes 2018 ».

La présidente de séance, Colette PALLARES fait voter l’assistance sur les deux rapports.

Le rapport d’activité et le rapport de trésorerie sont approuvés à l’unanimité.

 

Election du Conseil d’Administration :

 

 

Michel SCHAEFFNER présente la liste du C.A. en précisant notamment :

« Depuis le décès de notre président Michel Delugin en mars 2016, notre association est restée sur la composition initiale d’un secrétaire général et une secrétaire générale adjointe. Aujourd’hui nous allons vous présenter conformément à l’article 7 de nos statuts une composition du nouveau C.A. avec président, secrétaire général et secrétaire général adjoint ».

 

Ce Conseil d’Administration est élu à l’unanimité.

 

 

Le nouveau Conseil d’Administration

 

                           Président d’honneur :                             Jean  BLANCHON

                           Président :                                             Charles  SANCET

                           Secrétaire générale :                               Colette  PALLARES

 

                           Secrétaire à l’organisation :                  Michel  CHASSAGNE

                           Trésorier :                                            André  GOUJON

                Trésorier Adjoint :                                           Christian  AUSTRUY

 

   

  Patrice Ligoniere - Didier Crouzet

Secrétaires généraux adjoints :    Didier  CROUZET          

                                                    Patrice  LIGONIERE

Secrétaires :     

Serge GERBER, Serge GREGORY, Joël RAGONNEAU,      Michel SCHAEFFNER

 

Membres :

Sylvie BAYLE, Daniel BENIT, Louis CARDIN, Jean-Pierre CHEVRIER,

Yvette CROS, Raymond DAUDE, Emile DUPUY, Raphaël GUIBERT,

Hélène LAFFAIT, Jean MANANÉ, Marcel PILLET, Jean-Marc VACHER.

 

 

Après cette élection, Charles Sancet tient à préciser qu’il est le premier président de « Libé PTT » à n’avoir pas été résistant (né en septembre 1939) et va présenter ceux qui l’ont précédé depuis la création de l’association en 1947, formation issue du mouvement de Résistance du même nom : Henri GOURDEAUX, Fernand PICCOT, sa fille Nicole présente aujourd’hui est toujours fidèle à nos Assemblées, Emmanuel FLEURY, Jean ABBADIE, Camille TREBOSC (déporté à Buchenwald), Jean BLANCHON et Michel DELUGIN décédé en mars 2016.

NDLR : Fernand Piccot et Emmanuel Fleury furent les dirigeants de l’insurrection parisienne des postiers en août 1944.

La présidente donne maintenant la parole à nos deux invités, Sylvie BAYLE, pour la FAPT et Joël RAGONNEAU pour l’IHS.

 

             Sylvie BAYLE

            Joël RAGONNEAU

 

Ils vont, dans une courte intervention, apporter leur appréciation de la situation sociale et rappeler l’importance du travail de mémoire.

Il revenait ensuite à Jacques VARIN, secrétaire général de l’ANACR, de conclure cette assemblée générale par une intervention très appréciée des délégués, répondant aussi à plusieurs interrogations soulevées durant cette matinée.

 

                                                                                                                 Jacques VARIN

 

horizontal rule

Bullets Retour