BulletsRetour

horizontal rule

 

Assemblée Générale de « Libération Nationale PTT »

14 février 2014

de 9 heures à 12 heures 30

**********

 

à la Mairie de Paris

 

horizontal rule

 

 

Vue partielle de l'assemblée
 
 

Michel DELUGIN (Président) déclare "ouverte"  l'assemblée générale et donne la parole à Charles SANCET,  secrétaire général, qui présente le rapport d'activité de l'association.

 

 

 

Rapport d'activité

 

*******

 

Charles SANCET  secrétaire général

présente le rapport d'activité.

 

Rapport d’activité 2014

présenté par Charles Sancet le 14 février 2014

 

Chères et Chers Camarades,

Depuis cinq ans, notre Assemblée générale se tient à l’Hôtel de Ville de Paris. Nous sommes toujours très honorés par l’accueil que nous réserve ses responsables et notamment Madame Christine Vieu-Charier, adjointe chargé de la Mémoire et du monde Combattants, qu’en votre nom je tiens à remercier.

Mes premiers mots seront pour stigmatiser mais plus concrètement analyser les derniers évènements qui se sont produits dans les rues de la capitale ces derniers jours. C’est la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, qu’à Paris on entend des cris antisémites poussés par des fascistes d’extrême-droite « Dehors les Juifs ». Cela rappelle bien évidemment les slogans prononcés dans les années précédant 1939 et durant la nuit de l’Occupation. Ils font aussi écho à d’autres vociférations que l’on constate dans d’autre pays européens. Pour ne citer que la Hongrie, un député évoqua en novembre 2012 " L'opportunité d’un recensement des gens d’origine juive vivant ici, notamment au sein du Parlement hongrois et du gouvernement qui, effectivement constituent un risque pour la sécurité nationale"  

 

Le parti d’extrême droite Jobbik organise régulièrement des rassemblements de militants. (Bela Szandelszky/AP/SIPA)

HONGRIE Un député

HONGRIE. Un député d'extrême droite propose de lister les juifs - 29 novembre 2012 - Le Nouvel Observateur d'extrême droite propose de lister les juifs

 

Il est selon cet élu d'extrême droite "grand temps d'évaluer le nombre des membres  d'origine juive du gouvernement".

 

Nous ne manquons jamais de dénoncer lors de nos assemblées générales, dans nos bulletins et dans le Journal de la Résistance, la montée des idées mais aussi des scores électoraux des partis ou mouvements d’extrême-droite en Europe et en France, tel le Front National.

Ce 25 janvier, c’est la République que l’on a atteint. Certes on n’est pas sur les mêmes bases qu’en février 1934 et je vous renvoie à l’article paru dans le Bulletin du 4ème trimestre mais notre vigilance doit être en alerte.

De même, les propos contenus dans les vidéos et dans les spectacles de Dieudonné sont condamnables. Ils constituent une dérive raciste et antisémite qui ne peut être tolérée. Ils entretiennent un climat de haine. Les sanctions prévues par la loi, entre autres la loi Gayssot, doivent être appliquées. Dieudonné est aussi un dangereux manipulateur lorsqu’il se sert du passé colonial et esclavagiste de la France à l’égard des populations noires ou issues du Magrheb pour nous entraîner sur des positions justifiant sa dérive raciste.

Il faut combattre la banalisation des textes de ce récidiviste comme nous combattons les réseaux négationnistes. À ce propos, Christian Austruy interviendra sur le piratage récent de notre site Internet.

Le racisme aujourd’hui en France, c’est aussi les discriminations dont sont victimes les personnes de couleur, les maghrébins, les jeunes aussi notamment en matière d’embauche, d’attribution ou de recherche de logement. Mais ce sont aussi ces contrôles fréquents et systématiques vécus au quotidien par ces personnes.

Sans aller vers ces cas extrêmes, je voudrais aussi signaler les écrits racistes que des anonymes d’extrême-droite se délectent à diffuser sur les réseaux Internet. Ainsi, concernant la Ministre des Droits des Femmes, Madame Najat Vallaud-Belkacem, nous relevons ces termes à connotation raciste : « La Belkacem » ou « La Marocaine doit choisir, la France ou le Maroc » etc. Ce n’est pas acceptable.

Les insultes racistes proférées à l’encontre de Christiane Taubira ont été perçues par la très grande majorité de nos concitoyens comme inadmissibles et condamnables avec la plus grande fermeté. Comment est-ce possible aujourd’hui que des enfants, manipulés par des adultes, puissent servir une cause aussi ignoble.

Dans l’article du dernier Bulletin trimestriel « Il y a 70 ans » je terminais en écrivant : « La bête immonde du racisme et du fascisme est hélas encore vivante ».

Enfin nos camarades du Comité ANACR du Rhône nous ont informés que dans la nuit du 25 au 26 janvier dernier, le monument du « Veilleur de Pierre » place Belcour à Lyon a été profané par des inscriptions et divers tags. Ce monument rappelle le sacrifice des Résistants et de l’ensemble des victimes de la répression nazie et vichyste. Là aussi, la liberté d’expression n’a pas cours en matière de la mémoire des Déportés et de la Déportation. Les auteurs doivent être identifiés, poursuivis et condamnés.

Notre combat et notre vigilance à l’encontre de l’extrême-droite et du Front National ne doivent pas faiblir. Nous devons réfléchir sur l’identitaire et l’idéologie de ces mouvements. Le Front National aujourd’hui, contrairement à celui de Jean-Marie Le Pen, travaille pour arriver au pouvoir. Le discours de Marine Le Pen peut troubler certaines couches de la population et nous devons être capables de bien analyser son programme qui reste sur les bases du racisme, de la xénophobie, de l’immigration. Dans le rapport d’activité que j’avais présenté ici en 2012 je citais Antoine de Saint-Exupéry : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ». C’est une belle phrase, oui la France est riche de ses immigrés. Les prochaines élections vont à nouveau donner au Front National une tribune pour lancer leurs diatribes contre les étrangers. Nous ne devons pas relâcher la bataille contre le racisme de toute nature.

 

L’année 2013 aura été marquée par le 70ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance. Vous me permettrez de citer l’article publié dans notre Bulletin du 2ème trimestre « Le 27 mai 1943 ». Il était écrit par notre camarade, fidèle adhérente de notre association, Mathilde Filloz, âgée de plus de 101 ans. J’ai à nouveau relu ce texte d’une page, sur la situation avant-guerre, sur le CNR, sur l’exigence de la Journée Nationale de la Résistance, sur le programme du CNR, tout était dit. Elle va bien, je reçois régulièrement des messages, des e-mails qu’elle m’envoie avec son ordinateur. Et en décembre, vous l’avez lu dans le dernier Bulletin trimestriel, Mathilde nous a offert ce petit poème, « Des œillets et des roses » pour nous adresser ses meilleurs vœux pour 2014.

 

 

 

Cette année 2013 aura enfin vu l’aboutissement d’une revendication de plus de 25 ans de l’ANACR, l’institution d’une journée Nationale de la Résistance le 27 mai. C’est l’aboutissement d’une lutte initiée au départ par le Comité départemental de l’ANACR de la Drôme en 1988 puis devenue la revendication nationale de l’ANACR, dont Libération Nationale PTT est l’une de ses composantes. L’obtention de cette « Journée Nationale de la Résistance » est le fruit d’une action de longue durée qu’il a fallu mener pour faire signer des élus de tous bords, des collectivités, communes, conseils généraux, régionaux.

 

Des associations d’Anciens Combattants nous ont rejoints et cette revendication appuyée par l’UFAC a pu voir le jour. La proposition de loi adoptée à la quasi-unanimité par le Sénat le 28 mars dernier et à l’unanimité par l’Assemblée Nationale le 9 juillet a été promulguée le 19 juillet 2013 par le Président de la République. Dorénavant, dès cette année, le 27 mai sera célébré officiellement dans tous les départements. Cette journée de transmission de la mémoire va nous permettre de mieux faire connaître aux jeunes dans les collèges et lycées, cette glorieuse page de notre Histoire et de rappeler les combats des Résistants et Résistantes et des valeurs qui les motivèrent.

 

 

Dans quelques semaines, le 15 mars 2014, nous célèbrerons le 70ème anniversaire du programme du CNR adopté à l’unanimité de ses membres. Ce programme, qui au lendemain de la Libération de notre pays en 1944 et de la victoire sur le fascisme en 1945, avait inspiré sa reconstruction dans l’espérance d’une société nouvelle régénérée, démocratique et solidaire, est toujours une référence actuelle.

 

 Bullets le programme du CNR (15 mars 1944)

 

 

Composition du CNR

Cette photo a été prise après la libération, au centre de la photo on reconnait Bidault, successeur de J Moulin)

 

Bien sûr, il n’est pas réaliste de demander aujourd’hui son application mécanique. Nous ne sommes pas dans le même contexte que celui de 1944. De même, pour répondre à l’idée de réactualiser ou de récrire le programme du CNR, nous devons être conscients qu’il n’est pas possible de réunir tous les partis politiques, qu’ils soient de gauche de droite ou du centre, tous les syndicats, les associations afin d’écrire un programme accepté par tous.

 

 Le Conseil National de la Résistance (Actualiser le programme du CNR)         BulletsLire l'article

 

Par contre, il est plus raisonnable de se réclamer des valeurs qu’il véhiculait et des mesures qu’il préconisait et qui furent mises en place à la Libération. Pour nombre d’entre elles, malgré les remises en cause successives depuis des décennies, elles forment encore aujourd’hui le socle de notre pacte républicain.

 

Quelques mots rapidement sur les autres commémorations d’évènements qui ont marqué la Seconde Guerre mondiale.

Le 6 juin prochain, ce sera le 70ème anniversaire du débarquement en Normandie. Dans le cadre des cérémonies et des festivités prévues à cette occasion, La Communauté de Communes de la Baie du Cotentin organise à Sainte-Mère-Eglise, site historique prestigieux de la Libération, le 6ème salon du Livre « Histoire et Mémoires » les 14 et 15 juin.

 

Colette Pallarés, qui a beaucoup de contacts avec des anciens Résistants dans cette région et qui s’est fait connaître avec l’exposition qu’elle a réalisée « La Résistance du personnel des PTT en Normandie » a obtenu notre participation. Colette, aura ses deux panneaux sur la Résistance des PTT

Madame Le Roux, chargée de recherches au CNRS et collaboratrice au Comité pour l’Histoire de La Poste examine la possibilité courant mai ou début juin, toujours dans le cadre du 70ème anniversaire du débarquement, de participer au Salon du Livre à Caen où je présenterai le livre « Les Femmes des PTT et la Seconde Guerre mondiale ». Une soixantaine d’auteurs sont annoncés à ce Salon.

 

 

 

Pour revenir sur les commémorations à venir, nous aurons en août, celle du débarquement franco-américain en Provence.

 

 

Et ensuite le 70ème anniversaire de la Libération avec notamment à Paris, le 25 août, des cérémonies importantes.

 

 

Je rappelle que le 23 août, l’ANACR ravive la flamme à l’Arc de Triomphe. Nous allons faire un effort pour avoir une délégation de l’association plus nombreuse que les années précédentes.

 

Une assemblée générale est toujours un moment important de la vie de notre association car c’est à cette occasion que les adhérents jugent l’activité du Conseil d’Administration et décident des actions et des projets pour l’année en cours.

 

 

Quelques jours après notre AG de 2013, le 24 février au cimetière d’Ivry, se déroulait la cérémonie dédiée à la mémoire des 23 résistants connus sous le nom de « Groupe Manouchian-Bocsov » fusillés le 21 février 1944 au Mont-Valérien. Au nom du Bureau National de l’ANACR, j’ai été chargé de prononcer l’allocution en hommage aux héros de l’Affiche Rouge.

 

 
L'Affiche rouge : symbole des étrangers dans la... par Ash67

 

 

Le mois de mai est très chargé car de nombreuses commémorations se déroulent notamment autour du 8, date anniversaire de la capitulation sans conditions de l’Allemagne hitlérienne.

À Rennes, le 7 mai, un hommage a été rendu à Pierre Guillou devant le Centre des Télécommunications qui porte son nom. Il mourut en déportation comme ses deux camarades, l’Ingénieur Robert Keller et Laurent Matheron les artisans du dispositif d’écoutes des communications allemandes entre Paris et Berlin, connu sous le nom de la « Source K ». Louis Cardin, organisateur de cette cérémonie, prononça une allocution.

 

 

Bullets Voir le compte rendu

 

 

Le lendemain, la commémoration du 8 mai fut célébrée à la Recette Principale de Rennes République en présence de la Directrice de l’Etablissement et des deux associations d’anciens combattants, l’ACVG et Libération Nationale PTT qui déposèrent les gerbes devant les plaques commémoratives.

 

 

 

Nos camarades de Toulouse (dont 3 représentants sont ici aujourd’hui) organisent tous les ans ou participent à toutes les commémorations mémorielles qui se déroulent à Toulouse. Je tiens à souligner que la section toulousaine de Libération Nationale PTT regroupe plus de 30 camarades. Depuis tant d’années que nous souhaitions avoir dans les régions autres que l’Ile-de-France une décentralisation de la vie de notre association, Toulouse nous en donne l’exemple avec un travail de mémoire efficace qui se concrétise par des adhésions.

Ainsi, le 7 mai devant les plaques des deux martyrs, Lucien Beret et André Testut, notre camarade Henri Marais prononçait un discours que nous avons publiée intégralement dans le Bulletin du 2ème trimestre.

 

 

Bullets Voir le compte rendu

 

 

À Paris, depuis maintenant plus de cinq ans, les commémorations se déroulent au siège de la Poste avec une brève allocution du Président ou son représentant. Les associations ACVG et Libération Nationale PTT déposent simplement leur gerbe. Cette année cette cérémonie s’est déroulée le 7 mai.

 

 

Bullets Voir le compte rendu

 

 

Généralement en mai, toujours pour l’Ascension, se déroule le stage de formation de l’ANACR. Cette année notre association était représentée par trois camarades de Toulouse, Dany Briot, Yolande Gaspéroni et Jean Manané. Ils ont, bien sûr, dès leur retour rédigé un compte rendu qui a été également publié dans notre Bulletin trimestriel.

 

Bullets Voir le compte rendu

 

 

La cérémonie d’inauguration de la nouvelle appellation du Centre des télécommunications Lyon-Sévigné-Matheron s’est déroulée à Lyon 3ème arrondissement le 31 mai en hommage à Laurent Matheron, Résistant de la « Source K », j’en ai parlé précédemment, mort en déportation. Louis Cardin a prononcé une intervention après celle du Directeur d’Etablissement qui a retracé la vie et l’engagement de Laurent Matheron. De nombreux agents de ce Centre participèrent à cette manifestation.

 

 

Bullets Voir le compte rendu

 

 

Le 17 juin, une cérémonie organisée par les associations d’anciens Combattants et par l’ACVG-PTT se déroule chaque année à Beaucoudray (Manche) où 11 Résistants, dont des postiers de Saint-Lô, furent abattus par les nazis. Colette Pallarés, membre de notre secrétariat représentait notre association qui depuis quelques années est invitée à cette manifestation qui a lieu devant le mémorial dédié aux martyrs de Beaucoudray.

 

 

 

Comme chaque année, le 23 août, l’ANACR rend hommage aux martyrs tombés dans la lutte contre l’occupant nazi et ses collaborateurs en ravivant la flamme sur la tombe du Soldat inconnu à l’Arc de Triomphe. Libération Nationale PTT était représentée par 6 ou 7 camarades. Patrice Ligonière était notre porte-drapeau. Cela me donne l’occasion de rappeler que nous avons deux camarades, qui en alternance ou selon leurs disponibilités, assurent cette fonction. Il s’agit de Patrice qui a succédé à Jean-Marc Vacher et de Michel Chassagne, le plus ancien de nos porte-drapeaux. En votre nom, je les remercie.

 

 

BulletsVoir le compte rendu

 

 

Justement quatre jours après, le 27 août, c’était au tour de Michel d’avoir la responsabilité de cette tâche à l’occasion de la commémoration de la Libération de Paris au siège de La Poste. Une délégation de plusieurs camarades de notre association conduite par Michel Delugin était présente. Ce jour-là, Louisette Blanchon déposait la gerbe de Libération Nationale PTT et j’ai bien sûr une affectueuse pensée pour Jean que l’état de santé éloigne de nos travaux.

 

 

Bullets Voir le compte rendu

 

J’ai noté une évolution dans ce que nous appelons le protocole des cérémonies commémoratives. La CGT avait, déjà les années précédentes, déposé une gerbe, mais je pense que ce 27 août 2013 marquera un tournant puisqu’après Claude Quinquis pour la FAPT CGT, le Secrétaire général de FO section des Télécom déposait à son tour une gerbe. Il nous paraît utile de se souvenir que les Syndicats résistants, à cette époque la CGT réunifiée en avril 1943, quelques semaines avant la création du Conseil National de la Résistance, et la CFTC ont été au premier plan dans les combats pour la libération de Paris. Plusieurs postiers y ont laissé la vie.

 

 

 

C’est d’ailleurs, en hommage à toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale, que la section CGT de la Recette principale à Paris Louvre organise chaque année une cérémonie commémorative en invitant notre association. Cela fut fait le 23 août au matin. Je rappelle que c’est de ce grand bureau de poste que fut lancé l’appel à la grève générale insurrectionnelle des postiers le 16 août 1944.

 

 

 

Le 15 octobre, invité par le Comité pour l’Histoire de la Poste aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois, je présentais avec l’historien Laurent Douzou, le livre, avant sa parution, « Les Femmes des PTT et la Seconde Guerre mondiale ».

 

 

L’armistice du 11 novembre 1918 fut commémoré le 13 novembre 2013 au siège de La Poste en présence du nouveau Président Monsieur Philippe Wahl. Michel Delugin entouré d’Hélène Laffait, André Goujon, Emile Dupuy et de Michel Chassagne, porte-drapeau, représentaient notre association.

 

 

Bullets Voir le compte rendu

 

Libération Nationale PTT participe aussi à des réunions ou des colloques organisés par d’autres organismes. Pour les réunions statutaires de l’ANACR, Colette Pallarés est membre de son Conseil national et moi-même du Bureau national. Nous sommes de temps en temps sollicités pour présenter notre association et dire quelques mots lors de Congrès ou assemblées générales syndicales. Pour ne citer que ces trois derniers mois, j’ai participé au Congrès de la FAPT du Loiret le 29 novembre dernier et Hélène Laffait à l’AG des retraités des Télécoms de Paris le 21 janvier. Cardin participe aux assemblées ou Congrès d’Ille-et-Vilaine, son département, et il en est de même à Toulouse où nos camarades sont également invités aux activités du Comité départemental ANACR.

 

Le 15 décembre 2013, à la Mairie de Paris, l’Association Nationale des Familles de fusillés et massacrés de la Résistance française, dont le président est Georges Dufau-Epstein fils de Joseph Epstein arrêté avec Missak Manouchian et fusillé au Mont-Valerien, et par l’Amicale de Châteaubriant, Voves, Rouillé et Aincourt, organisaient, avec le concours du Musée de la Résistance Nationale à Champigny, un colloque dont le thème était : « 1943 : l’espoir renaît ». Cette période de l’Histoire fut un tournant dans la Seconde Guerre mondiale préparant ainsi la Libération de 1944.

 

COLLOQUE DU 13 DÉCEMBRE 2013

ANNÉE 1943 L’ESPOIR RENAÎT

Organisé par l’Association nationale des familles de Fusillés

et Massacrés de la Résistance française

et l’Amicale de Châteaubriant, Voves, Rouillé, Aincourt

avec le concours de la ville de Paris

et du Musée de la Résistance nationale de Champigny

AUDITORIUM DE LA MAIRIE DE PARIS

 

 

Devant une nombreuse assistance de très intéressantes interventions animèrent ce débat. Deux camarades de Libération Nationale PTT, Michel Chassagne et Claude Berducat y participaient et Michel a pu s’y exprimer.

 

Enfin le 27 décembre dernier, Louis Cardin, la cheville ouvrière de ce cycle de cérémonies commémoratives en hommage aux héros de la « Source K », participait avec Michel Chassagne le porte-drapeau de notre association, aux cérémonies de l’inauguration d’une place à Tournus, portant le nom de Laurent Matheron, né dans cette commune de Saône-et-Loire. Le maire et son conseil municipal, la députée de la circonscription et nombreuses personnalités et associations d’Anciens Combattants entouraient le fils et la famille de Laurent Matheron.

 

Bullets Lire l'article 

 

 

Quelques mots sur le fonctionnement de l’association : Je rappelle que l’organisme de direction est le Conseil d’Administration que vous allez élire ce matin jusqu’à la prochaine AG de 2015. Il se réunit quatre fois par an.

 

 

Notre lien avec nos adhérents est le Bulletin trimestriel. Comme les années précédentes, je vous sollicite pour donner votre avis, vos critiques et vous demander ce que vous en attendez.

« Le Bulletin trimestriel rend compte régulièrement de l’activité de l’association. La rédaction de ce journal nécessite un travail collectif. Le contenu, notamment les articles sur l’Histoire, doit permettre d’améliorer les connaissances de ceux qui lisent le bulletin. À côté de cette publication trimestrielle,

 

        Bullets Voir

 

 

Pour ce qui concerne le « Journal de la Résistance » de l’ANACR, je pose les mêmes questions. Cette publication est une richesse pour la connaissance de l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale et je vous engage à vous abonner pour ceux qui ne le sont pas. Dans le dernier numéro, le dossier de 8 pages sur « La manifestation du 11 novembre 1940 » était très enrichissant. D’ailleurs, j’ai beaucoup apprécié sur ce même sujet l’article de notre camarade Danielle Ledoux (adhérente de notre association) paru il y a quelques jours dans la revue « Au fil du Temps » de l’UFR CGT.

 

 

Notre assemblée annuelle doit aussi fixer pour l’année en cours des projets d’activité liés au travail de mémoire. Nous avions voici quelque temps envisagé avec le bureau du Comité d’entreprise (le CCUES) de France Télécom – Orange de proposer une initiative dont nous serions les animateurs et le CCUES l’organisateur notamment en proposant aux retraités et actifs de l’entreprise une visite d’un site, d’un musée ou d’une sortie consacrée à la connaissance de la Résistance.

Dans un premier temps, nous pourrions proposer le Musée de la Résistance Nationale à Champigny, d’autres propositions peuvent être examinées. Nous sommes néanmoins en grande difficulté pour tenir correctement ce créneau faute d’un renforcement important de notre collectif de militants.

 

BulletsMusée de la Résistance Nationale - MRN / Champigny

 

 

          Permettez-moi de saluer notre camarade Thierry Franchi, secrétaire du Comité Central de l’Unité Economique et Sociale de France Télécom et au nom de notre association et de vous tous, nous le remercions ainsi que son bureau pour l’aide financière qu’ils nous ont apportée pour l’édition du livre. Je précise que le CCUES nous a accordé 4000 €.  Merci Thierry.

 

Dans la chemise qui vous a été remise à l’entrée, vous avez une copie d’une lettre adressée au Président du COGAS, le Comité des Œuvres Sociales de La Poste qui regroupe l’ensemble des associations de personnel, à l’exception de Libération Nationale PTT. Nous en avions déjà discuté l’an dernier. Je crois que cette situation ne peut plus durer. La reconnaissance aujourd’hui de notre association est incontestable, les mêmes droits dont bénéficient les autres associations doivent nous être accordés.

Pour l’instant Monsieur Lefebvre n’a pas répondu à notre requête. Nous devrons sans doute demander une audience au président de La Poste ou au Directeur du Secrétariat général du Siège, pour obtenir la réintégration de notre association au sein du COGAS.

Le prochain Conseil d’Administration devra aussi examiner le devenir de la stèle dédiée aux victimes des conflits des deux grandes guerres mondiales au 20 avenue de Ségur, ancien Ministère des PTT. Nous sommes sur ce sujet en relation avec René Duclos, président de l’ACVG PTT.

La Direction de France Télécom –Orange a transféré ses bureaux rue Olivier de Serres dans le 15ème . Nous allons nous informer du devenir des locaux situés au 6, place d’Alleray, là où sont installées les deux stèles commémoratives  des victimes de la Seconde Guerre mondiale 1939-1945. Nous devons savoir quels sont les services qui restent à cette adresse et quelle possibilité aurons-nous d’y avoir accès.

 

20 Stèle 20 avenue de Ségur,

 

 

 

 

Stèles

 

6 Place

 

d'Alleray

 

 

Fin juin nous avons quitté notre local attribué par La Poste au 18 passage des Mauxins dans le 19ème l’immeuble allait être vendu. Nous attendons d’être à nouveau relogés, sans doute en banlieue sud, nous devons visiter prochainement un local. Comme précédemment, il nous permettra d’y entreposer nos archives et l’exposition. Le local du 19ème était notre siège social, donc il nous faut modifier nos statuts.

Pour pouvoir bénéficier de certains avantages, entre autres, la mise à notre disposition de salles, il est préférable de maintenir notre siège social à Paris. Nous avons depuis fort longtemps une adresse postale connue, au 10 rue de Vandrezanne dans le 13ème, dans les locaux du Syndicat CGT des Télécoms de Paris, la solution la plus simple c’est qu’il soit notre siège social. L’article 12 des statuts adoptés à l’AG de 2007 indique que le siège pourra être transféré sur simple décision du conseil d’Administration, ce qui sera fait dès sa première réunion.

Nous abordons une nouvelle année, nous prenons tous de l’âge, je viens de faire état des difficultés pour tenir tous nos objectifs. Il est urgent de renforcer notre association principalement au niveau des responsabilités. Nous n’avons aucune candidature à proposer pour le nouveau Conseil d’Administration. Ceci est contradictoire car notre effectif global d’adhérents est en hausse pour la deuxième année consécutive. Cependant la majorité de ces nouvelles adhésions provient de Toulouse. L’Ile-de-France est le point faible alors que les possibilités sont importantes. Vous êtes toutes et tous concernés par cette situation, c’est un appel que je lance pour que vous fassiez autour de vous de nouvelles adhésions. André Goujon, le trésorier, reviendra sur cette question.

 

 

Ce rapport serait incomplet si je ne parlais pas de Mandela. Un homme d’exception vient de disparaître. Beaucoup d’entre vous se rappellent les manifestations pour réclamer sa libération, pour réclamer la fin de l’Apartheid.

Mandela fut le plus ancien prisonnier politique au monde, dans une Afrique du Sud blanche et raciste, foulant tous les droits des noirs sous-citoyens du régime d’Apartheid. Combien de gouvernements notamment occidentaux furent, à cette époque, complaisants envers le gouvernement de Prétoria, privilégiant leurs intérêts économiques et financiers. De la prison de Robben Island, la voix de Mandela appelait au réveil des démocrates de son pays mais aussi du monde entier. Sa résistance, son intelligence galvanisèrent ses camarades de combat de l’ANC, les luttes se développèrent dans son pays et avec le soutien international qui s’élargissait, elles eurent raison de ce régime d’Apartheid.

 

 

 

En 1990, le monde entier voyait sortir de la prison de Victor Verster Nelson Mandela souriant et poing levé. Il était enfin libre ! Son premier discours fut pour dire : « Je suis là, devant vous non comme prophète, mais comme un humble serviteur du peuple. Ce sont vos inlassables et héroïques sacrifices qui m’ont permis d’être là aujourd’hui. Je remets entre vos mains les dernières années qui me restent à vivre ».

Cet immense humaniste allait changer le cours de l’Histoire de l’Afrique du Sud qui devient à ce moment-là une nation arc- en-ciel. Quel message d’espoir pour tous les peuples qui encore aujourd’hui luttent pour la paix, pour leur liberté. Mandela, résistant, rebelle, combattant infatigable, fidèle à ses amis était sans haine pour ses anciens ennemis. « On peut pardonner, disait-il, mais on n’oublie pas ». Mandela n’est plus, mais il restera toujours dans nos cœurs.

Je vous remercie de votre attention.

                                                                                                                            Charles SANCET

 

 

Rapport de Trésorerie

 

*******

André Goujon, le trésorier, présente un rapport très complet en expliquant les chiffres concernant les dépenses et les recettes de l’association pour l’année 2013

 

Chaque adhérant présent à l'AG se voit remettre un dossier, qui contient:

Le grand livre comptable de 2013

La balance comptable de 2013

Le compte de résultat 2013

Le Bilan 2013

Le compte prévisionnel 2014

L'évolution du nombre d'adhérents (Résistants et Amis) sur trois années.

André fait aussi le point sur l'état d'avancement de la vente du livre

« Les Femmes des PTT et la Seconde Guerre mondiale ».

 

 

 

Rapport de la commission de contrôle des comptes

 

*******

 

Serge Grégory, pour la commission de contrôle financier, donne quitus au trésorier pour la bonne tenue et l’exactitude des comptes de l’association.

 

 

 

 

Le président de séance Michel Delugin, fait voter les rapports d’activité et de trésorerie qui sont adoptés à l’unanimité.

 

Discussion générale

 

*******

La discussion s’engage autour des sujets abordés dans le rapport. Près de vingt intervenants, ce qui montre comme l’a relevé Jacques Weiller, la vitalité de Libération Nationale PTT.

Michel rend hommage au livre de Charles :« Les Femmes des PTT et la seconde guerre mondiale ».

 

Ce livre nous fait découvrir une autre approche de l’histoire et aussi l’intérêt que lui porte des historiens renommés. Michel déclare : « Avec ce livre on va jouer dans la cour des grands ». Plusieurs intervenants soulignent dans la foulée le travail de Charles.

Dans la discussion on constate une dangereuse montée du parti de Mme Le Pen qui malgré son enrobage velouté reprend les thèmes chers à son père. 35 % des gens dans un sondage affirment être sensible au programme du FN, surtout sur l’immigration.

Dans le débat il ressort que ce sont les dégradations des conditions de vie qui plongent le peuple dans une misère continue et que seuls les dégâts du capital engendrent cette pauvreté et ils apparaissent de plus en plus comme « moteur du fascisme ». On se souvient du slogan : « Plutôt Hitler que le front populaire ».

Le film ; "les jours heureux " peut aider à l’organisation de débats sur le contenu du programme du Conseil National de la Résistance, mais attention comme nous alerte Edith à ne pas se laisser polluer par des soi-disant historiens qui viennent semer le doute et qui sont en fait des « révisionnistes ». C’est pourquoi il est très important d’être vigilants, se servir de nos analyses et écrits comme le livre de Charles peut nous y aider.

 

 

 

Un petit débat s'instaure sur le thème, -Les résistants, étaient-ils des inconscients-?

 

La réponse peut venir pour certains de leur insouciante jeunesse mais en même temps beaucoup savaient qu’il fallait combattre le fascisme et même en prenant beaucoup de précautions ils savaient les risques encourus. La lutte est souvent porteuse d’inconscience mais elle forge une approche de la société qui fait qu’elle peut rassembler des femmes et des hommes d’horizon différents pour un même but, la lutte contre tous les fascismes. Il serait certainement intéressant de poursuivre ce débat.

 

D’ailleurs en France les différentes dégradations  des sites de mémoire de la résistance doivent renforcer notre vigilance car il y a bien une montée de l’intolérance dans notre pays. On ose sans vergogne profaner Oradour .Notre site informatique est dans le collimateur, il a été piraté. Christian notre Webmaster nous a donné quelques indications.

On ne découvre pas tout le travail qui nous reste à faire pour expliquer à la jeunesse les dangers mais comme nous le fait remarquer Michel ce sont beaucoup de cheveux blancs qui sont imprégnés par le vote frontiste.

 

 

Interventions de nos invités

 

*******

Nos invités, comme il est de tradition, interviennent au nom des organismes pour lesquels ils sont mandatés.

 

 

Abdel Hélala, représentant le Bureau Fédéral de la FAPT – CGT, est issu de Médiapost, groupe privé du secteur de la distribution et du marketing issu lui-même du groupe La Poste. Son intervention est un vibrant hommage au groupe FTP – MOI dirigé par Missak Manouchian. «"Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant".

Ce vers de Louis Aragon prend tout son sens lorsque l’on fait le lien entre le contexte actuel et le devoir de mémoire dans toutes ses dimensions. Il y a soixante-dix ans, le 21 février 1944, en milieu d’après-midi, vingt-deux jeunes hommes […] étaient fusillés par les nazis au Mont-Valérien. La seule femme du groupe Olga Bancic, n’eut pas eu droit de mourir avec ses camarades de combat : emmenée en Allemagne, elle sera décapitée à la prison de Stuttgart ».

Abdel poursuit en rappelant l’histoire héroïque du groupe FTP – MOI de la région parisienne et, dit-il, « l’hommage aux combattants du groupe Manouchian est une occasion de souligner le rôle des immigrés dans la Résistance française.[…] On l’aura compris, l’histoire de l’Affiche Rouge parle aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui.

Soixante-dix ans après, la xénophobie, toutes les formes de racisme et d’anti progressisme n’ont toujours pas rendu gorge. Pas étonnant que Manouchian et ses camarades inspirent des créateurs d’aujourd’hui, du metteur en scène Robert Guédigian qui tourna l’Armée du crime en 2009, au groupe HK et les saltimbanks qui chante l’Affiche Rouge dans le CD qui accompagne "Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant".

Notre Fédération par son ouverture à la totalité des entreprises du secteur des activités postales et de télécommunications s’adresse à des salariés souvent en situation de précarité, de toutes origines sans distinction. L’activité spécifique concernant les retraités mais aussi de notre Institut d’Histoire Sociale sont la démonstration que la mémoire, les enseignements du passé sont au cœur de l’avenir que l’on souhaite écrire au présent ».

 

 

 

    Abdel Hélala            Nicole Ravaux

     

Paulette Zaganiack         Jacques Weiller

 

 

Paulette Zaganiack, au nom de l’IHS de la FAPT – CGT nous dit « vous êtes celles et ceux qui essayez de porter à la connaissance des générations actuelles les valeurs d’une des pages les plus glorieuses de notre histoire. Celle qui a permis de sortir des années noires de l’occupation et de la collaboration.[…]

La Résistance, c’est aussi cet élan vers le progrès et la démocratie sociale que l’on retrouve dans le programme du CNR dont nous allons, cette année, commémorer le 70ème anniversaire. Pour ce qui concerne la CGT et ses Instituts d’histoire sociale, nous allons nous investir pour montrer les racines de ce programme, les débats qui ont eu lieu, les compromis acceptés par toutes les composantes allant de la droite non collaborationniste aux communistes et la participation de la CGT réunifiée ».

Paulette Zaganiack indique ensuite les prochaines activités et les publications de son organisation et termine par « on sait que toute commémoration permet de s’interroger sur le présent, nous allons nous investir sur les années 1914, 1944 et 1974 et poursuivre dans notre revue Le Relais, la publication de nos recherches historiques. […] Chers camarades, poursuivez votre noble tâche au moment où nous en avons tant besoin ».

 

 Nouveau Conseil d’Administration

*******

 

Hélène Laffait

 

Hélçne présente ensuite la proposition du nouveau Conseil d’Administration et de la Commission de Contrôle Financier.   C’est à l’unanimité que la direction de l’association est élue.

 

 

 

 

             

Conseil d’Administration élu le 14 février 2014

*******

 

 

                                                            Président d’honneur :        Jean BLANCHON 

                                                         

                                                            Président :                             Michel DELUGIN

                                                            Secrétaire général :             Charles SANCET

                                                            Trésorier :                             André GOUJON

                                                                               adjoints :              Hélène LAFFAIT - Christian AUSTRUY

               

                                                             Secrétaires :            Michel CHASSAGNE  - Yvette CROS  - Emile DUPUY

                                                                                                Ernest LE STRAT - Patrice LIGONIÈRE - Colette PALLARES

                                                            Membres :  

                                                                     

 Sylvie BAYLE

 Raymond DAUDE

 Jean-Jacques JOIGNEAU

 Joël RAGONNEAU

 Louis CARDIN

 Robert DUPONT

 Jean MANANÉ

 Michel SCHAEFFNER

Jean-Pierre CHEVRIER

Jacqueline FOUCHER

 Marcel PILLET   

 Jean-Marc VACHER   

Suzanne GATELLIER-AURIBAULT

                              

                                                Commission de Contrôle financier :

                                                                                    Daniel BENIT

                                                                                                                                             Serge GRÉGORY

                                                                                                                                             Raphaël GUIBERT

 

                                                

                                                                                             

 

« Les Femmes des PTT et la Seconde Guerre mondiale »

*******

Notre secrétaire  général, Charles Sancet, auteur de cet ouvrage participait au Salon du Livre à Paris, porte de Versailles les 21, 22 et 23 mars derniers.

Dans le cadre de cette manifestation, une conférence –débat était organisée le vendredi 21 mars par l’éditeur autour du livre. Elle était présidée par Véronique Olivarés-Salou, auteure de plusieurs livres sur les combattants Républicains espagnols notamment, entourée de la préfacière de l’ouvrage Laurence Thibault, historienne qui dirige le département AERI de la Fondation de la Résistance et de Michel Reynaud, directeur des Editions Tirésias.

Parmi l’assistance on notait la présence de Serge Lottier, président de l’Institut d’Histoire Sociale de la FAPT-CGT et de Sébastien Richez, responsable du Comité pour l’Histoire de La Poste.

                                                                                                                                                                      Charles Sancet, Camille Senon.

Les 4 et 5 avril, Charles Sancet était invité par l’Institut d’Histoire Sociale du Limousin et par la Ville de Limoges pour présenter son ouvrage lors du Salon du Livre de cette ville. Il a pu rencontrer Jean-Pierre Gaildrault, auteur de « Destins de Femmes » dont Germaine Della Giacomo, postière résistante et déportée est citée dans l’ouvrage « Les Femmes des PTT et la Seconde Guerre mondiale ». Moment émouvant aussi de rencontrer le fils de cette Résistante, Jean-Pierre Della Giacomo, retraité de France Télécom. Charles Sancet eut aussi le grand plaisir de passer de longs moments avec notre camarade Camille Senon, qui est à l’origine de son invitation à ce Salon et bien sûr son histoire figure dans l’ouvrage. À noter que le livre de Guy Perlier « Camille SENON, survivante du tramway d’Oradour-sur-Glane » était présenté au stand des éditions « Les Monédières ».

 

Prix 25 € plus 5€ de frais d’expédition

Renseignements et/ou commande

en mentionnant :

Nom, prénom, adresse complète

avec un chèque de 30€ à l’ordre de :

     Libération Nationale PTT – ANACR,

Adressé par courrier affranchi à :

     André GOUJON Trésorier BP 88

     94290 Villeneuve le Roi

 

 

Intervention de clôture de Jacques Weiller,

*******

Il revenait alors à Jacques Weiller, au nom de l’ANACR, de prononcer le discours de clôture de cette assemblée générale par quelques mots encourageants pour notre association. Très impressionné par la vitalité de « Libération Nationale PTT » il nous invite à continuer à travailler pour faire connaître ce qui fut notre grande épopée humaine de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Jacques Weiller

 

Jacques WEILLER dans sa conclusion rappelle que la résistance était plurielle et que heureusement qu’il y avait une jeunesse inconsciente, car cela a permis une dynamique résistante, car au départ la population endormie autour de PETAIN ne parlait pas ou très peu de résistance mais comme aujourd’hui on peut supposer que l’enfumage médiatique jouait pleinement son rôle.

 

 

Comme l’avait fait Abdel Hélala dans son intervention, Jacques Weiller rappella les fusillades des 22 martyrs de l’Affiche Rouge en indiquant l’hommage qui leur sera rendu le dimanche 23 février, au cimetière d’Ivry. Il parla ensuite des différentes commémorations de l’année 2014, notamment celles des 70èmes anniversaires en soulignant que tous ces combats de 39-45 avaient abouti à l’écrasement du fascisme. Il souligna l’importance de la transmission de la mémoire par les plus jeunes, un jour il n’y aura plus de témoins. La Résistance a été plurielle, il y a eu des hommes et des femmes qui se sont engagés en continuant leur combat dans l’opinion publique, ça été la lutte contre l’occupant, contre le nazisme, le fascisme. Ces faits seront au cœur des travaux du prochain congrès de l’ANACR à Brive en octobre prochain.

 

 

Fin de L’assemblée Générale

 

*******

                 L’assemblée interprète le Chant des Partisans et la Marseillaise

Les camarades debout chantent le "Chant des Partisans"

 

 

 

Malgré quelques problèmes de sonorisation, la cérémonie s'est conclue en chantant le chant des partisans et la Marseillaise.

C'est sur "La Marseillaise" que se termine notre assemblée générale.


La Marseillaise
 

horizontal rule

 

BANQUET FRATERNEL

 

*******

Notre banquet fraternel a eu lieu dans un restaurant proche de l'Hôtel de ville, "Le Trumilou".

Le décor avec ses banquettes, ses lustres, ses bibelots et ses tableaux accrochés aux murs évoque celui d'un ancien bistrot parisien, insensible aux années qui passent. L' établissement offre une vue privilégiée sur Notre-Dame.

 

 

Le repas de qualité et bien servi a semble- t-il comblé la très grande majorité des convives.

 

 

 
Ag 2014 repas_0001 par caustruy1

 

horizontal rule

BulletsRetour