BulletsRetour

horizontal rule

L'Assemblée Générale de « Libération Nationale PTT »

s'est tenue le vendredi 4 février 2011

de 9 heures à 12 heures 30

Salle de l’Auditorium de la Mairie de Paris

Mairie de Paris

Vue détaillée de la tribune    

horizontal rule

Rapport d'Ouverture

 (Jean BLANCHON)

Jean BLANCHON préside cette réunion entouré de Michel DELUGIN secrétaire général de Libé PTT, Charles SANCET secrétaire général adjoint de Libé PTT, Yvette CROS membre du CA et de nos invités : Jean-Paul RIFFAULT de l'ANACR,  Hervé TELLIER représentant la FAPT-CGT,  Thérèse FRANCOIS de l'Institut d'Histoire Sociale,

L'assemblée observe une minute de silence            

Bullets nos Deuils

Après la minute de silence à la mémoire des adhérents disparus en 2010, Jean BLANCHON déclare "ouverte"  l'assemblée générale et donne la parole à Michel DELUGIN  qui présente le rapport d'activité de l'association. 

horizontal rule

  Rapport d'Activité

Michel DELUGIN

 

Nous voici pour la deuxième fois réunis dans ce bel auditorium,  l’immeuble du 22 de l’avenue Ségur ne nous étant plus accessible.

Ségur était avant tout un symbole de la profession. Ici nous nous trouvons sur un haut lieu de l’histoire. N’est-ce pas sur cette Place de l’Hôtel de Ville que, le jour de la Libération de Paris, le 25 août 1944, le général de Gaulle, entouré des membres du Comité Parisien de la Libération et de ceux du Conseil National de la Résistance, prononce son fameux discours dont tout le monde se souvient d’au moins quelques termes : «Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ? Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de France, avec l’appui et le concours de la France toute entière ».

 

N’est-ce pas dans cette salle que se tiennent des conférences, des colloques nationaux et internationaux, portant sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

C’est donc un honneur pour notre petite association de siéger ici et nous remercions la municipalité et particulièrement Madame Christine Vieu-Charrier, maire adjointe chargée de la Mémoire et du Monde combattant.

Fidélité aux cérémonies commémoratives.

Cérémonies nationales.

La participation aux cérémonies commémoratives tient une place de choix dans notre activité. Nous en rendons compte dans notre bulletin trimestriel, ce qui me dispense d’y revenir dans le détail. Je rappelle donc brièvement que le Groupe La Poste, relayant Ségur, organise (en fanfare svp) trois commémorations : le 8 mai, la Libération de Paris, le 11 novembre.

Bullets  Commémoration du 8 mai

Bullets  Libération de Paris

Bullets  Commémoration du 11 nov

Nous sommes aussi présents, avec notre drapeau porté tantôt par Michel Chassagne, tantôt par Jean-Marc Vacher, aux côtés de l’ANACR le 27 mai (date de la création du CNR en 1943), le 23 août (Libération de Paris), puis encore à la Bourse du Travail et le 25 août à la recette principale de la rue du Louvre (cérémonie sous la responsabilité de la section CGT de ce bureau).

 

Devoir de mémoire - cérémonies locales.

 

 Hommage à Simone Michel-Lévy

En 2010 d’autres cérémonies ont eu lieu : le 13 avril 2010 au Centre de la Recherche et du Développement (ex CNET) à Issy-les-Moulineaux devant la plaque honorant le souvenir de Simone Michel-Levy, fondatrice de « Etat Major PTT » (qui deviendra plus tard Résistance PTT), arrêtée, torturée, déportée dans un camp nazi où elle est pendue le 13 avril 1945

BulletsHommage à S.  Michel-Lévy

Pour lire la suite de l'intervention

J’ai présidé la cérémonie et un parent de Simone Michel-Levy a prononcé un discours relatant le parcours de cette résistante.

 

 Hommage à Pierre GUILLOU

Le 7 mai à Rennes, dans le centre des télécoms portant le nom de Pierre Guillou, membre de la source K (opération dirigée par l’ingénieur Keller) a eu lieu une cérémonie où sont intervenus le représentant de la direction régionale de France Télécom, l’adjoint au maire de Rennes et notre président Jean Blanchon.. Jean, malade au dernier moment, n’a pu effectuer le déplacement et son discours – qui était le discours principal – a été lu par notre ami Louis Cardin, initiateur (je le dis au passage et je l’en félicite) de cette cérémonie de belle tenue.

 

Cérémonie Pierre GUILLOU, Cliquez sur le lien ci-dessous

 Bullets  Hommage Pierre GUILLOU    guillou

 

Appel du 18 Juin

Le Groupe La Poste a célébré, à notre demande, le 70ème anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940. En formulant notre demande, nous avions suggéré que l’Appel soit lu par un lycéen candidat au concours national de la Résistance et de la Déportation dont le thème était justement l’appel en question. Le secrétariat du président nous a fait savoir qu’il leur était difficile de trouver un lycéen et que notre association pouvait se charger de la lecture de l’appel. Jean n’étant pas disponible c’est donc moi qui ai lu l’appel après avoir informé le président des ACVG et obtenu son approbation.

 

Pour voir l'intégralité de la cérémonie, Cliquez sur le lien ci-dessous

Bullets Cérémonie du 18 juin  2010

 

Beaucoudray cérémonie

Le 20 juin, à Beaucoudray, dans le département de la Manche, où un groupe de maquisards, presqu’exclusivement composé de postiers – pour la plupart travaillant à Saint-Lô – a été massacré en 1944 par les Allemands. Une cérémonie a lieu chaque année sous l’égide de l’ACVG dont le chef du maquis, Ernest Pruvost, rescapé de ce massacre, était membre.
Cette année, Colette Pallarès, qui a beaucoup travaillé sur la résistance des agents des PTT dans les départements du Calvados et de la Manche, et qui a des contacts fréquents avec des résistants de cette région dont, Monsieur Abdon, président de l’ANACR dans la Manche et rescapé, lui aussi, du massacre de Beaucoudray, Nicole représentait Libération PTT.

 

Pour voir l'intégralité de la cérémonie, Cliquez sur le lien ci-dessous

Bullets Beaucoudray cérémonie

A chacune de ces cérémonies exceptionnelles une gerbe commune ACVG-Libération PTT a été déposée. C’est dire que nous entretenons des relations très amicales avec les dirigeants de l’ACVG.

 

 Les femmes dans la Résistance

Je signale aussi une cérémonie organisée par le syndicat des Télécoms de Paris, cérémonie à laquelle nous avons été invités, au Central de Paris-Archives. Une ancienne employée y a pris la parole rappelant les actions menées par le personnel, soulignant particulièrement, l’engagement de Lucette Darracq et de Ginette Leborgne, toutes deux membres de Libération PTT, hélas disparues.

Pour voir l'intégralité de la cérémonie, Cliquez sur le lien ci-dessous

Bullets Archives cérémonie du 23 août 2010

Nous nous félicitons des initiatives de ce genre. Pendant de nombreuses années après 1945, les sections syndicales des bureaux où se trouvent des plaques commémoratives d’agents de ces services morts pour la France, organisaient des cérémonies à l’occasion de la libération de Paris, événement de grande portée et auquel notre profession a contribué honorablement. Le temps passant, les campagnes de dénigrement contre la résistance, surtout la Resistance syndicale et populaire, peut-être un peu de relâchement sur la défense de la mémoire, tout cela a conduit à l’abandon de ces initiatives locales. Je sais, pour suivre d’assez près l’actualité sociale, que les syndicalistes ont mille et une tâches à accomplir et cela, dans une situation extrêmement complexe. Mais, parler de la Résistance, n’est pas perdre son temps. Le passé a du sens, surtout ce passé.

Si le connaître ne donne pas des solutions toute faites aux problèmes actuels, cela aide cependant à y voir plus clair, à être plus vigilant et à ne jamais désespérer.

 

 Commémoration de la Libération de Paris à France Télécom

Pour la première fois, la direction de France Télécom, répondant à notre demande, a organisé le 25 août une cérémonie. Après une courte allocution du président, et avant la minute de silence, quatre gerbes furent déposées au pied des stèles transférées du 18 boulevard Vaugirard et de Paris central au siège de France Télécom 6 place d’Alleray, l’une par notre association, les autres respectivement par l’ACVG, le président de France Télécom et le syndicat FAPT-CGT de Paris-Télécom. Cette cérémonie devrait se reproduire chaque année.

 

 Cérémonies commémoratives locales.

Je ne veux pas manquer de signaler la présence de notre drapeau à la cérémonie à la mémoire de Gabriel Péri, député communiste de Seine-et-Oise, fusillé au Mont-Valérien, ainsi qu’à l’hommage rendu le 12 décembre à la mairie du 10ème arrondissement de Paris à Lucien Sampaix, ancien secrétaire général du journal l’Humanité, fusillé à Caen le 15 décembre 1941. Six membres de notre association étaient présents. Il faut dire que nous avons des liens d’amitié avec l’association des familles des fusillés de Caen dont le président est Jean Darracq, fils de Lucette Darracq qui était membre de Libération PTT.

 

Sauvegarde des plaques commémoratives. 

A signaler également le bon travail de mémoire effectué par nos amis de Toulouse. Le centre de tri ayant été déplacé, ils ont veillé à ce que les plaques concernant deux agents soient transférées dans le nouveau local. A l’inauguration, le 7 avril, notre ami Jean Manané a rappelé, en présence des représentants de la direction du Groupe la Poste, le combat héroïque des deux collègues et leur fin tragique. Tous deux, massacrés et fusillés.

 

 Libé PTT dans les congrès départementaux fapt-CGT

Autre activité particulièrement intéressante, car elle nous permet le contact avec des jeunes, notre présence aux congrès départementaux des syndicats de la FAPT-CGT qui nous invitent. Je voudrais, au passage, remercier ici la Fédération qui nous apporte une aide logistique appréciable. Je salue son représentant ainsi que celui de l’IHS, institut qui accomplit un gros travail d’histoire sociale dans la profession  et avec lequel nous avons des relations fraternelles.

 

 Congrès départemental du Calvados.

Je reviens au congrès. En 2010, Colette Pallarès a participé au congrès du département du Calvados où elle a présenté une exposition, dont elle est la conceptrice, sur « le personnel des PTT dans la Résistance en Normandie ».

 

Congrès du syndicat des Yvelines.

Puis, les 15 et 16 février, au congrès du syndicat des Yvelines, Christian Austruy a présenté notre association expliquant ses buts et son action.

Congrès départemental d'Ile et Vilaine.

A Rennes les 1er et 2 avril, Louis Cardin s’est adressé aux congressistes du département d’Ille et Vilaine.

 

 

Congrès du syndicat des Télécoms de Paris

Les 7,8 et 9 du même mois, Jean et Louisette Blanchon ont assisté au congrès des Télécoms de Paris ainsi que Christian Austruy qui a pris la parole au nom de Libé PTT.

Bullets   Intervention de Libé PTT

cliquez sur le bouton ci-dessus

 

 Congrès national de l'ANACR

Enfin un des moments forts de l’année 2010 a été le congrès national de l’ANACR à Agen les 22,23 et 24 octobre. Notre délégation était composée de sept membres dont plusieurs participaient à leur premier congrès de l’ANACR. Tous sont revenus très satisfaits. Je tiens à attirer l’attention de l’assemblée générale sur la richesse de l’argumentation du rapport du bureau national sortant, publié dans le journal de la Résistance daté de septembre-octobre. Tous les membres de notre association reçoivent, en principe, ce journal. Ce rapport souligne d’emblée le caractère singulier de cette Seconde Guerre mondiale dont nos agresseurs étaient mus par une idéologie de discrimination raciale, d’asservissement et d’élimination des peuples dits inférieurs, idéologie qui s’appelle le fascisme.

Congrès National de l'ANACR
Bullets Congrès national de l'ANACR

 

Il démontre ensuite comment s’est opérée progressivement la montée de cette idéologie en Europe, avec la première expérience, l’Italie. Il est bien que l’on rappelle que le fascisme italien n’avait rien de fantaisiste. Car la tendance est à sous-estimer la férocité et particulièrement celle de sa police politique, l’OVRA (correspondant à la Gestapo) qui a torturé à mort bien des opposants et des résistants (les Corses en savent quelque chose).

 

Long Résumé illustré du Rapport du Bureau national
Bullets Rapport du Bureau national

 

Je ne vais pas ici m’étendre sur ce rapport dont beaucoup d’entre vous ont certainement pris connaissance, je tiens seulement à m’arrêter sur quelques points qui me paraissent particulièrement intéressants. Traitant du CNR et de son programme, le rapport précise que les mesures proposées par ce programme convergeaient avec celles préconisées à Alger par l’Assemblée Consultative provisoire présidée par le général de Gaulle. Cette précision me paraît importante car elle montre que les dispositions démocratiques de ce texte en matière de politique, d’économie et de social étaient voulues par la Résistance unie, gaullistes, communistes, socialistes en composant les principaux courants de pensée.  

Certains opposants à la proposition de l’ANACR faisant du 27 mai, création du CNR, journée nationale de la Résistance, laissent entendre que le programme serait un texte communiste ou communisant en divorce avec les vues de de Gaulle. Or cela est faux. Si le général de Gaulle n’a pas fait de déclaration officielle approuvant le programme du CNR, il n’était pas pour autant en désaccord. Son délégué national (après la disparition de Jean Moulin) avait assisté à toutes les réunions où le programme avait été débattu et il n’avait exprimé aucun désaccord.

Et puis, il suffit de lire la « Déclaration aux mouvements de Résistance » faite par de Gaulle fin avril 1942, texte solennel très clair sur la République nouvelle d’après-guerre, ou le discours à la séance inaugurale de l’Assemblée Consultative provisoire à Alger le 3 novembre 1943, et bien d’autres discours, cela suffit pour vérifier qu’il y a concordance de pensée.  

La célébration de l’appel du 18 juin a été l’occasion de revenir sur l’histoire de cette période. Or, est-ce ignorance ou mauvaise foi ? Ces prises de position de de Gaulle ont été très peu évoquées et parfois même passées sous silence.  

Ces petites manipulations de l’Histoire n’ont pu empêcher que la commémoration de l’Appel du 18 juin ait conduit à mettre en valeur l’importance du 27 mai 1943, date où les principaux mouvements de résistance, les partis politiques n’ayant pas failli en 1940, les confédérations syndicales existantes, la CGT et la CFTC, ont, avec le CNR, présidé par Jean Moulin, réalisé leur unité sous l’égide  du général de Gaulle et ont légitimé celui-ci auprès des Alliés comme seul chef politique. Cet acte historique a, entre autres mérites, celui d’avoir évité à la libération de notre pays des affrontements violents entre les mouvements de Résistance (ce qui fut le cas dans d’autres pays d’Europe) et d’avoir permis que nous soyons aux côtés des vainqueurs lors de la reddition allemande, puis japonaise.

Enfin, le rapport du bureau national de l’ANACR fait un rappel opportun de ce qu’est l’ANACR.



Programme du CNR "Les jours heureux"

Je cite deux extraits de ce rapport : « Dans notre pays, conséquence de la guerre froide et de la division du monde en deux camps antagonistes, des fractures vont affaiblir le courant d’union né dans la Résistance, permettant ainsi les premières remises en cause des progrès démocratiques et sociaux nés de l’application du programme du CNR entre 1944 et 1947. Un demi-siècle s’est écoulé depuis la fin de la guerre. Peut-on dire que le programme du CNR a conservé son caractère d’actualité ? La réponse est oui.

 gif animé cameras 03.gif
VTS_01_1 Témoignage de Jean BLANCHON Le CNR

envoyé par caustruy.

 

 

Programme du CNR "Les jours heureux"

Bullets le programme du conseil national de la résistance (15 mars 1944)

 

Bien sûr, il ne s’agit pas d’un catalogue de recettes toutes faites pour le présent et d’en réclamer la mise en application mécanique. La nationalisation des richesses du sous-sol prend une toute autre dimension dans la France contemporaine qui n’exploite plus de mines de charbon ou de fer, notre pays n’a plus le caractère agricole et rural dominant qui était le sien en 1944 et ses rapports avec le monde se sont modifiés. Mais, outre le fait que nombre des mesures qu’il préconisa pour la France libérée, convergentes avec celles élaborées par l’Assemblée d’Alger et qui furent mises en œuvre à la libération, restent (notamment dans le domaine social) de portée contemporaine, les valeurs de caractère universel que porte le programme du CNR, c'est-à-dire la liberté, la démocratie, la justice sociale, la solidarité, la tolérance, l’idée que l’intérêt de tous doit primer sur les intérêts particuliers, l’indépendance nationale, la défense de la paix, ces valeurs de la Résistance, c'est-à-dire de la République, sont plus que jamais d’une profonde actualité ».

Un deuxième extrait du rapport que je pense devoir citer et qui est dans la continuité du texte précédent ; il concerne une question qui a fait souvent l’objet de discussion chez nous mais qui, je crois aujourd’hui, rencontre l’approbation quasi-générale. Je cite : « Par sa nature démocratique regroupant en son sein des femmes et des hommes de toutes opinions démocratiques et par son rôle spécifique, qui se situe dans les domaines du passage de la mémoire et de la lutte contre les résurgences du fascisme, l’ANACR ne peut être directement impliquée dans le débat politique, économique et social contemporain, en dehors du rappel à tous ses acteurs (pouvoirs publics, partis politiques, syndicats, associations…) des valeurs essentielles qui ont sous-entendu les mesures préconisées par le programme du CNR, de la nécessité de lutter contre les résurgences contemporaines du fascisme ou quand, comme en 2002, il est nécessaire de faire barrage à Le Pen », fin de citation.

C’est grâce à ces principes qu’elle a toujours appliqués, que l’ANACR a conservé sa vitalité et son influence et qu’elle a tenu et tient un rôle majeur dans la défense de la Résistance et de ses valeurs républicaines.

Ces principes guident notre propre association. Le Conseil d’administration se réunit régulièrement, des rencontres informelles ont lieu lors de la mise sous enveloppe de notre bulletin trimestriel. Pour 2010 nous avons publié un bulletin supplémentaire (2ème trimestre) tant l’actualité était chargée et les informations à donner à nos adhérents nombreuses. 

Il est aussi possible désormais de se tenir au courant de ce que nous faisons au moyen d’internet, instrument de communication très puissant. Notre site compte de nombreux visiteurs, mais Christian Austruy, le maître d’œuvre en la matière, nous donnera peut être des précisions. Internet permet aussi aux membres du secrétariat qui en sont équipés de communiquer entre eux. Ainsi, des décisions à prendre sans attendre la réunion du conseil d‘administration, ne sont jamais prises par un seul d’entre nous mais avec l’accord d’au moins trois ou quatre camarades du secrétariat. La convention passée le CE de France Télécom-Orange nous permet de percevoir une subvention, en diminution chaque année, d’autant que les propositions d’activités tourisme-mémoire, sur lesquelles nous devrions être rémunérés, n’ont pas reçu de réponse.

Mais ce qui nous chagrine le plus, ce n’est pas la question de la subvention (encore qu’elle soit un sacré ballon d’oxygène pour nous) mais le fait qu’on ne puisse faire connaître aux personnels certains hauts-lieux de la Résistance et les intéresser à l’histoire de cette époque.
Nous nous doutons bien que les responsables de ce CE ont beaucoup à faire, mais si nous pouvions consacrer une ou deux heures pour essayer d’établir ensemble une programmation d’activités-mémoire, nous sommes sûrs qu’il y aurait des personnes intéressées par nos propositions. L’an dernier nous avions prévu de nous rencontrer dans le deuxième semestre, hélas, et nous en portons nous-mêmes une part de responsabilité, la rencontre n’a pas eu lieu. Nous pensons toutefois que rien n’est perdu et que nous pourrons, cette année, engager ce dialogue et organiser une première sortie.

C’est par les contacts avec les salariés de la profession de la Poste et des Télécoms que nous parvenons à faire notre devoir de passeurs de mémoire et de défenseurs des valeurs de la Résistance ; C’est par ces contacts que nous pourrons renforcer notre association, la doter de forces nouvelles, nécessaires pour lui assurer une vie toujours plus active ainsi que l’exige la situation.  

Une situation très contrastée, faite de vives inquiétudes mais aussi de motifs d’espérance. 

L’UFAC, regroupant comme on le sait les organisations du monde combattant, appelait notre attention lors de sa dernière assemblée générale de 2010, sur l’aggravation durant ces dernières années, de la situation dans le monde. Elle citait notamment les conflits armés sanglants au Moyen Orient et en Afghanistan, la crise économique et financière touchant la plupart des pays, la sous-alimentation et la famine affectant des millions de personnes. Elle s’inquiétait aussi de la situation en Europe où des partis politiques prônent la xénophobie et le racisme, suscitant la peur, la haine et la violence.

Nous partageons cette inquiétude. Au sein de l’union européenne des partis affichent ouvertement racisme et antisémitisme, certains sont représentés dans le gouvernement de leur pays. Chose grave (et qui n’a guère reçu de publicité), en 2009, à l’initiative de parlementaires de droite baltes, tchèques et polonais, une résolution ayant pour objectif « une réévaluation complète de l’histoire européenne » amalgame le nazisme et le communisme et fait du 23 août (date de la signature du pacte de non agression germano-soviétique en 1939) « une journée européenne du souvenir des victimes de tous les régimes totalitaires et autoritaires ». Cette proposition adoptée par 553 voix, 44 opposants et 33 abstentions conduirait, si elle était appliquée, à effacer la spécificité du nazisme.

En ce début d’année une réunion des présidents des comités internationaux des camps de concentration doit se tenir à Paris afin de définir de nouvelles actions à entreprendre contre cette tentative révisionniste. Nous suivrons attentivement l’évolution des choses. Nous avons également des raisons sérieuses d’être inquiets de la situation dans notre propre pays.  

La crise d’un système économique dominé par ce qu’on appelle des marchés, c'est-à-dire les principales multinationales capitalistes pèse très durement sur la grande majorité de la population. Je ne vais pas m’étendre : hormis ce qui gravite autour de la finance, tout va de mal en pis : emploi, salaires, retraites, éducation nationale, santé publique, justice, droits et libertés, etc.  

Ces graves difficultés créent un climat malsain, profitable à l’extrême droite qui cultive un nationalisme agressif, désigne les immigrés comme responsables de tout ce qui ne vas pas. L’histoire contemporaine nous a appris que de telles situations constituant un terrain propice à la réception des idées extrémistes peuvent mener à des régimes autocratiques et privatifs de liberté.

Je disais il y a un instant situation contrastée, oui, car cette politique régressive rencontre un peu partout une opposition grandissante. Au plan mondial, des grands pays au rôle économique et politique toujours plus marquants, n’acceptent pas la domination des fameux marchés financiers. Des pays d’Amérique latine jusqu’ici vassaux des Etats-Unis acquièrent une certaine autonomie et s’engagent sur des voies nouvelles.

Tout récemment le peuple tunisien vient, dans un formidable mouvement populaire de déboulonner le dictateur et, paraît-il, élève exemplaire du FMI, Ben Ali, en place depuis 23 ans ! Comment ne pas se réjouir quant on voit que les premières revendications portées par le peuple tunisien ne sont autres que les valeurs  que la Résistance mettait elle aussi en avant : liberté, dignité.  

Dans notre pays, plusieurs millions d’hommes et de femmes ont manifesté à plusieurs reprises contre une modification régressive  du régime de retraite imposée malgré l’opposition de 70% de la population. Bien des manifestants pensaient, en agissant contre cette « réforme » que c’était encore un des acquis sociaux de la Libération qui disparaissait. La loi a été promulguée mais cela ne mettra pas fin à une action de cette ampleur et de cette détermination.

 

 "Indignez-vous" de Stéphane HESSEL

On le dit souvent, l’histoire de la Résistance reste d’actualité. Et voilà qu’un ancien déporté résistant, ancien ambassadeur, corédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de l’ONU en 1948, rédige un petit texte intitulé « Indignez-vous ». Il explique que la résistance et le programme du CNR ont été le socle de son engagement militant dans sa jeunesse. Car, ce qui lui plaisait, c’était que ce programme donnait la parole au peuple, promouvant la plus large démocratie, des réformes sur le plan économique avec l’éviction des grandes féodalités économiques et financières, la participation des travailleurs à la direction de l’économie, des droits sociaux nouveaux… Nous, ici, connaissons bien ces questions et nous en débattons souvent mais il semble qu’elles aient été une découverte pour bien des gens.

En peu de temps, ce petit livre est devenu un succès de librairie, le best-seller de l’année. Le nombre d’exemplaires vendus augmentant tellement vite que je ne peux donner des chiffres précis, plus d’un million, paraît-il.

Les formidables paroles d’insurrection et d’espérance

du résistant Stéphane Hessel

Indignez-vous !

de Stéphane Hessel.

 

Indigène Éditions, 2010, 3 euros.

Voir rubrique agenda résistant

Indignez-vous         Cliquez sur le lien ci-dessous

Bullets Indignez-vous

Ce formidable succès appelle la réflexion. Il répond, à l’évidence, à une attente. Il porte un coup à l’idée sans arrêt ressassée qu’il ne peut exister aucun autre système économique que celui des « marchés financiers », de la concurrence acharnée (et donc des salaires sans cesse tirés vers le bas), que les délocalisations sont inévitables, qu’on ne peut plus assurer des retraites permettant de vivre dignement la fin de son existence, qu’on ne peut plus supporter les dépenses de santé….etc, bref, qu’il faut se résigner.

Or Stéphane Hessel, vous avez compris qu’il s’agit de lui, appelle avec force à s’indigner, et pas seulement de façon émotionnelle puisqu’il associe l’engagement militant à l’indignation. Et il montre les appuis que les enseignements de la Seconde Guerre mondiale contre le fascisme ont permis de donner aux peuples avec, pour notre pays, le programme du CNR et pour toute la  planète la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée le 10 décembre 1948 à Paris.

Ce petit texte est reçu comme une offre d’alternative, comme une bouffée d’air pur. En tout état de cause, son succès confirme la place de premier ordre que tient la Résistance dans la mémoire collective.

 

 Conclusion

En ce début d’année 2011, nous avons tout lieu de nous montrer confiants dans notre activité de diffusion de l’histoire de la Résistance et de la Déportation, en particulier dans notre profession et dans notre action de défense des grandes valeurs républicaines et démocratiques.

horizontal rule

Interventions, discussion

Après la lecture du rapport d'activité faite par Michel DELUGIN, Jean BLANCHON demande à la salle d'intervenir.

**********

Louis CARDIN évoque l' inauguration de la plaque commémorative Pierre GUILLOU à Rennes le 7 mai 2010. Une très importante cérémonie avait été organisée par Louis, et notre exposition itinérante était du voyage.

Notre camarade Jean BLANCHON accompagné de son épouse devait représenter Libération Nationale PTT, mais il en a été empêché à cause d'un gros ennui de santé.

Cette manifestation, soutenue par les représentants de France Télécom, par les élus locaux, et par diverses associations d'anciens combattants, a donné lieu à d'intéressantes retombées médiatiques dans la  presse.

**********

Serge GREGORY évoque le grave problème des expulsions des "ROM" , expulsions qui sont indignes d'un pays comme le nôtre. Depuis janvier 2007, les Roumains et les Bulgares sont devenus des citoyens européens. La France a donc dû trouver un dispositif adapté à cette situation originale, où l’on doit pousser dehors des ayant-droit à la libre circulation. « La police arrive avec des ordres de quitter le territoire français (OQTF) déjà signés, et les Roms ont le choix entre l’interpellation ou le départ dit humanitaire. » 

Ce mélange d’humanitaire et de police fait évidemment bondir les ONG localesCe procédé est complètement illégal car l’aide au retour ne peut se réaliser qu’après une enquête sociale et l’élaboration d’un dossier.

Pour en savoir plus sur l'expulsion des ROM, Cliquez sur le lien ci-dessous.

Bulletshttp://www.legrandsoir.info/Paris-accelere-les-expulsions-de-Roms-avant-la-treve-d-hiver.html

**********

horizontal rule

Rapport de Trésorerie

 

 (Christian AUSTRUY)

Le rapport de trésorerie est présenté par Christian AUSTRUY, qui donne le bilan financier de l'association.

Le trésorier remercie aussi les généreux donateurs et les adhérents qui ajoutent à leur cotisation un supplément, ce qui contribue de façon non négligeable à la bonne santé financière de l'association.

La subvention de fonctionnement du CCUES de France Télécom est en baisse progressive, et l'attribution de nouvelles subventions est assujettie à la prise en compte de nos propositions envers le personnel de France Télécom. Jusque à aujourd'hui, aucune de nos propositions (visite guidée du musée de la Résistance de Champigny, participation à la cérémonie  du souvenir  à Chateaubriand, etc..)n'ont pu être concrétisées.

Christian insiste sur le fait qu'il est important de continuer à faire vivre le site de libé PTT puisque l'on est passé de 500 visites par mois en début d'année 2010 à 1500 visites par mois fin 2010. La fréquentation du site n'est plus quelque chose d'anecdotique. De plus la durée moyenne de consultation s'allonge, ce qui montre l'intérêt que peut susciter sa consultation.

Enfin, en regagnant sa place, Christian regarde Ernest LESTRAT, dont c'est la première apparition publique depuis une lourde intervention chirurgicale,  et dit : " J'allais oublier le principal, je suis vraiment très heureux  de saluer la présence d'Ernest LESTRAT"

La bonne tenue de la trésorerie et de la gestion des adhérents de Libération Nationale PTT est le résultat d'un travail d'équipe accompli avec l'aide  - oh combien précieuse et efficace de notre camarade André GOUJON qui désormais va être notre trésorier principal, Christian AUSTRUY qui quitte la région parisienne devenant trésorier adjoint.

 

horizontal rule

Rapport de la commission de contrôle financier

 

 Michel CHASSAGNE, commissaire aux comptes et porte-drapeau en tandem avec notre camarade   Jean-Marc VACHER à l'occasion, approuvait le bilan financier présenté par le trésorier, et donnait quitus de sa gestion, en rappelant aussi la nécessité du renforcement de l'association qui vit grâce aux cotisations des adhérents.

La discussion s'ouvrait ensuite sur les divers points du rapport.

Le rapport financier a été approuvé à l'unanimité.

 

 

 

Bonjour,

Jeudi 27 janvier 2011, la commission de contrôle financier a procédé à l’examen de la gestion financière de notre association.

Présents : AUSTRUY Christian trésorier, Daniel BENIT, Robert DUPONT, Raphaël GUIBERT et moi-même (Michel CHASSAGNE).

Le rapport financier présenté par notre trésorier, permet à notre Assemblée Générale d'apprécier la gestion financière de notre association au cours de la période écoulée.

Les opérations de vérification et de contrôle des éléments comptables et des comptes de trésorerie clôturés le 31/12/2010, nous autorisent en premier lieu à certifier l'exactitude des chiffres présentés et en second lieu, de souligner la saine gestion et le souci de financer au mieux, l'activité de notre association.

Se donner plus de moyens financier, est une nécessité vitale, pour nourrir et élargir les activités de notre action, et cela passe  obligatoirement par le renforcement de celle-ci !

Faire adhérer de nouveaux "amis"  doit être notre préoccupation permanente.

La commission de contrôle financier, donne donc avec plaisir QUITUS à la direction de Libération Nationale PTT - ANACR et à ses trésoriers  pour la bonne tenue des comptes 2010.

Nous vous proposons d'approuver le rapport financier présenté par notre trésorier Christian AUSTRUY

Pour la commission de contrôle financier

Michel CHASSAGNE

horizontal rule

Direction, Conseil d'administration

  du 4 février 2011

Président d'honneur:            Camille TREBOSC

Président :                                 Jean BLANCHON          

Secrétaire général :                Michel DELUGIN

Secrétaire général adjoint : Charles SANCET

Trésoriers :                               André GOUJON

                      Adjoint(e)s          Hélène LAFFAIT

                                                     Christian AUSTRUY

 

 Membres :

 Sylvie BAYLE                          Bernard VINDRINET

Louis CARDIN                         Jean-Pierre CHEVRIER

Raymond DAUDE                   Jacqueline FOUCHER

Suzanne GATELLIER             Jean-Jacques JOIGNEAU

Hélène LAFFAIT                      Jean-Marc VACHER               

Marcel PIEL                             Marcel PILLET

Joël RAGONNEAU                 Robert DUPONT

 

Secrétaires 

Yvette CROS

Emile DUPUY                        

Colette PALLARES                  

Ernest LE STRAT  

 

Commission aux Comptes :

Daniel BENIT

Michel CHASSAGNE             

Raphaël GUIBERT

 

 

horizontal rule

Vote des rapports

 (Jean BLANCHON)

Jean BLANCHON, le président de séance , fait voter les différents rapports :

Le rapport d'activité est adopté à l'unanimité.

Le rapport de trésorerie est adopté à l'unanimité ainsi que la résolution générale.

horizontal rule

Intervention de la F.A.P.T.

(Hervé TELLIER)

Le 4/02/2011

Intervention de Hervé TELLIER pour la Fédération

Nous vous remercions pour votre invitation, cela nous permet de participer à vos débats et d’intervenir pour la Fédération. Cela nous fait d’autant plaisir car vous le savez notre Fédération entretien des liens très étroits depuis toujours avec Libé PTT. Michel l’a rappelé dans son intervention. Je ne vais donc pas m’étendre plus sur le sujet, je vais surtout concentrer mon propos sur l’actualité. 

Actualité marquée par les fortes mobilisations des populations dans de nombreux pays principalement en Tunisie et en Egypte ou, même si les contextes sont différents, ces peuples veulent retrouver leur dignité, leur liberté, l’arrêt des inégalités sociales.

La crise financière qui traverse la planète est une manifestation de la crise du système capitaliste. Elle mute en une crise économique et sociale. Ce sont les salariés, les retraités, les jeunes, les privés d’emploi, les exclus de la société qui en subissent les conséquences et à qui l’ont demandent de payer la note. Notons que c’est en France que l’on résiste le mieux à cette crise grâce au système social qui impose la contribution patronale. Ce qui prouve que les acquis issus de la Libération représentent toujours une ressource pour l’économie et le bon fonctionnement de la société, à l’opposé du système capitaliste. Cela n’empêche pas toutefois le ras le bol de nos concitoyens comme l’indique les différents sondages d’opinion après le formidable mouvement contre la réforme des retraites que nous venons de vivre l’an passé et qu’il nous faut poursuivre afin d’obtenir de véritables avancées sociales.

 La crise financière a plongé l'Europe dans la pire situation que nous ayons eu à connaître depuis les années 1930. 23 millions de chômeurs en Europe, des millions de citoyens européens qui sont fragilisés, précarisés et une tension sociale qui grandit un peu partout en Europe.

Face à cette situation extrême, les gouvernements européens dont celui de notre pays apportent comme toute réponse, des mesures d'austérité qui consistent à exercer des coupes budgétaires dans les dépenses publiques, ce qui concerne aussi les mécanismes de solidarité sociale.

Présentées comme des thérapies de choc devant nous sortir du marasme, les mesures d'austérité risquent, au contraire, de nous mener tout droit vers la récession comme ce fut le cas en 1931. Ces choix auront l'effet inverse de celui qui est recherché. Le pouvoir d'achat va se trouver réduit, les perspectives de reprise vont s'éloigner. Les mesures d'austérité sont injustes, en effet, la crise a fragilisé des millions de personnes et aujourd'hui ces mêmes personnes vont devoir se serrer davantage la ceinture.

Les gouvernements ont été insensibles à cette donne. Ils ont cédé à la panique en cédant aux injonctions des marchés. Ils punissent une seconde fois ceux qui ont déjà payé la facture de la crise.

Loin d'avoir apaisé les marchés, les coupes dans les dépenses publiques risquent de tuer la croissance alors que nous sommes déjà dans un contexte de croissance faible et que le taux de chômage est très élevé.

Dans les années 30, c’est la crise avec son lot de chômage, de recul du pouvoir d’achat qui a fait le lit du fascisme tandis que les forces politiques de gauche et les mobilisations de salariés avec leurs organisations syndicales tentaient d’imposer des conquêtes sociales. Rappelons nous, qu’à cette époque, les salariés de notre profession ont vite pris leur place dans le résistance individuelle et collective. Dès 1940 des femmes et des hommes , adhérents de la CGT qui avait été dissoute par le gouvernement de Vichy, se sont regroupés autour de Libé PTT. Après avoir joué un rôle prépondérant dans la Résistance, ils ont contribué à la réunification de la CGT.

Alors qu’aujourd’hui les pressions, la répression et la criminalisation de l’activité syndicale sont fortement présentes, notre devoir, tout en poursuivant le combat est aussi de permettre aux plus jeunes de connaître le rôle joué par les salariés des PTT dans ce combat pour préparer l’avenir en combattant le fascisme pour promouvoir la liberté, la démocratie, le progrès social, la solidarité, l’intérêt général et la paix.

Cest d’autant plus nécessaire dans une période ou se développent les politiques ultra sécuritaires, d’exclusions, d’atteintes aux libertés orchestrées par le président de la République et le gouvernement répondant ainsi aux attentes patronales et permettant ainsi le développement des thèses démagogiques et dangereuses du Front National comme cela a été le cas dernièrement dans les médias. 

Cest dans les périodes de crise qu’on se rend compte de l’importance du bien public commun. Je fais référence à la gestion par le gouvernement  de l’épisode neigeux en fin d’année 2010 alors que la Cgt ne cesse d’affirmer que les politiques de démantèlement des services publics au travers notamment de la Révision Générale des Politiques Publiques, rendent difficiles voire dangereuses les conditions de travail et de vie de chaque salarié, de leur famille. 

Les 20 mois de luttes des postiers (ères) avec les élus, les usagers contre la privatisation de la Poste sans oublier le succès retentissant de la votation citoyenne, ont renforcé, outre l’exigence d’une modernisation et d’une rénovation du service public postal, une exigence forte et inégalée de démocratie.

Gouvernement, parlementaires de l’UMP et du nouveau centre, direction de La Poste portent une lourde responsabilité quant à la situation vécue actuellement à La Poste avec les multiples réorganisations, restructurations incessantes, entraînant dégradation des conditions de travail et mal vivre chez les postiers, la dégradation du service rendu à la population et quant à l’avenir de La Poste et des postiers. L’actualité récente à la Poste nous renvoie à celle vécue par les salariés de France Télécom

Par rapport à ces attaques contre les Services publics et contre le monde du travail, nous savons que le salut viendra de par la mobilisations d’un plus grand nombre encore plus forte de celle, formidable, que nous avons réalisée durant le conflit des retraites afin de construire un rapport de force durable.

 La CGT a comme objectif de donner une suite à ce mouvement et de maintenir  l’unité syndicale qui a montré une nouvelle fois que c’était une condition de rassemblement déterminante afin d’amplifier et développer les luttes afin de gagner de véritables conquêtes sociales. 

Tous ces sujets sont au centre de notre activité pour gagner les nombreuses échéances électorales qui vont avoir lieu dans notre secteur postal et de télécommunication durant l’année 2011 et dans le cadre de notre prochain congrès fédéral qui va se tenir à Lille en septembre prochain.

Mais d’ores et déjà, dès mardi 8 février, c’est ensemble que nous commémorerons les évènements de Charonne en rendant hommage à toutes celles et ceux qui ont lutter contre le colonialisme et l’oppression.

Merci pour votre attention.

                                                                                                                               Hervé TELLIER de la Fapt

horizontal rule

Intervention de l' I.H.S.

Thérèse FRANCOIS

de l'Institut d'Histoire Sociale

Bonjour,

C’ est avec une petite pointe d’émotion et de  respect que je représente l’IHS au sein de votre assemblée, et au nom de celui je vous transmets nos sincères amitiés.

Vous portez des valeurs universelles qu‘il est important de rappeler dans le contexte d’ aujourd’hui, particulièrement grave où nos deux associations ont un travail à fournir  pour dénoncer : -les décisions prises par le gouvernement actuel, ses déclarations en matière de nationalité, de décolonisation, d’immigration  et la remise en cause de tous les acquis du CNR (conseil national de la résistance).

Pour vous Libération Nationale PTT, votre objectif est d’être les passeurs de la mémoire vivante de la résistance à partir du vécu des résistantes et résistants afin de comprendre leur engagement dans le combat pour la liberté et la paix.

Pour notre institut d’histoire sociale : c’est faire notre travail de recherche et d’ approfondissement de l’histoire, faire connaître les évènements, donner un éclairage sur l’aspect social de l’histoire quand on sait que les livres d’histoire, voir les historiens y compris le président de la république, ignorent ce volet social. En fait, ils cherchent à adapter l’histoire à leur objectif de démolition  des acquis démocratiques de la résistance .

C’est donc bien à nous militantes et militants de la CGT de réfléchir, de rechercher et d’ écrire notre histoire sociale pour permettre aux jeunes générations de connaître cette histoire , être en capacité de leur apporter des éléments de réflexions historiques sur des questions d ‘actualité.

Globalement nous pouvons résumer par cette formule «  se souvenir pour mieux combattre ».

Nous le voyons nos travaux à l’un et à l’autre vont dans ce sens.

Lors de votre assemblée générale en 2010 Pierre Lhomme vous avait précisés que nous écrivions l’histoire de la fédération de 1945 à 1981, eh bien le livre est parti chez l’éditeur.

Vous pourrez constater à sa lecture combien ,notamment dans la période d après guerre , pèsent dans les choix qui sont faits les valeurs de la résistance. Combien les résistants jouent un rôle important dans la mise en œuvre  de certains points du programme du CNR.

Il y a une continuité entre la bataille pour la libération et le renouveau démocratique, il y a une continuité entre l’action que vous menez pour faire vivre la mémoire de la résistance et celle que nous menons pour faire vivre notre histoire. C’est dire combien, comme je le disais au début de mon propos il est utile que nous continuions à travailler ensemble car tous les deux libération nationale PTT et IHS PTT ,nous sommes porteurs de la même histoire.

Merci de votre attention et bonne fin de travaux.

                                                                                    Thérèse FRANCOIS de l'Institut d'Histoire Sociale,

 

pour accéder au Site de l'IHS cliquez sur le lien ci-dessous

Bulletshttp://www.ihs.cgt.fr/

horizontal rule

Intervention de l' A.N.A.C.R.

 

Jean-Paul RIFFAULT

de l'A.N.A.C.R.

 

Conclusion

INTERVENTION DE Jean-Paul RIFFAULT

 

« Au 31 décembre, notre association l’ANACR, comptait dans ses rangs 6313 résistants et résistantes. Elle reste et de loin, l’association la plus représentative de ce que fut, dans sa diversité, la Résistance. À la même date, les ami(e)s sont près de 9181, présents aux côtés des Résistants et comme eux, pluralistes tant dans leur recrutement que dans leur action ».

En rappelant que les effectifs des Ami(e)s de Libé. PTT sont en augmentation, Jean-Paul poursuit « les rangs des Résistants continuent inexorablement de s‘éclaircir, nous devons accentuer le développement des amis, car la résurgence de doctrines fascisantes et de groupements ou partis porteurs de cette idéologie est grandissante dans un monde en crise politique, économique, sociale et morale. C’est dans ce cadre-là que s’accentue la remise en cause des acquis du programme du Conseil National de la Résistance.

Renforcer les Amis est une nécessité pour aider l’ANACR aux tâches du présent, mais aussi pour assurer la pérennité de l’existence de l’ANACR et faire que son message continue à être porté aux générations présentes et futures, tout particulièrement aux jeunes. À c’est égard, la progression du nombre des ami(e)s de Libé-PTT est positif et encourageant pour l’avenir… »

Ensuite Jean-Paul Riffault revient sur la connaissance de l’histoire de la Résistance et sur « l’enjeu dans la bataille qui nous oppose aux négationnistes, à ceux qui présentent des versions tronquées, unilatérales, tendancieuses de la réalité historique ». Il souligne que « c’est dans cette bataille pour que soit restituée cette mémoire des valeurs qui motivèrent les Résistants et le combat qu’ils menèrent que s’inscrit notre revendication d’une Journée Nationale de la Résistance le 27 mai, date anniversaire de la création du CNR. 27 mai et 18 juin, ces deux dates d’honneur de la France, formeraient avec la journée de la déportation, le dernier dimanche d’avril, un ensemble dédié à la mémoire de celles et de ceux qui, sur le sol de France occupé, partout dans le monde, et jusque dans les bagnes nazis luttèrent, souffrirent et donnèrent leur vie pour que notre pays retrouve sa liberté ».

Et pour terminer, il évoque l’inquiétude de l’ANACR « face à la mise en cause de l’ONAC et notre demande de la reconstitution immédiate des commissions de la carte du Combattant et de la carte CVR pour que soient reconnus les titres de Résistance à ceux qui en sont encore injustement privés, car, par cette reconnaissance, à travers eux, chaque fois c’est le rôle de la Résistance dans ce combat pour la libération de la France et la victoire contre le fascisme qui est honoré ».

   Jean-Paul RIFFAULT secrétaire général adjoint de l’ANACR,  

horizontal rule

Les camarades debout chantent le "Chant des Partisans"

C'est sur "La Marseillaise" que se termine notre assemblée générale.


La Marseillaise
envoyé par Neo_Deus_Ex_Machina.

horizontal rule

BANQUET FRATERNEL

Notre banquet fraternel a eu lieu dans un restaurant proche de l'Hôtel de ville, "Le Trumilou".

Le décor avec ses banquettes, ses lustres, ses bibelots et ses tableaux accrochés aux murs évoque celui d'un ancien bistrot parisien, insensible aux années qui passent. L' établissement offre une vue privilégiée sur Notre-Dame.

 

Le repas de qualité et bien servi a semble- t-il comblé la très grande majorité des convives.

44 camarades ont participé au repas.

horizontal rule

 

BulletsRetour