Bullets Retour

horizontal rule

CHANSONS

La Bête est revenue

**************

 

Sait-on pourquoi, un matin,                                   Attention mon ami, je l’ai vue.

Cette bête s’est réveillée                                        Méfie-toi : la bête est revenue !

Au milieu de pantins                                              C’est une hydre au discours enjôleur

Qu’elle a tous émerveillés                                     Qui forge une nouvelle race d’oppresseurs.

En proclamant partout, haut et fort :                    Y a nos libertés sous sa botte.

« Nous mettrons l’étranger dehors »                   Ami, ne lui ouvre pas, ta porte.

 

Puis cette ogresse aguicheuse

Fit des clones imitatifs.                                          N’écoutez plus, braves gens,

Leurs tirades insidieuses                                       Ce fléau du genre humain,

Convainquirent les naïfs                                       L’aboiement écœurant

Qu’en suivant leurs dictats xénophobes,           De cette bête à chagrin

On chasserait tous les microbes.                          Instillant par ces chants de sirène

 On chasserait tous les microbes                          La xénophobie et la haine.

Attention mon ami, je l’ai vue.                              Laissons le soin aux lessives

Méfie-toi : la bête est revenue !                            De laver plus blanc que blanc.

C’est une hydre au discours enjôleur                  Les couleurs enjolivent

Qui forge une nouvelle race d’oppresseurs.       L’univers si différent.

Y à nos libertés sous sa botte.                               Refusons d’entrer dans cette ronde

Ami, ne lui ouvre pas, ta porte.                              Qui promet le meilleur des mondes.

 

D’où cette bête a surgi,                                          Attention mon ami, je l’ai vue.

Le ventre est encore fécond.                                 Méfie-toi : la bête est revenue !

Bertold Brecht nous l’a dit.                                    C’est une hydre au discours enjôleur

Il connaissait la chanson.                                      Dont les cent mille bouches crachent le malheur.

Celle-là même qu’Hitler a tant aimée                    Y a nos libertés sous sa botte.

C’est la valse des croix gammées                          Ami, ne lui ouvre pas, ta porte.

Car, pour gagner quelques voix                             Car, vois-tu, petit, je l’ai vue,

Des nostalgiques de Pétain,                                   La bête. La bête est revenue.

C’est les juifs, encore une fois,

Que ces dangereux aryens                                                              (Pierre PERRET)

Brandiront comme un épouvantail

Dans tous leurs sinistres éventails.

 

horizontal rule

Bullets Retour